Top-sites
1234
Nuawa
Administratrice
Shawn
Administrateur
Tobias
Administrateur
En -68 P.A, les anciens Terriens débarquaient sur la nouvelle Terra après des siècles d'errance dans l'espace. De cet événement s'est organisé, avec le temps, un nouvel ordre galactiques. Un exode, des tensions, l'évolution et l'indépendance. Ainsi se sont tissées les relations entre les planètes Terra, Luna, Antiopée et Dust. Comment apposerez vous votre marque dans cet univers prêt à changer du tout au tout ?La galaxie est pleine de mystères. Terra, Luna, Antiopée ou Dust, chaque planète éveille la curiosité des explorateurs prêts à tout pour marquer l'Histoire et percer les secrets de l'univers. Alors que la stabilité présumée entre les factions est mise à l'épreuve par l'arrivée d'un peuple inconnu, quelle aventure tenterez-vous de vivre ? Face à l'immensité de l'univers, les Hommes se prennent à rêver d'exploration. Terrians, Lunariens, Antiopéens et Dustiens, chaque peuples aspirent à en percer les secrets. Dans cette galaxie aux possibilités infinies, chaque individu peut changer le cours de l'histoire et voir sa vie prendre des airs de récits d'aventures. Dans de monde ouvert aux occasions multiples, qui serez-vous ?
Actualités
30/09/2018 - Pré-ouverture du forum ! En savoir plus sur les avantages et les bonus de pré-ouverture, ici.
13/10/2018 - Premiers retours sur la pré-ouverture : ajouts, ajustements et prévisions pour la suite. Par ici.
20/10/2018 - Inscriptions de la mission spatiale lancées ! Par ici.
22/10/2018 - Ajustements sur les compétences. Par ici.
nos partenairesLes rejoindre

    Eclipse | ft. Apollonia Ward

    avatar
    Messages :

    160

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote & Capitaine

    Code couleur :

    #ff6633

    Crédits :

    372

    Réputation :

    40

    Eclipse | ft. Apollonia WardMessage par Shawn Green le Mer 3 Oct - 17:15
    Eclipse
    Apollonia Ward & Shawn Green - Dust [Bas-Fonds]
    Dust. Il n’existait aucune sirène. Ni le jour. Ni la nuit. Nulle criminalité n’était empêchée. La violence était répandue, et quiconque désirait jouer le chevalier était le bienvenu. Parfois, on entendait les cris, quand le silence tombait finalement sur les machines animées de la Cité de Poussière. On entendait là-bas quelques coups de feu, d’un autre règlement de comptes. C’était souvent le cas à Dust. Tuer ou être tué. Ou se faire le plus discret du monde. Disparaître des radars, ne pas se faire connaître ou reconnaître. Passer inaperçu dans cette ville où la grandeur rencontrait la folie, où la vie tenait moins d’un cheveu que de la personne que vous bousculiez. Dust avait son lot de chanceux, comme de miséreux. C’était le rêve. Ou le cauchemar. Un paradis, comme un enfer. Dans cette Cité née de l’inhospitalité natale de la planète, toutes les dualités se rencontraient. Un mal pour un bien. Un bien pour un mal.

    Tandis que la nuit tombait sur la Cité, dans les Bas-Fonds de la Cité, oublié de tous, adossé et assis dans une ruelle fermée, la tête contre le mur, Shawn s’était posé. Cigarette entre les lèvres, le Capitaine tirait une nouvelle fois dessus. Une autre qui se finissait et qu’il lançait sans aucun scrupule devant lui. La quatrième depuis qu’il l’attendait. Elle était en retard. Ou peut-être avait-elle oublié qu’ils devaient se voir aujourd’hui. Un nouveau cri, au loin.

    Mais tu vas la fermer, putain ! Espèce de conne !! »

    Un accent de Terrian, d’ailleurs. Pas sa langue préférée, il fallait se l’avouer. Il avait toujours eu un goût prononcé pour sa langue natale, l’Antiopéen, qu’il trouvait souvent plus poétique. Mais il jurait dorénavant en Terrian, tandis qu’il ne pratiquait que plus rarement son exécrable lunarien. Il avait appris par la force des choses. Un soupir alors qu’il se grattait l’arrière du crâne sous sa capuche noire. Les genoux relevés, les avant-bras posés dessus, il se demandait ce qu’elle foutait. Peut-être que comme tout le monde ici, elle avait fini par crever. S’il la connaissait, il n’avait pas cherché à trop en savoir. Ici, trop en savoir sur les gens, c’était un risque de s’attacher. Et de les perdre brutalement car on ne les connaissait pas réellement. Il n’avait jamais posé trop de questions. Trop dangereux.

    Un coup de feu. Un autre dans cette soirée. Peut-être … Peut-être pas. Il haussait les épaules alors qu’il en avait assez d’attendre.

    _ _ Putain. », avait-il encore lâché dans son mauvais Terrian.

    Puis prenant le sachet volé quelques heures auparavant, avec les produits nécessaires pour se mettre bien, il l’avait porté à ses lèvres et dents, l’ouvrant de façon animale. Puis de nouveau, la tête lasse, il l’avait reposée contre le mur, tandis que des pas précipités résonnaient dans l’escalier au-dessus de sa tête. Ouvrant donc un œil, il observait la silhouette approcher, une main glissant déjà vers le Blaster qu’il gardait à côté de lui par sécurité. Après tout, à Dust, la survie était une question de sécurité. Même s’il comptait se défoncer un coup ce soir, il ne comptait pas crever au fond d’un caniveau pourri. La seule mort autorisée serait dans l’Espace. Sa place.

    _ _ Doc’ ? »
    Rien à dire.
    avatar
    Messages :

    37

    Localisation :

    dust

    Métier :

    médecin

    Code couleur :

    #A562C1

    Crédits :

    183

    Réputation :

    0

    eclipse
    shawn green & apollonia ward
    Alors qu’elle prenait bien soin de verrouiller la porte de la clinique où elle pratiquait désormais, Apollonia s’arrêta un moment pour regarder le ciel, elle en déduisit qu’elle serait probablement en retard. La chirurgienne avait prévu partir bien plus tôt que cela, il fallait calculer ses déplacements à Dust en prenant compte de multiples imprévus qui pouvaient surgir au détour de chaque rue exiguë de la cité de poussière, mais l’imprévu s’était présenté au pas de sa porte, pour faire changement. Une femme du voisinage, d’origine lunarienne, qu’elle connaissait depuis son arrivée et avec qui elle avait réussi à communiquer dans un semblant de pidgin confus, aucune d’elles ne parlant la langue de l’autre. Si ç’avait été quelqu’un d’autre, elle aurait été tentée de refuser, mais cette voisine avait été d’une aide précieuse pour s’installer lors de son arrivée un peu hâtive. Apollonia lui avait donc ouvert la porte, le temps d’un examen sommaire. Ce n’était franchement rien de bien complexe, quelque chose qu’elle n’aurait jamais fait elle-même sur Terra, encore heureux, comme ses ressources étaient limitées. Elle l’avait renvoyée chez elle avec quelques antibiotiques en lui suggérant de prendre une bonne nuit de sommeil, en échange d’un bon petit plat maison qu’elle viendrait lui apporter le lendemain, c’était leur arrangement habituel.

    Une fois sa patiente hors de vue, la Terrianne s’était empressé de fermer boutique avant qu’un autre malade ne se présente à l’improviste, fallait pas abuser non plus, la nuit commençait franchement à se pointer le bout du nez dans le ciel, avec la fraîcheur mordante qui l’accompagnait toujours. Désormais habituée, la jeune femme s’était munie d’un châle lourd et brunâtre, pas le summum du chic, mais bien du confort. Elle fit entrer ses longs cheveux boucles à l’intérieur du col large du vêtement semblable à un froc de bure ou presque, question de se protéger la nuque du froid désertique qui s'immisçait entre les bâtiments hétéroclites qu’aucun urbaniste n’avait approuvé.

    Le lieu où on lui avait donné rendez-vous n’était guère recommandable, mais cette mise en garde aurait pu se généraliser à la planète toute entière… Bien qu’Apollonia se soit habituée à vivre sans le filet à la fois restrictif et rassurant de la loi et l’ordre, elle ne s’était pas débarrassé de cette petite nervosité qui revenait lorsqu’elle s’engouffrait dans les bas-fonds de la ville. Néanmoins elle marchait en regardant droit devant elle, la chirurgienne savait que de fixer ses pieds en pressant son sac contre soi était le meilleur moyen de s’attirer des ennuis. Étonnement, des ennuis, elle en avait rarement eu, que des broutilles. En parlant de broutille, voilà que, malgré sa technique qu’elle pensait infaillible, on la bouscula brutalement. Manquant de perdre pieds, elle se retourna pour comprendre qu’on lui était tombé dessus. Elle fit un pas pour s’éloigner de ce qui semblait être bataille d’ivrognes qui s’invectivaient en titubant. Rien de bien alarmant si ce n’était de l’arme de poing que l’un d’eux sortit alors d’une poche pour la pointer très approximativement sur la femme avec qui il se querellait. Les quelques passants de la rue, dont Apollonia, se mirent tous à se pencher en se précipitant dans des directions opposées. La chirurgienne entendit un coup de feu beaucoup plus près de son oreille qu’elle ne l’aurait voulu et accéléra de nouveau le pas, sans se retourner pour vérifier si quelqu’un avait été atteint. Son serment d'hippocrates ne valait pas une balle perdue dans la tête.

