Top-sites
1234
Nuawa
Administratrice
Shawn
Administrateur
Tobias
Administrateur
En -68 P.A, les anciens Terriens débarquaient sur la nouvelle Terra après des siècles d'errance dans l'espace. De cet événement s'est organisé, avec le temps, un nouvel ordre galactiques. Un exode, des tensions, l'évolution et l'indépendance. Ainsi se sont tissées les relations entre les planètes Terra, Luna, Antiopée et Dust. Comment apposerez vous votre marque dans cet univers prêt à changer du tout au tout ?La galaxie est pleine de mystères. Terra, Luna, Antiopée ou Dust, chaque planète éveille la curiosité des explorateurs prêts à tout pour marquer l'Histoire et percer les secrets de l'univers. Alors que la stabilité présumée entre les factions est mise à l'épreuve par l'arrivée d'un peuple inconnu, quelle aventure tenterez-vous de vivre ? Face à l'immensité de l'univers, les Hommes se prennent à rêver d'exploration. Terrians, Lunariens, Antiopéens et Dustiens, chaque peuples aspirent à en percer les secrets. Dans cette galaxie aux possibilités infinies, chaque individu peut changer le cours de l'histoire et voir sa vie prendre des airs de récits d'aventures. Dans de monde ouvert aux occasions multiples, qui serez-vous ?
Actualités
30/09/2018 - Pré-ouverture du forum ! En savoir plus sur les avantages et les bonus de pré-ouverture, ici.
13/10/2018 - Premiers retours sur la pré-ouverture : ajouts, ajustements et prévisions pour la suite. Par ici.
20/10/2018 - Inscriptions de la mission spatiale lancées ! Par ici.
22/10/2018 - Ajustements sur les compétences. Par ici.
nos partenairesLes rejoindre

    Asteroïd | ft. Elizaveta Kovacs

    avatar
    Messages :

    160

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote & Capitaine

    Code couleur :

    #ff6633

    Crédits :

    372

    Réputation :

    40

    Asteroïd | ft. Elizaveta KovacsMessage par Shawn Green le Dim 7 Oct - 16:57
    Asteroïd
    Elizaveta Kovacs & Shawn Green - Dust [Bas-Fonds]
    Mais t’as perdu la raison, Shawn ! »
    T’es complètement pété dans ta tête ou quoi ?! »
    _ _ Mais ! Attendez ! »
    Non. Aucune chance. Le Nowhere ?! Tu t’entends au moins ? »

    Les quatre hommes basculaient la tête de gauche à droite. Négatif. Pour eux aussi. Ce n’étaient plus les premiers qui refusaient sa proposition. Poussant un soupir, l’Antiopéen, de sa large et grande carrure, balayait les verres restés sur la table, les explosant contre l’un des murs rouillés du vieux bâtiment qui servait de bar pour les Connaisseurs. C’était un peu le lieu de rencontres des Aventuriers, l’un des premiers à avoir ouvert. L’un des derniers encore ouverts, aussi. Car depuis quelques années, moins d’Explorateurs se présentaient, souvent en raison de la crainte que causait le Nowhere. Nombre de gens qui venaient dorénavant sur Dust n’étaient plus que des exilés, des bannis, des criminels pour la plupart, ou ceux en quête d’une liberté idéologique et scientifique, loin des esprits fermés d’Antiopée et de Luna.

    Décidément, mauvaise pioche. Mauvaise soirée, en réalité, car le Géant d’Antiopée avait perdu cette dernière à expliquer le projet que lui et son collaborateur, Theron Harlow, avaient eu. L’exploration du Nowhere. Une idée folle à première vue, surtout lorsqu’on connaissait la mauvaise étoile du Capitaine, mais qui, pourtant, pouvait trouver quelques hommes intéressés. Au moins l’avait-il espéré jusqu’à essuyer une véritable défaite. La recherche avait été vaine, nulle et inutile. Aucun Capitaine, encore en possession d’un Vaisseau ou non, n’avait accepté sa proposition, comme s’ils étaient tous trop effrayés. Tout le monde avait au moins perdu un camarade. Levant son gigantesque bras, et d’un signe de tête, il fit signe au serveur de lui en remettre une, qui arrivait quelques minutes après.

    _ _ Merci. », avait-il lâché dans son Antiopéen natal. Puis il avait soupiré alors qu’il regardait le verre plein d’une bière encore artisanale, celle venue avec les Pionniers. D’ailleurs, elle en portait