    C’est ainsi qu’elle arriva un peu à la course au lieu de son rendez-vous. Clairement, elle était en retard, alors qu’elle décelait une silhouette au fond de la ruelle, en bas des escaliers qu’elle dévalait, silhouette qui, elle espérait, appartenait à Shawn Green, dur à dire à cette distance. La voix à l’accent antiopéen bien reconnaissable qui l’interpellait lui confirma l’identité de l’individu. Elle se permit de souffler un peu. Repoussant une mèche de cheveux de son visage avant de répondre dans sa langue natale qu’elle savait comprise par Green: « Pas de panique, capitaine, c’est moi  ». Vu son retard, elle pouvait comprendre que l’homme se demande si c’était bien elle qui descendait dans la ruelle l’obscurité venue. Elle ne glissa pas mot sur son retard, se disant qu’il n’était probablement pas si contrarié que ça. Après tout, ils n’avaient pas prévu faire grand chose de sérieux, au contraire. Descedant les dernières marches à un rythme plus posé, elle ne put s’empêcher de railler: « Le plus joli coin de Dust pour donner rendez-vous à une demoiselle, vraiment ». Elle se moquait un peu, clairement, ce n’était pas ce genre de rendez-vous. Posant les pieds sur le sol, elle pu remarquer le sachet bien en vue et ouvert. Elle plissa les yeux avec suspicion et demanda: « Eh ben quoi, on commence sans moi? » Elle savait qu’elle était en retard, mais elle n’était pas morte tout de même, y fallait bien attendre un peu.
    avatar
    Messages :

    160

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote & Capitaine

    Code couleur :

    #ff6633

    Crédits :

    372

    Réputation :

    40

    Re: Eclipse | ft. Apollonia WardMessage par Shawn Green le Jeu 4 Oct - 21:39
    Eclipse
    Apollonia Ward & Shawn Green - Dust [Bas-Fonds]
    _ _ Tss. »

    Au beau milieu de la nuit, comme deux amants qui se retrouvaient, au détour d’une ruelle volée, en bas d’un escalier miteux, les deux partenaires se retrouvaient. Doc’ Ward était une amie. Ou, en tout cas, pouvait se rapprocher de cette définition. Elle partageait comme lui un goût prononcé, et peut-être non-modéré, pour les substances qui, sur d’autres planètes, n’auraient pas été très légalisées. Peut-être ne trouvait-on même plus ces dites substances sur certains marchés sinon les plus obscurs d’entre eux, entre deux ombres qui s’échangent quelques services. L’un pour l’autre. A Dust, alors qu’il se faisait rafistoler une nouvelle fois par la Médecin, peut-être avait-elle capté son addiction.

    Il avait souri alors qu’il ouvrait finalement ses yeux, laissant découvrir le vert des forêts antiopéennes. Il se fichait bien de ce qu’elle pensait, en réalité, aussi avait-il seulement haussé les épaules alors qu’elle lui demandait s’il comptait commencer sans elle.

    _ _ T’es en retard. Tu pouvais bien être crevée, pour ce que j’en sais. »

    Il avait lâché cela dans son mauvais Terrian, avec cet accent Antiopéen qui faisait qu’elle peinait presque à comprendre ce qu’il racontait exactement. Sourire aux lèvres, il ne le disait pas avec une once de méchanceté. Seulement, il s’était habitué depuis longtemps à ce que Dust arrache et efface les gens. Car une fois dépassé son Spatioport, mêlé à sa population, tout le monde disparaissait, à la recherche d’une nouvelle vie. C’était peut-être ce rêve qui poussait tant d’Explorateurs à se lancer au sein de la Cité de Poussières. Attendri par le retour de son amie, car toutes les femmes lui rendaient le cœur trop tendre, au risque, comme disait souvent Victoria, qu’il se fasse poignarder par l’une d’elle. Se redressant du haut de ses deux mètres, il s’approcha.

    _ _ Tu n’as rien au moins ? », lâcha-t-il, faisant un effort sur son mauvais Terrian.

    Montrant finalement le paquet rempli autant d’une poudre qu’elle pouvait se prendre par le nez que de deux seringues déjà préremplies, il fit teinter les flasques de sa longue veste noire, faisant savoir qu’il y avait de quoi se mettre bien. De son sourire attendri par la présence de la jeune femme, il se tournait finalement de nouveau vers l’escalier, se laissant tomber de tout son poids contre la vieille tôle froissée depuis longtemps. Rongée par le temps et la poussière qui surprenait chacun, il posait à nouveau sa tête contre cette dernière, levant les yeux vers le ciel. Malheureusement, avec toutes les lumières artificielles de la Cité, les étoiles étaient invisibles.

    _ _ J’savais pas que tu voulais un meilleur endroit que celui-là. Tu préfères qu’on monte sur les toits, la prochaine fois ? »

    Là-bas au-dessus, il le savait bien, la vue était déjà bien différente. Mais souvent, quelques groupes citoyens s’organisaient pour quelques rondes, l’empêchant de rester pour profiter comme il l’aurait désiré.

    _ _ Si ça te dit, quand j’aurai de nouveau mon vaisseau, je te montrerai comment on peut se mettre bien dans l’Espace. Sauf si t’as peur ! »

    Un sourire. Il aimait bien tenter de l’irriter de temps en temps. Car la Doc’ était pleine de douceur. De discrétion, aussi. Tandis que son regard se portait à nouveau vers elle, il gardait finalement le silence. Il avait déjà trop parlé, comme à son habitude quand elle était là. Mais au moins, cela lui donnait l’occasion de pratiquer un peu son Terrian.
    J'espère que ça te plaira !
    avatar
    Messages :

    37

    Localisation :

    dust

    Métier :

    médecin

    Code couleur :

    #A562C1

    Crédits :

    183

    Réputation :

    0

    eclipse
    shawn green & apollonia ward - Dust; Bas-fonds
    Shawn n’avait pas tort, elle aurait très bien pu ne jamais arriver à ce rendez-vous, dans des circonstances à peine différentes, c’était pour ça qu’elle ne lui en voulait pas vraiment. C’était la réaction pragmatique qu’elle aurait eue très probablement si les rôles avaient été inversés. Elle haussa les épaules l’air de dire qu’elle n’avait rien à argumenter sur ce point. Apollonia avait été chanceuse jusque-là, mais la chance, ça n’avait rien d’éternel, elle en savait quelque chose. Elle fut un peu surprise que Shawn lui demande comment elle allait, elle qui avait pensé que le sujet s’en était arrêté là. Elle sourit, bien que son expression devait rester mystérieuse dans la noirceur. Ça faisait toujours chaud au coeur de se dire qu’on se souciait de son bien-être malgré tout. « Un léger contretemps à la clinique, rien de grave », assura-t-elle en allant le rejoindre près du mur. La chirurgienne avait songé un moment à lui faire part du coup de feu perdu dans la rue, mais avait finalement décidé de taire le sujet. Elle se disait que ce genre de scène devait être une banalité pour les gens qui habitaient Dust depuis plus longtemps qu’elle. Elle ne voulait pas avoir l’air d’avoir été perturbée par l’évènement.

    Shawn lui montra alors la marchandise et elle émit un sifflement impressionné, il n’était pas venu les mains vides en tout cas. Il y en avait certainement pour plus de deux personnes, à moins que le capitaine ait une résistance démente à ce genre de substances. L’Antiopéen d’origine fit alors mention des toits comme option pour une prochaine fois, Apollonia jetta un oeil aux cieux éclairés à son tour, la vue ne devait être pas si mal là-haut. « On peut essayer, répliqua-t-elle pensivement, ça ira pour cette fois ». C’était surtout l’idée de devoir se cacher pour faire ce genre de truc dans une cité qui ne connaissait ni loi ni police. Évidemment, faire cela à la vue de tous dans la rue serait dangereux, mais il y avait un pas entre ça et les ruelles sombres. Elle lui donnait des points pour l’ambiance, ça donnait encore l’impression qu’ils étaient en train de commettre des actes clandestins.

    La jeune femme se laissa glisser à son tour, le dos au mur, pour s’asseoir sur le sol froid, alors que Shawn parlait de ses projets de vaisseau. Jamais un long moment ne passait avant qu’il mentionne son vaisseau, mais là c’était presque un record. Elle rigola franchement en l’entendant insinuer qu’elle aurait la frousse. « Tant que ça implique de rester à l’intérieur, je devrais gérer », assura-t-elle. Elle leva les yeux de nouveau au ciel sans étoiles, se rappelant qu’elle ne les avait jamais vue depuis qu’elle avait quitté Terra. Ce serait peut-être bien de leur rendre visite un jour, mais elle n’osait pas espérer. Pas comme Shawn qui ne semblait vivre que d’espoir spatial et d’eau fraîche. Elle tourna la tête en sa direction et demanda: « Et ce vaisseau, c’est pour bientôt ? » Elle le taquinait à moitié, parce que le sujet l’intéressait vraiment. Elle se demandait s’il avait fait des démarches où si ce n’était qu’un truc qu’il racontait à tout le monde pour donner du sens à son existence à Dust.
    Tout est beau pour moi!
    avatar
    Messages :

    160

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote & Capitaine

    Code couleur :

    #ff6633

    Crédits :

    372

    Réputation :

    40

    Re: Eclipse | ft. Apollonia WardMessage par Shawn Green le Sam 6 Oct - 16:15
    Eclipse
    Apollonia Ward & Shawn Green - Dust [Bas-Fonds]
    Il avait toujours été un personnage soucieux. Surtout des femmes, sa grande faiblesse. Peut-être un vieil chevaleresque. Ou ce vieux relent de sa société natale. Elevé par les femmes, les mères, les filles. Shawn avait toujours eu un goût immodéré à se sentir comme l’esprit protecteur des femmes. Si elles n’étaient jamais fragiles, il ne pouvait s’empêcher de retourner à cet instinct parfois primaire de protéger ces vies plus que celles des hommes. Shawn avait toujours eu cet esprit et s’il avait beau lutter contre ce phénomène, il était cet homme. Ainsi, sous les airs souvent égoïstes qu’il se donnait pour protéger sa véritable identité, sous l’air de Capitaine attaché à son vaisseau et son équipage, il restait attaché aussi aux femmes. Avec le recul, il avait beau faire ce qu’il voulait, une femme en détresse, et il courait comme un véritable sauveur. Histoire d’avoir un baiser. Ou une nuit.

    Doc’, ou plutôt Apollonia comme elle se faisait appeler dans les environs – Restait à savoir si c’était un prénom d’emprunt, ou non – était une femme relativement réservée. Comme si elle se protégeait de tout. Comme si elle avait peur que la moindre information se retourne contre elle. Parfois, l’Antiopéen se demandait si la jeune femme était là de son plein gré ou si elle regrettait son ancienne vie. Peut-être était-elle de ceux qui, chassés de chez eux, avaient atterri à Dust, sans autre endroit où aller. Balancé dans le dépotoir du Système, elle semblait parfois comme perdue. Mais elle était, pour lui, la Doc’, Toubib du coin qui pouvait le rafistoler sur quelques bricoles qui arrivaient parfois le soir. Elle était, aussi, celle avec qui il lui arrivait de consommer, sans qu’il sache pourquoi elle était avec lui, et non toute seule. Mais il ne posait pas de questions. Elle aurait fui. Alors, il se contentait de lui tendre le sachet volé. Il ne put s’empêcher néanmoins de sourire devant cette forme hésitante d’acceptation. Comme si elle prenait toujours des gants de chirurgien, peu importe ce qu’elle faisait.

    _ _ C’est comme tu veux, Doc’. T’as encore pas trop l’air, là, t’sais. Quelque chose en tête ? »

    Puis il ne put s’empêcher de repenser à l’Intrépide. Son vaisseau. Son gagne-pain. Sa véritable vie. C’était dans l’Espace qu’il se sentait surtout vivant. Pas dans ce Sable poussiéreux. Pas dans cette ville aux mille couleurs. Mais il était coincé là depuis bientôt trois ans. Sans un vol. Jusqu’à perdre son vaisseau. Tête un peu basse, il poussait un soupir.

    _ _ Je travaille dessus, tu sais. Bientôt, l’Intrépide volera à nouveau, j’peux te le jurer. Ce jour-là, j’t’emmène avec moi pour sa première virée spatiale, si tu veux. » Puis de reprendre. « Enfin, c’est comme tu veux, je ne veux pas te bousculer, t’as l’air d’avoir ta vie. »

    Se servant bientôt dans le sachet, le Géant prit l’une des seringues au contenu inconnu mais, il l’espérait, qui ferait bien son effet. Il avait toujours détesté les piqûres, en vérité, mais l’effet décontractant du produit lui ferait bien vite oublier la désagréable sensation. Grimaçant à la vue de sa peau percée, il poussait lentement sur l’embout, s’injectant lentement ce qu’il espérait son échappatoire.

    _ _ Et t’en fais pas, si tu viens, tu restes à l’intérieur, j’veux pas que tu redécores une de mes tenues avec ce que t’auras dans l’estomac. » Puis, sur un ton un peu plus rêveur. « Tu verrais les étoiles, Doc’. C’est merveilleux de se lever au milieu des étoiles. Et ce sentiment brûlant quand tu atteins ce que personne avant toi n’a fait … C’est comme ça que tout a commencé avec Dust. Juste une bande dans un putain de vaisseau qui a atterri dans ce coin pourri et regarde maintenant … »
    Amuse toi bien !
    avatar
    Messages :

    37

    Localisation :

    dust

    Métier :

    médecin

    Code couleur :

    #A562C1

    Crédits :

    183

    Réputation :

    0

    eclipse
    shawn green & apollonia ward - Dust (Bas-fonds)
    Elle accepta volontiers le paquet de poudre qu’il lui tendait, c’était plus ce qu’elle avait envie de prendre ce soir. Peut-être son humeur changerait dans quelques minutes et qu’elle se risquerait à mélanger, mais en attendant, elle se contenterait de la poudre. La chirurgienne n’était pas totalement sûre de ce que c’était et de l’endroit où Green se l’était procurée, mais elle n’était pas à une mauvaise décision près.Si jamais quelque chose se passait mal, elle espérait bien que le capitaine savait si prendre, et vice-versa, d’où l’intérêt de faire cela à deux. Alors qu’elle observait la poudre incolore afin de l’identifier, l’Antiopéen lui demanda si quelque chose la tracassait. Elle ne le laissa pas paraître mais fut prise de court par sa perspicacité. Pas moyen de cacher grand chose au capitaine. « Oh, bah, un truc pas très important que je compte oublier bientôt, pas de souci », répondit-elle vaguement au lieu de mentir. Apollonia savait qu’il était mieux de servir un peu d’honnêteté aux gens pour avoir la paix, beaucoup plus simple de s’inventer des histoires.

    Puis, Shawn décida de lui répondre, fidèle à son habitude, par de l’espoir fou plutôt que des prédictions réalistes. Il travaillait là-dessus, certainement. Mais, la Terrianne savait bien qu’on pouvait travailler très fort sans aucun résultat aussi. Elle fut tout de même flattée de l’invitation. Le sachet toujours en main, elle le regarda, attendrie. « Tu rigoles ? Je ne voudrais certainement pas manquer ça » Elle pouvait bien se faire des plans pour le vol d’inauguration de l’Intrépide, après tout, c’était bien généreux d’appeler ce qu’elle avait ici “une vie”. C’était en effet une succession de jours et de nuits, techniquement, c’était une vie. Voyant Shawn se saisir d’une seringue, la chirurgienne se dit que c’était le moment, elle détestait rester sobre la dernière. Elle fit tomber prudemment un peu de poudre sur le dos de sa main, qu’elle renifla prestement avant de pouvoir en échapper par un mouvement malheureux. Elle posa la derrière de sa tête sur le mur, se frottant le nez un peu avant de refermer le petit sachet. Maintenant, restait plus qu’à essayer de deviner ce qu’elle venait de sniffer et s’ils s’étaient fait avoir.

    Le capitaine continua alors à rêver à haute voix, parlant des étoiles avec une douceur amoureuse. On comprenait rapidement que c’était ce qui le poussait à avancer. Apollonia l’enviait certainement pour ça.  « Pas besoin de se doper pour être bien dans l’espace, alors ? », émit-elle alors comme hypothèse. C’était probablement suffisant pour Shawn, pour elle, elle n’en savait rien. Elle regarda autour d’eux, il était vrai qu’il était effarant de s’imaginer qu’à peine quelques années dans le passé, ils auraient été dans l’équivalent du Nowhere. La cité s’était construite comme une termitière.

    Ses doigts et les os de sa mâchoire commencèrent justement à picoter, comme sous le pas de petits insectes travailleurs. Elle haussa les sourcils, c’était du rapide ce truc. Justement, pour aider dans son jeu de devinette, elle questionna Shawn:  « Alors Capitaine ? Où est-ce que t’as dégoté ça ? Je te dois combien ? » Peut-être l’Antiopéen se l’était procuré de manière, pas nécessairement légale car ce concept n’existait pas ici, mais selon les règles du marché. Elle espérait bien que non.
    avatar
    Messages :

    160

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote & Capitaine

    Code couleur :

    #ff6633

    Crédits :

    372

    Réputation :

    40

    Re: Eclipse | ft. Apollonia WardMessage par Shawn Green le Dim 7 Oct - 22:29
    Eclipse
    Apollonia Ward & Shawn Green - Dust [Bas-Fonds]
    Doc’ était Doc’. Egale à elle-même. Toujours mystérieuse. Complice de sa consommation. Confidente s’il le désirait, l’inverse n’était pourtant pas aussi vrai, il le savait. Elle avait toujours cherché à se protéger. De lui. Des autres. De tout le monde. Dust n’était pas vraiment faite pour elle et, d’une certaine façon, le Géant avait fini par s’attacher au bout de femme qu’elle était. D’autant plus qu’elle n’avait jamais dans sa couche, autant dire qu’elle représentait là un défi des plus intéressants. Mais elle était aussi comme un poids mort, une faiblesse qu’il s’accordait dans un monde où les sentiments risquaient de blesser. Car quiconque apprenait pour leur relation mettait directement une cible sur le dos de la femme. Ce qu’il ne désirait absolument pas. Il la protégeait, à sa manière bien particulière de ne pas s’afficher avec elle. Soupir délicat, il l’avait écoutée. Encore une fois, elle ne dirait rien. Comme toujours.

    _ _ Encore et toujours aussi mystérieuse, j’ai l’habitude. », avait-il lâché dans sa langue natale pour qu’elle ne comprenne pas.

    Il n’était jamais déçu qu’elle se protège de la sorte. Renfermée sur elle-même, peut-être était-ce cela qui lui permettait d’être encore en vie aujourd’hui. Il n’aurait jamais vraiment su l’expliquer mais elle était ce genre de personnes rapidement avalé par la Cité. Oublié. Délaissé. Abandonné. Exclu, même. Tandis qu’il sentait le produit injecté s’enfoncer un peu plus dans son corps, la tête posée contre la plaque métallique, il poussait un long soupir alors que ses yeux se fermaient, imaginant la voûte étoilée au-dessus des néons violets de la ruelle.

    _ _ Dans l’Espace, tout est … Différent, Doc’. C’est … Juste un autre monde, tu vois ! Quand j’étais dans l’Intrépide, je pouvais me mettre dans le cockpit, tu vois, et je pouvais passer le jour comme la nuit à regarder les étoiles. » Il sourit tout seul, s’imaginant encore, le siège abaissé complètement. « C’est sûrement stupide, ce que je vais te raconter mais … Il n’y a pas vraiment de nuit ou de jour, dans l’Espace. Juste le temps qui passe. Et il n’y a pas tous ces gens. Tous ces coups de feu. Ni même ce danger permanent. Tout est si différent là-haut, Doc’. »

    Brièvement, le vieux Capitaine était redevenu le jeune enfant rêveur, expliquant finalement ce pourquoi il s’était lancé dans cette folle aventure, il y a plus de vingt-cinq ans. Ce pourquoi, encore aujourd’hui, il se battait pour son rêve. Puis, soupirant, il s’était redressé, repliant les jambes contre son torse pour y poser ses avant-bras. Une longue inspiration tandis que sa tête subissait le tournis. S’il ouvrait les yeux, il remettait son dernier repas, effet secondaire d’une drogue puissante qu’il venait de prendre brutalement.

    _ _ Tu me dois rien, Doc’. Profite. Je l’ai volé, comme toujours, dans une clinique. Et j’ai assommé un dealeur. » Il avait haussé les épaules, car il se fichait bien de l’argent qu’elle pouvait lui devoir. Qu’elle profite. Peut-être qu’un jour, la Médecin apprendrait à baisser sa garde et à lui faire confiance.
    Amuse toi bien !
    avatar
    Messages :

    37

    Localisation :

    dust

    Métier :

    médecin

    Code couleur :

    #A562C1

    Crédits :

    183

    Réputation :

    0

    eclipse
    shawn green & apollonia ward - Dust (Bas-fonds)
    Elle regarda ses doigts dont les extrémités fourmillaient, se disant qu’elle avait affaire à un genre d'amphétamine, sans doute. La chirurgienne en fut un peu déçue. Oui, des amphétamines, c’était plus pratique pour réagir s’il se passait quelque chose, mais elle aurait peut-être préféré tomber sur quelque chose qui allait lui relâcher les méninges. Voilà qu’elle analysait déjà chaque sensation de son corps, pesant le pour et le contre, les risques et les bénéfices, alors qu’elle était venue pour lâcher prise. Elle voyait bien, du coin de l’oeil, que Shawn n’avait pas de problème avec cette portion du trip, les yeux fermés, voilà qu’il se lançait dans une ode à l’espace. De l’entendre ainsi la rendit triste, d’une certaine façon. C’était vraiment dommage de se dire que quelqu’un comme lui était coincé, les deux pieds dans la poussière, alors qu’il aurait pu parcourir les étoiles. C’était toujours triste de voir ces êtres faits pour voler clopiner à terre, hors de leur élément. Durant ses quelques voyages spatiaux, elle n’avait jamais accordé un tel regard à l’infini en dehors du cockpit, peut-être que de prendre un moment pour en apprécier la beauté lui avait fait peur. Mais en entendant Shawn, elle regrettait un peu de ne pas l’avoir approché avec un peu plus de poésie dans les yeux. Apollonia aurait probablement un avis différent sur la chose le lendemain venu, mais ce soir, il était bien difficile de ne pas vouloir rêver aux étoiles à son tour. Elle n’avait même pas besoin de vaisseau. Elle s’imaginait marcher dans le Nowhere et pouvoir s’étendre dans le sable glacé pour pouvoir les regarder, loin des lumières de la ville. Déjà ça, c’était de l’ordre de la fantaisie, un vaisseau, elle n’était pas assez camée pour y croire encore.

    La jeune femme pouffa de rire avec un peu moins de retenue qu’à son habitude en entendant Shawn avouer qu’il l’avait volé, et assommé le dealer en plus. Il devait avoir ses raisons, elle n’allait pas lui faire la morale. Elle laissa planer un petit moment de silence, sentant les effets de la potente petite poudre prendre en ampleur. Voilà que la Terrianne se sentait anormalement confortable dans cette ruelle sombre. Elle passa une main sur le sol, sentant les minuscules aspérités rouler sous ses doigts. Voilà qui était mieux. Une idée lui passa alors par la tête et elle décida d’en faire part à l’Antiopéen d’origine sans y penser davantage, sans tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler: « Hey, Green, penses-tu que toi et moi... On est de bonnes personnes ? » Ça n’avait pas vraiment rapport avec le fait qu’il ait volé ce qu’ils consommaient dans le moment… Enfin, un peu. Mais ça avait surtout rapport avec ces coups de feu qu’ils entendaient sans cesse sans lever le petit doigt. Celui où elle ne s’était pas retournée, à peine quelques minutes auparavant. Passant distraitement ses doigts dans ses longs cheveux bouclés comme un peigne, elle répondit elle-même à sa propre question: « Probablement pas hein ?» Elle avait répondu, toujours sous forme de question, ce qu’elle avait tendance à faire, encore pour se protéger, sans doute. Elle le faisait automatiquement, sans devoir y penser. Elle avait appris à parler de manière à ce qu’on ne puisse lui attribuer aucune intention, bonne ou mauvaise, comme si aucune saleté ne pouvait coller à sa peau. Apollonia avait vite appris qu’elle ne pouvait pas échapper à la poussière de Dust qui collait à tout le monde sans discernement, mais n’avait pas réussi à se défaire de cette réticence à vouloir se salir les mains.
    avatar
    Messages :

    160

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote & Capitaine

    Code couleur :

    #ff6633

    Crédits :

    372

    Réputation :

    40

    Re: Eclipse | ft. Apollonia WardMessage par Shawn Green le Jeu 11 Oct - 19:05
    Eclipse
    Apollonia Ward & Shawn Green - Dust [Bas-Fonds]
    Tandis que son esprit se rappelait les virées spatiales, alors à bord de l’Intrépide, il se remémorait les discussions dans la grande cantine du vaisseau où l’ambiance était celle d’une famille. Sa famille. Composée de Victoria Lowfield, une mécanicienne comme il n’en avait jamais connu d’autres. Sûrement ce qui aurait pu être sa meilleure amie à cet instant. Même s’ils se disputaient constamment sur les étoiles, sur le vaisseau et sur les améliorations, les deux s’entendaient pourtant extrêmement bien. Puis il avait commis de parier cet « enfant » commun, l’Intrépide. Et surtout, il l’avait perdu, ce qu’elle n’avait pas accepté. Victoria, ce jour-là, lui avait montré ce qu’était la déception et la blessure émotionnelle ne s’était jamais fermée. Car il savait l’erreur commise. Poussant un soupir pour lui-même, il aurait aimé revenir à cet instant. Ne pas parier. Ou pour pouvoir lui expliquer. Revenir avant que plus personne ne vienne à croire en son projet fou d’explorer l’Univers. Mais tout cela était malheureusement définitivement fini.

    Il ouvrit un œil alors qu’Apollonia, la Médecin, l’appelait soudainement. Fronçant un sourcil face à la surprenante question, il se mit, malgré le mal de tête qui s’amorçait, à réfléchir à ce qu’elle entendait exactement par cette question. Comme si, sous le premier effet de la drogue, une question existentielle venait au bout des lèvres de la taiseuse. Car elle parlait toujours peu, sinon pour poser cet étrange malaise. Il avait poussé un soupir, non pas d’exaspération mais car la lourdeur dans sa cage thoracique l’emprisonnait soudainement. Finalement, la regardant après avoir ouvert son deuxième œil, il lui souriait dorénavant.

    _ _ Hey, Doc’ ! Tu sais, t’es une bonne personne. J’veux dire ! Tu m’as recousu plus d’une fois et tu essaies de faire un peu de bien autour de toi. Tu ne peux pas être une mauvaise personne, tu sais. Justement … » Et il se mit à pouffer pour lui-même, rigolant de ce qu’il allait dire. « Je crois qu’il y a un vieux dicton qui dirait que t’es justement trop bonne pour être mauvaise. »

    Haussant les épaules, il remit sa tête droite, face au reste de la ruelle, fermant à nouveau les yeux. Prenant une longue inspiration, les sourcils toujours froncés, il restait confus par cette étrange question brutalement posée. Il ne savait même pas si ce qu’il venait de dire avait un peu rassuré la Médecin ou si elle souffrait encore de ce conflit interne qui la prenait soudainement.

    _ _ Quant à moi, je ne sais pas si je suis une bonne ou une mauvaise personne, tu sais. Peut-être que pour toi, j’suis une mauvaise personne. Pour quelqu’un d’autres, je suis une bonne personne. J’imagine que ça dépend des conséquences … Certains apportent du bien ou du mal, tout dépendant de la vision de l’autre … »

    Puis reprenant son air plus posé, relâchant ses épaules et se mettant à sourire, l’Antiopéen avait gardé vaguement le silence, écoutant encore les bruits de la Cité. Les coups de feu. Les cris. Les joies aussi. Le plaisir que certains éprouvaient de leur rencontre. Et, sortant de bout en bout ces derniers mots, il tentait encore de la rassurer.

    _ _ Pour moi, t’es quelqu’un de bien … Et personne ne pourrait changer cela ! T’es une femme de bien, Doc’. »
    Amuse toi bien !
    avatar
    Messages :

    37

    Localisation :

    dust

    Métier :

    médecin

    Code couleur :

    #A562C1

    Crédits :

    183

    Réputation :

    0

    eclipse
    shawn green & apollonia ward - Dust (Bas-fonds)
    L’enthousiasme dont fit preuve son interlocuteur qu’elle croyait plongé dans une lourde léthargie la prit de court. Apollonia sursauta presque lorsqu’il répondit à sa question existentielle, lui qui affirmait avec certitude qu’elle était l’équivalent d’un premier prix de bénévolat. Elle rigola encore, éberluée par ce portrait qu’il faisait d’elle. Ce n’était pas comme si elle acceptait de le rafistoler gratuitement, c’était son travail, pas un élan de bénévolence altruiste. Mais pour Shawn Green, cela semblait suffisant pour être une bonne personne. La jeune femme se demanda si sa vision du monde était si simple ou s’il disait cela rien que pour lui remonter le moral. Cela sembla être assez de temps passé les yeux ouvert pour le capitaine qui préférait décidément les garder fermés, la chirurgienne se demanda si ce qu’il avait pris le rendait sensible à la lumière ou quelque chose du genre. Pour parler de son cas personnel, l’Antiopéen fit preuve d’un peu plus de nuance mais lui servit une réponse qui ne la surprit pas vraiment. C’était, en effet, une question de point de vue tout ça. D’essayer de se raccrocher à un concept universel du bon ou du mauvais, c’était s’organiser pour être déçue en fin de compte. Elle baissa les yeux vers ses genoux. L’important c’était de faire ce qu’elle considérait comme bon, de vivre selon ses propres principes. Avait-elle fait cela depuis qu’elle était à Dust ? Elle n’en était pas si sûre. Elle se demandait si elle serait capable de nommer ces principes qu’elle était supposée suivre… Toute cette réflexion lui laissait un goût amer en bouche, vraiment le meilleur moyen de gaspiller son trip.

    Elle resta interdite un moment, l’air perdu dans le sol, avant que Shawn ne réitère ce qu’il pensait d’elle. Et puis pourquoi pas? Pourquoi se casser la tête? Ce n’était certainement pas ce qu’elle avait prévu faire ce soir. Elle sourit doucement avant de railler: « Roh, ça va la flatterie ». Ce n'était pas comme si la chirurgienne n'était pas au courant de ce qui se disait à propos de Green, certains le qualifiait sans attendre de fieffé dragueur, mais ils n'avaient pas cette relation, heureusement. Apollonia se saisit alors du petit sachet de poudre qu’elle avait gardé non loin, saupoudrant une nouvelle petite pincée sur le dos de sa main pour la renifler. Elle était venue pour s’amuser, pas pour se perdre en élucubrations. La Terrianne se leva d’un coup sec, fermant le sachet pour le mettre dans sa poche. Se tournant vers son compagnon, les mains sur les hanches, elle déclara: « C’est un peu déprimant ici, et si on allait trouver un peu d’action ? J’ai envie d’aller danser, je sais pas! » Elle n’avait pas envie de rester ici dans le silence avec ses pensées qui se bousculaient de plus en plus vite. Mieux valait les enterrer sous la musique et les cris. Ils allaient bien trouver une fête quelque part en ville, c’était Dust, quand même. Elle tendit la main à Green pour l’aider à se relever, tout sourire, les pupilles dilatées, espérant le convaincre, même s’il avait l’air de se plaire à ressasser des souvenirs plus qu’à faire la rumba dans le moment.
    avatar
    Messages :

    160

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote & Capitaine

    Code couleur :

    #ff6633

    Crédits :

    372

    Réputation :

    40

    Re: Eclipse | ft. Apollonia WardMessage par Shawn Green le Mar 16 Oct - 16:23
    Eclipse
    Apollonia Ward & Shawn Green - Dust [Bas-Fonds]
    Apollonia. Doc’, comme il aimait encore à l’appeler. Elle n’avait plus exactement ce titre depuis qu’elle était arrivée sur Dust la Sablonneuse. Plus personne ne possédait un seul titre lorsqu’il dépassait l’Arche du Spatioport. Tout le monde devenait comme tout le monde. Les diplômes n’étaient que de la poussière pour les yeux et quiconque le voulait pouvait se revendiquer médecin s’il le désirait. C’était le pouvoir de Dust, où chacun était et pouvait être ce qu’il désirait être. Quitte à mentir, personne ne l’aurait même su. Tout le monde se fichait finalement bien de ce qu’ils avaient été, car si des gens mouraient, tout le monde s’en foutait royalement. Dust était égale à elle-même. A la fois le pire comme le meilleur. Elle pouvait l’un comme l’autre et chacun devait trouver ce juste milieu.

    Il avait ouvert un œil alors que la Médecin s’était relevée, tendant une main ouverte pour l’aider à se relever. Il souriait. Légèrement. Comme endormi par le produit qui faisait effet. Comme s’il endormait chacun de ses muscles pour qu’il oublie les difficultés actuelles et se rappelle les temps plus faciles d’une autre époque. Mais il hochait de la tête, autant faire plaisir à la Doc’. Elle avait envie de s’oublier dans une soirée mouvementée qui n’était sûrement plus de l’âge de l’Antiopéen. Mais c’était la soirée qui lui consacrait, de temps en temps. Et même s’il ne désirait jamais rien avec elle, sinon qu’elle le rafistole un peu, il lui donnait de son temps. Il lui offrait cette chance. S’appuyant contre la paroi métallique, ramassant les deux seringues restantes qu’il userait peut-être à un autre moment, le Géant de plus de deux mètres dépassait largement la jeune femme. Il était telle une bête pour elle, mais aussi un gardien et protecteur.

    _ _ Faisons donc cela ! T’as une idée du coin ? »

    Il y avait ce sentiment étrange qui le liait à la jeune femme. Evitant soigneusement de ne pas prendre sa main, l’Antiopéen avait toujours veillé sur elle, à sa façon particulière. D’une certaine manière, en évitant tout contact physique, il faisait preuve envers elle d’une large différence. Il ne la draguait jamais. Elle le rafistolait. Il la protégeait. Ils arrivaient à s’entendre et, même s’ils n’étaient guère proches, elle pouvait au moins compter sur lui au moindre pépin. C’est ainsi que, glissant les deux mains dans son survêtement pour cacher les seringues, il se mit à hauteur de la jeune femme pour avancer tranquillement dans les rues et ruelles toujours vivantes de la Cité qui ne dormait jamais. Excepté au milieu du Désert où la Mort accompagnait chaque pas. Soufflant pour lui-même, levant la tête vers un ciel caché par les néons colorés de la Cité, ils pouvaient entendre au loin le boucan infernal des nombreuses boîtes ouvertes à cette heure-ci.

    _ _ T’es prête à te lâcher, Doc’, alors ? » Et parlant pour lui-même. « Je serais bien curieux de te voir danser une fois, si t’as vraiment ça dans le sang ou si tu veux juste cacher que tu vas mal. »

    Souriait-il alors qu’ils approchaient d’un bâtiment qui datait de la première Colonisation. Vieux. Et pourtant encore un bon état, l’Eclipse était une vieille boîte de nuit encore bien fréquentée mais au public pas toujours le plus fréquentable. S’arrêtant brièvement, il lui tendait une des deux seringues tandis qu’il s’injectait la deuxième, plus rapidement encore que la première, désirant être déjà haut avant de se lever réellement sur la piste oubliée. Puis, tirant quelques billets de sa poche, il se tournait vers elle alors qu’il s’avançait finalement vers les hommes payés à garder l’entrée.

    _ _ Notre entrée. Tu viens ou je dois te porter jusque-là en plus ? »
    Amuse toi bien !
    avatar
    Messages :

    37

    Localisation :

    dust

    Métier :

    médecin

    Code couleur :

    #A562C1

    Crédits :

    183

    Réputation :

    0

    eclipse
    shawn green & apollonia ward - Dust; Bas-fonds
    La jeune femme ramena rapidement sa main à elle lorsqu’elle vit que Shawn n’en avait guère besoin pour relever son immense silhouette du sol de la ruelle. Le capitaine dominait à peu près n’importe qui de sa stature, mais à côté de la minuscule Terrianne, c’était encore plus impressionnant. Ils faisaient un duo plutôt mal assorti, mais Apollonia ne craignait pas de se faire embêter lorsqu’elle marchait dans les rues la nuit. Lorsqu’il lui demanda si elle connaissait les alentours, elle haussa des épaules nonchalantes avant de rétorquer: « Bah ouais, plus ou moins ». Ce n’était pas nécessairement le quartier où elle s’y retrouvait le plus, mais ils pourraient très bien se diriger au son. Celle qui aurait pu avoir l’air d’une proie facile pour les gens mal intentionnés mais paresseux de la ville, et qui en était probablement une, se mit à marcher pour rattraper son compagnon de fortune dont les grandes enjambées menaçaient qu’elle le perde de vue au tournant de la ruelle. Ses mains sous son poncho brun pour les garder au chaud, elle gambadait presque pour suivre le rythme des longues jambes de Shawn, plus fascinée qu’à son habitude par les enseignes aux néons grésillants.

    La chirurgienne fit oui de la tête bien que son interlocuteur qui lui demandait si elle était prête à se lâcher se trouvait un peu devant elle. Elle ajouta alors: « C’est le but ! » À quoi bon se shooter avec tous ces trucs si elle ne finissait pas par se lâcher au final ? En parlant de shooter, après avoir ajouté quelque chose qu’elle ne put comprendre en Antiopéen, comme il avait l’habitude, Shawn lui tendit sa dernière seringue. D’un geste efficace d’une adepte, elle alla se piquer dans le bras, ce n’était pas la première fois qu’elle s’injectait à la sauvette. S’il lui avait proposé cela auparavant, elle aurait peut-être écouté le bon sens et refuser de mélanger ainsi des substances dont elle ne connaissait ni la provenance, ni les effets. Mais, à ce moment, elle n’avait que l’envie de prolonger et décupler son trip. Elle jeta simplement la seringue souillée au sol dans les autres détritus, sans trop y penser, et alla rejoindre Shawn qui fut plus rapide qu’elle pour payer leur entrée à l’Eclipse. Elle avait fréquenté ce club quelques fois, peut-être ? Était-ce celui-là ou un autre ? Ses souvenirs de sortie étaient souvent flous et elle n’avait jamais mis les pieds dans un club de Dust en état de sobriété. Elle rigola de nouveau en l’entendant dire qu’il allait la porter. elle pourrait peut-être se tenir sur ses épaules, peut-être pourrait-elle toucher le plafond ou s’accrocher après un projecteur de lumière ? « Tu vas peut-être devoir me porter en sortant », annonça-t-elle, avec l’intention de danser jusqu’à ne plus sentir ses jambes.

    Sans accrochages avec les gardiens de sécurité, ils purent pénétrer les vieux bâtiment qui tremblait sous les vibrations des notes basses de la musique assourdissantes. Dur de distinguer la décoration, tout ce qui était visible c’était des rayons et des flashs de lumière colorée, exposant pendant de brefs instants les corps amassés des danseurs, derrière la piste de danse, on devinait le comptoir d’un bar aux lumière stroboscopiques, de quoi faire fuir les épileptiques. Apollonia sentait chaque coup de basse à travers son corps en entier et ne se fit pas prier pour intégrer la foule des danseurs, sa silhouette menue lui permettant facilement de se faufiler entre les gens, se dérobant très probablement à la vue de celui avec qui elle était entrée. Il serait plus facile pour elle de repérer Green, le type faisait deux mètres de haut. Elle se retrouva ainsi dans un flot anonyme de corps entrant en collision un peu au hasard, pas de code de sécurité sur Dust, l’obscurité presque totale lui permettait d’ignorer les visages des gens dansant autour d’elle et presque, de s’ignorer elle-même, dansant en écoutant ce que son corps voulait faire. Peut-être se passait-il quelque chose autour, dans les recoins sombres du club, mais elle n’en avait cure, alors qu’elle ne pouvait pas voir plus loin que son nez dans cette étendue de gens qui la dépassaient tous d’une tête.
    Tu me diras si c'est assez pour te donner de quoi répondre
    avatar
    Messages :

    160

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote & Capitaine

    Code couleur :

    #ff6633

    Crédits :

    372

    Réputation :

    40

    Re: Eclipse | ft. Apollonia WardMessage par Shawn Green le Ven 19 Oct - 9:04
    Eclipse
    Apollonia Ward & Shawn Green - Dust [Bas-Fonds]
    Il y avait cette fumée. Irritante pour la gorge. Pour les yeux. Pour le nez aussi. Piquante. Mélange de mille saveurs, odeurs qui tantôt offraient un parfum aphrodisiaque, tantôt faisaient voir ce qui n’existait même pas. L’Eclipse était ce lieu étrange, souvent malfamé, où pourtant chacun pouvait toujours trouver son compte. Dans un coin, quelques ancêtres de la Cité vendaient encore quelques drogues dépassées depuis longtemps. Ailleurs, on pouvait encore trouver quelques jeunes complètement défoncés, tantôt sous l’effet d’alcool mélangé, tantôt grâce aux nouvelles drogues synthétiques trouvées sur les Marchés Noirs. Et dans ce bordel sans nom, une musique électronique, mélange difforme de trois cultures. S’ajoutait à cela un jeu de mille lumières, violettes, vertes, blanches. Musique. Alcool. Drogue. Lumière. Un mélange explosif pour celui qui se perdait dans ce milieu où l’on ne sortait jamais indemne. Sauf à le fuir dès l’entrée.

    Sa tête tournait. Férocement. La musique frappait ses tempes agressées par les deux seringues injectées. Se posant contre le Bar où chacun jouait des coudes pour obtenir juste un verre d’un mélange inconnu, réputation même de la « maison », selon certains. Car personne ne savait jamais ce qu’il buvait et c’était là la surprise. Il était d’ailleurs arrivé que les mauvaises allergies ressortent, laissant pour mort ceux qui ne connaissaient pas le goût immodéré de l’Eclipse. Mais cela n’avait jamais cessé de faire croître sa réputation. Celui qui dépassait largement tout le monde de plus d’une tête se posait finalement là, posant ses doigts à ses yeux pour tenter de reprendre vaguement ses esprits avant de s’enfoncer un peu plus dans le tumulte dansant de cette soirée qui l’endetterait un peu plus encore. De sa main, il fit un signe deux, signalant qu’il désirait deux shots pour lui et sa camarade. Mais, alors qu’il se tournait vers elle pour le lui offrir, elle avait déjà disparu dans la foule.

    _ _ Put… », lâchait-il seulement en Antiopéen, ne finissant même pas sa phrase.

    Vidant pour lui-même les deux alcools aux goûts particulièrement différents, il s’enfonçait finalement dans la foule qui le bousculait, jouant tantôt des coudes, des épaules. Parfois, son pied butait même sur le corps inerte d’un consommateur ayant abusé. Poussant un soupir pour lui-même, il savait l’effet extrême que pouvait causer l’Eclipse. Peut-être juste endormi. Peut-être une attaque épileptique. Peut-être juste était-il mort. « DOC’ ! », hurlait l’Antiopéen sous le vacarme, sans même voir une silhouette lui ressemblant. Il l’avait perdue. Et soudainement, alors qu’il avançait, il comprit l’effet pervers du double mélange qu’il venait de se faire en plus des deux drogues déjà accumulées dans son corps. Des drogues qui pouvaient parfois être utilisées pour endormir les plus grandes bêtes antiopéennes. Sa tête tournait et virait. Les lumières devenaient des fils. Le gaz devenait opaque. Les sons l’assourdissaient, perdant lentement le sens de la réalité pour se laisser aller au sens de cette fête. Oubliant. S’oubliant. Laissant. Délaissant. Abandonnant. S’abandonnant.

    Mais Dust était Dust, une ville sans aucune loi, sans aucun devoir, sans aucune sécurité. Et au milieu de cette nuit, les armes étaient aussi autorisées dans l’enceinte de la boîte de nuit. Au milieu de cette nuit mouvementée, un premier coup d’énergie explosa dans le bâtiment, sous le couvert de la musique trop forte. Nul hurlement. Nul cri. Comme si personne n’avait fait attention à cet homme qui, pénétrant dans le bâtiment, se faisait le Justicier de ce qu’il considérait comme des déchets de Dust. Les oubliés. Un homme, une femme. Quelqu’un qui, s’avançant dans la foule, laissait soudainement une traînée de sang sur son passage.
    J'espère que le PNJ introduit t'intéresse et te plaît.
    avatar
    Messages :

    37

    Localisation :

    dust

    Métier :

    médecin

    Code couleur :

    #A562C1

    Crédits :

    183

    Réputation :

    0

    eclipse
    shawn green & apollonia ward - Dust; Bas-fonds
    Finalement, ce qu’elle cherchait, cet état de plénitude où l’accumulation de sensations les faisaient toutes taire, ne laissant qu’un bruit blanc serein entre ses deux oreilles. Apollonia n’entendait plus la musique, ne voyait plus les lumières, ignorait les corps autour et leurs odeurs. Elle dansait, les yeux fermés, le sourire aux lèvres, oubliant aussi son compagnon qui lui avait pourtant payé l’entrée. Puis, soudain, une sensation dont elle ne put faire fi, celui d’un corps lourd qui se pressait avec insistance sur le sien. Elle ouvrit les yeux et fit un pas de côté. Le corps, qui, en fait, tombait, continua sa trajectoire jusqu’à s’écraser sur le sol, les gens autour marchant et trébuchant dessus avec confusion. La musique assourdissante revint dans ses oreilles alors qu’elle fixait le corps inanimée, sans être capable d’émettre une seule hypothèse sur l’état de la personne. Elle leva les yeux pour rencontrer le canon d’une arme. Elle ferma les yeux de nouveau, attendant la décharge, mais elle fut violemment poussée sur le côté, par accident ou pas, elle n’en sut rien. Elle sentit quelque chose la frôler, glacé et brûlant à la fois avant de percuter le sol à son tour.

    La panique gagna alors cette section de la piste de danse avant de s’étendre, comme une nuée d’insectes à travers la pièce. On commença à se bousculer entre ceux qui voulaient sortir et ceux qui voulaient rester. À quatre pattes, la Terrianne tenta de se frayer un chemin dans ce qui devenait un dangereux bain de foule, voyant de nouvelles déflagrations d’énergie se mêler aux lumières. Celle que l’adrénaline dégrisait à la dure pu constater que d’autres avaient commencé à tirer, vers le premier tireur ou sur la foule, dur à dire. Elle tenta maintes fois de se remettre sur ses jambes, sans cesse poussée au sol, elle risquait de se faire piétiner. Ayant réussi à ramper jusqu’au bar, après avoir reçu un malencontreux coup de pied au visage, elle s’en servit pour se remettre sur pied. En essuyant son nez du rebord de la main, elle constata qu’elle saignait. elle leva les yeux vers la piste de danse où se tenait une véritable fusillade de laquelle des dizaines de danseurs ne se sauvaient pas. Bien qu’elle sentait qu’elle devait atteindre la porte de sortie, de l’autre côté de ce foutoir, elle était incapable de réfléchir à la meilleure façon de procéder, ni aux raisons qui avaient provoqué cet élan de violence. L’existence de Shawn lui revint alors à l’esprit, et la chirurgienne le chercha des yeux avant qu’un tir passant un peu trop près la force à se réfugier derrière le bar. « Green ! », tenta-t-elle d'appeler dans le vacarme. La réalisation que le colosse avait très bien pu se prendre un tir par la tête la frappa alors, accompagnée d’une autre… Elle s’ennuyait de chez elle. Qu’est-ce qu’elle aurait donné à ce moment précis pour fermer les yeux et les rouvrir à Ys…

    Ce n’était plus le temps de fermer les yeux, malheureusement. Prudemment, Apollonia se redressa pour regarder par-dessus le bar, espérant pouvoir distinguer la silhouette de Shawn dans ce chaos, ou, une occasion de se faire la malle au plus vite. Elle doutait fortement de ces chances d’y arriver toute seule, habiter Dust depuis 3 ans ne faisait pas d’elle nécessairement une super femme d’action prête à se jeter dans la mêlée.
    C'est bon pour moi !
    avatar
    Messages :

    160

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote & Capitaine

    Code couleur :

    #ff6633

    Crédits :

    372

    Réputation :

    40

    Re: Eclipse | ft. Apollonia WardMessage par Shawn Green le Lun 22 Oct - 21:18
    Eclipse
    Apollonia Ward & Shawn Green - Dust [Bas-Fonds]
    Il y avait eu cette première déflagration d’énergie. Un coup de feu couvert par la sonorité assourdissante. Puis une deuxième. Bientôt suivie d’une troisième. De véritables flashs qui ne duraient que brièvement. Une courte seconde. Puis c’était le retour de cette lumière aux néons violets. Ce mélange de gaz étouffant. Et bientôt, comme une traînée de sang, l’odeur de la Mort s’abattait brutalement. Encore une nuit où Dust la Poussiéreuse se teindrait de sa couleur rougeâtre. Alors, hurlant par-dessus cette foule qui commençait brutalement à paniquer sous la nouvelle série, l’Antiopéen cherchait sa camarade du regard, du sommet de ses deux mètres, tentant de la retrouver, espérant aussi ne pas l’avoir conduite vers une mort prématurée.

    _ _ DOC !! » Un premier hurlement qui fit fuir un peu de la foule qui tournait trop près de lui.

    Sortant l’arme qu’il possédait constamment sur lui, car il n’était jamais prudent de sortir sans être au moins armé, l’Antiopéen dégainait finalement son Blaster déjà chargé, prêt à tirer s’il croisait celui qui venait gâcher sa soirée. Soudainement, la tension avait rompu tout l’effet pervers des drogues et s’il déviait parfois de sa course, perdant même l’équilibre tandis que ses oreilles vibraient, le jeu de lumière douloureux pour ses yeux devenus photosensibles, il ne comptait pas s’arrêter. Pas maintenant. Pas avant de l’avoir retrouvé. Mais les gens le craignaient dorénavant, l’imaginant même être le fou qui aurait ouvert le feu sur la foule. Respiration courte. Battements de cœur plus rapides. Le regard à l’affût, les sourcils froncés. La gorge serrée, aussi. Parfois, il jetait un coup d’œil aux corps qui se trouvaient à terre, tantôt piétinés par une foule hystérique, tantôt abattus de sang-froid par un meurtrier.

    Les doigts serrés sur la garde, le Géant noir se fondait dorénavant dans la semi-obscurité, parfois silencieuse, parfois sonore. Encore un flash. Un autre coup de feu. Une série meurtrière d’un homme qui venait de perdre la tête. Un imbécile qui se pensait sûrement au-dessus de ceux qu’il abattait froidement. C’est ainsi que, s’avançant lentement, l’Antiopéen pointait son arme vers l’autre, détestant abattre dans le dos.

    _ _ Hey ! », lâchait-il en sa direction. « T’es qui, putain ? », pour connaître les insultes, il pouvait les dire dans toutes les langues sans le moindre problème. Mais dans son regard, il le voyait. Cette folie. L’abus d’une drogue. Des hallucinations. « HEY !! » Il tira une première fois à côté, un avertissement qu’il arrête d’achever de la sorte. Mais aussi un échec. Il ne visait plus droit, la drogue et les alcools altérant sa réalité. Sa main tremblait. Non de peur. De cette surconsommation.

    _ _ … Putain … » C’est ainsi que, fermant son œil gauche, il tentait de viser une nouvelle fois vers l’autre. Les deux coups de feu partirent en même temps et, soudainement, il sentit le déchirement de sa propre chair. « Ca, par contre, c’est con. », lâchait-il encore pour lui, observant son dernier pull drainer son sang hors de la plaie. « Fais chier. » L’autre avait visé comme une merde. « Il m’a pas raté, ce con. » Oubliant temporairement la médecin, fermant les yeux, il vint à s’asseoir doucement contre un poteau, au milieu des morts, la tête posée contre. « Merde … J’ai niqué mon dernier sweet à cause de ce bouffon. »
    Pas de soucis pour Shawn, juste une blessure mineure comme elle en a tant déjà vu chez lui. Une de plus !
    avatar
    Messages :

    37

    Localisation :

    dust

    Métier :

    médecin

    Code couleur :

    #A562C1

    Crédits :

    183

    Réputation :

    0

    eclipse
    shawn green & apollonia ward - Dust; Bas-fonds
    L’ironie du sort fut que la salve d’énergie qui atteignit Shawn fut celle qui permit à Apollonia de localiser son impressionnante silhouette dans le chaos des stroboscopes. Toujours à moitié cachée derrière le bar, elle tourna tout de suite les yeux vers l’explosion de lumière double qu’elle pouvait tout de même différencier des néons. C’est lorsqu’il se faisait littéralement tirer dessus qu’Apollonia aperçut finalement Shawn, au pire endroit possible. En le voyant glisser au sol, elle ne sut comment réagir sur le moment, ne voyant comment elle pouvait aider l’homme qui se trouvait blessé devant l’assaillant. Merde, elle était médecin, il fallait qu’elle se ressaisisse, elle secoua la tête, regardant autour à la recherche de quelque chose pour le tirer de ce mauvais pas. Son regard se posa sur les multiples bouteilles d’alcool, encore intactes ou explosées en de nombreux fragment. La Terrianne se saisit alors d’une bien lourde faite en un verre opaque et épais. Priant pour ne pas atteindre un danseur innocent dans le chemin, elle la catapulta à deux mains vers le tireur. La bouteille le rata de peu, mais réussit tout de même à attirer son attention. Nul besoin de crier pour qu’il délaisse Green pour pointer son arme vers elle. Elle plongea tout de suite sous le bar, alors qu’une rafale d’énergie en écorchait le comptoir

    Elle ne savait d’où lui venait cet instinct, elle n’était pas habitué à gérer de telles situations comme Shawn, mais il fallait bien qu’elle fasse quelque chose, il lui avait quand même donné sa came gratuitement, ça valait bien de l’empêcher de crever stupidement ainsi. Elle continua de marcher à quatre pattes pour faire le tour du bar sans être repérée. Maintenant que faire ? Shawn était-il en état de contre-attaquer, probablement pas de ce qu’elle avait vu… Se redressant à moitié pour marcher sur ses deux jambes tout en restant penchée, elle se fonda dans la foule qui tentait de rejoindre la sortie trop étroite, elle fit le chemin à contre-courant pour tenter de rejoindre l’Antiopéen blessé. La musique cessa soudainement et de tirs fusèrent alors de la direction où tout le monde fuyait, probablement les gardes de sécurité ou les propriétaires du bar qui avaient décidé de ne pas y aller de main morte pour ramener le calme. Apollonia émit un rare juron en poussant littéralement quelqu’un pour arriver près de la silhouette affaissée de Green. « Hey !, cria-t-elle par-dessus le boucan des tirs au-dessus de leur tête, faut qu’on se tire, tu peux marcher ? » Remarquant le sang qui imbibait le chandail de l’ancien capitaine, elle ne se fit pas prier pour déchirer le tissu de la manche de son propre survêtement. Elle n’avait malheureusement pas pensé à amener sa trousse de premier soin pour une simple sortie, ils devraient se débrouiller avec, littéralement les moyens de bar. Elle fit une boule compacte du morceau de tissu avant d’aller la presser fermement par-dessus le pull de l’autre. « Tu connais la chanson, tiens ça bien serré jusqu’à ce qu’on soit sortis de ce bazar! », indiqua-t-elle à l’homme qui s’était fait tirer dessus plus d’une fois. Pas moyen d’examiner s’il avait une blessure de sortie de l’autre côté vu sa position, ils verraient cela une fois en sécurité. Restait maintenant à trouver un moyen de s’échapper des feux croisés au milieu desquels ils se trouvaient.
    Amuse toi bien!
    avatar
    Messages :

    160

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote & Capitaine

    Code couleur :

    #ff6633

    Crédits :

    372

    Réputation :

    40

    Re: Eclipse | ft. Apollonia WardMessage par Shawn Green le Jeu 25 Oct - 19:08
    Eclipse
    Apollonia Ward & Shawn Green - Dust [Bas-Fonds]
    Alors que la Doc’ se pointait à côté de lui, hurlant par-dessus le boucan général, l’Antiopéen ne put s’empêcher de rire pour lui-même. Était-ce le mélange de l’alcool ou des drogues ? Ou peut-être était-ce seulement l’ironie du sort ? Riant pour lui-même, sentant bien que la blessure n’était que mineure et que la médecin se tracassait surtout plus que nécessaire, il comprenait surtout qu’il avait carrément manqué sa cible vu qu’il lui avait fallu l’aide des interventions pour s’en sortir sans être abattu. Aussi, alors qu’il se relevait avec difficulté, tenant le tissu contre son flanc troué, il se plia douloureusement en avant pour partir avec elle.

    _ _ Putain, c’est bien ma chance ! A croire que j’ai une sacrée mauvaise étoile au point de carrément le rater. Je l’ai même pas touché ce fils de chien. Fais chier. »

    Ou comment tout remettre sur une prétendue mauvaise étoile. Peut-être seulement était-ce l’âge qui le rattrapait ? Ou l’absence d’un entraînement régulier ? Ou peut-être était-ce même son comportement à risques qui aurait pu lui coûter la vie ? Alors qu’il se pliait et avançait la tête basse, il ne pouvait pas s’empêcher de rire devant la courte blague de la jeune femme. Sûrement ne s’était-elle-même pas rendue compte qu’elle venait de dire qu’il fallait se « tirer » de là alors qu’il venait juste de prendre une belle dose d’énergie de plein fouet. Heureusement, il le sentait bien, aucun organe ne semblait être touché. Peut-être était-ce déjà cela d’obtenu sur cette soirée loin de tout repos.

    Soufflant comme il pouvait, le Colosse sortit le pas de plus en plus lourd de l’Eclipse alors qu’il s’en allait dans la ruelle qui s’en allait juste en face. Distance courte. Il le sentait bien. Ses jambes étaient lourdes. Il commençait à transpirer plus que de coutume. Il était peut-être plus touché qu’il ne l’aurait cru. Ou son corps se mettait seulement à réagir au choc de la blessure après la chute d’adrénaline. Prenant une longue inspiration, il releva la partie gauche de son pull synthétique, montrant la vilaine blessure à la Doc’.

    _ _ C’est moche ou c’est moche ? J’sais bien que j’en ai déjà des pires que celle-là, mais elle fait un mal de merde quand même. » Puis, roulant sur son côté droit, il lui montrait l’ensemble de son dos afin qu’elle puisse l’inspecter à son aise. « Ca donne quoi de dos ? J’suis toujours bon ou je vais devoir passer sur ton billard, Doc’ ? » Un court soupir. Il détestait la table d’opération de la jeune femme. Tout était avec ce qu’elle pouvait trouver sur Dust. En somme, pas grand-chose malgré le travail monstrueux qu’elle réalisait. Elle ne pouvait sûrement pas sauver tout le monde, ni ranimer les morts, mais Apollonia méritait définitivement mieux que le monde dans lequel elle vivait au quotidien.

    _ _ Désolé pour la soirée. Promis, je me fais pardonner la prochaine fois. » Et se mettant à rire, il se tint un peu plus fort le flanc atteint. Elle était ce qu’elle était et s’il ne la questionnait pas sur son passé, il se demandait toujours, comme pour Nyx, ce qui avait causé leur départ. Car elle n’était pas animée de la même flamme que lui. Seulement, elle fuyait. Comme si elle avait peur de regarder derrière elle.

    _ _ Et tracasse pas, il m’en faut plus pour être à l’agonie ! Je regrette seulement que ça se finisse comme ça. Tu mérites mieux que les coins pourris de Dust, tu sais ? J’suis sérieusement sincère, Doc’. »
    Ninja !
    avatar
    Messages :

    37

    Localisation :

    dust

    Métier :

    médecin

    Code couleur :

    #A562C1

    Crédits :

    183

    Réputation :

    0

    eclipse
    shawn green & apollonia ward - Dust; Bas-fonds
    Heureusement pour elle, Shawn fut capable de sortir du club sur ses deux jambes, Apollonia doutait fortement de sa capacité à pouvoir soutenir le géant du haut de son mètre et demi. C’était aussi rassurant de le voir marcher, à moins que la quantité de tranquillisants qu’il s’était injecté l’avait empêché de sentir la douleur (ou de viser correctement). Enfin, elle n’allait pas le juger, loin de là, elle était seulement contente de se retrouver dans une ruelle avoisinante en un seul morceau. Elle lança un dernier regard à l’Éclipse où elle pouvait apercevoir les éclats de lumières dans le cadre de la porte. Ils n’avaient pas su ce que le tireur voulait, ils n’avaient pas pu l’empêcher de tuer ces gens, ils n’avaient pas pu jouer aux héros. C’était comme ça sur Dust, elle l’oubliait sans cesse. Elle se retourna vers Shawn qui lui montrait sa blessure. Elle grimaça un peu en regardant la blessure sur son flanc, c’était moche, mais l’avantage avec blessures de blaster, c’est que ça cautérisait un peu en passant. À vue de nez, le point d’entrée n’était pas près d’un organe, mais il fallait voir le point de sortie, s’il y en avait un, pour en être sûre. Justement, Shawn, visiblement habitué à se faire tirer dessus, lui montra son dos. Elle plissa les yeux en regardant si la blessure dans son dos s’alignait avec celle du devant, question d’en deviner la trajectoire. Elle soupira, alors que l’Antiopéen lui faisait le coup du moulin à paroles. « Quelques centimètres de plus et c’était ton colon, t’as eu de la chance ». Ce n’était vraiment pas le meilleur endroit pour se faire tirer dessus, personne n’a envie de se vider de son sang… et du reste qui se trouvait dans son colon à ce moment. Elle ajouta alors en se redressant: « Pas besoin d’opération, mais faudra passer à la clinique, question de désinfecter et refermer le tout ».

    En disant cela, elle sentit l’adrénaline s’effacer brusquement, la laissant étourdie et fatiguée, les paupières lourdes. Elle haussa les épaules mollement, les yeux fixés sur un point vague plus loin lorsque Shawn s’excusa, sa voix arrivant en sourdine à ses oreilles qui vrillaient. Elle déglutit, alors que sa vision chavira complètement, amenant une nausée terrible dans ses sillons chaotiques. Shawn lui parla de nouveau, elle comprit ses mots, mais aussi qu’elle ne pouvait pas y répondre. La chirurgienne leva un doigt pour lui indiquer d’attendre, avant de se retourner prestement et de rendre le contenu de son estomac, nourriture et toxines récentes, sur le tas de vidanges derrière elle. Un mauvais mélange, une tuerie, c’était probablement une réaction normale à avoir à ce stade. Son corps se débarrassait des cochonneries qu’elle avait ingérées ou injectées plus tôt. Elle ferma les yeux et prit une grande inspiration. Se sentant tout de suite mieux, Apollonia s’aida du mur de la ruelle pour se redresser, s’essuyant la bouche du revers de l’autre main. Contre toute attente, elle se laissa aller à un rire doux mais amer. « T’as pas à t’excuser Green… On l’a choisie, cette vie, non ? » Maintenant redressée complètement, elle le regarda avec un sourire, un peu forcé. « On ne peut pas dire qu’on s’est ennuyé, pas vrai ? » Elle se mit alors en marche, pressée de se retrouver loin de l’Eclipse et des bas-fonds. La Terrianne fit signe au colosse de la suivre et sans se retourner l’appela: « Allez, à moins que tu veuilles te balader plein de trous comme ça ». Shawn allait probablement survivre, mais ce n’était pas très chic le look « je viens de survivre à une fusillade inexpliquée dans une boîte de nuit », même à Dust.
    Amuse toi bien!
    Contenu sponsorisé
    Re: Eclipse | ft. Apollonia WardMessage par Contenu sponsorisé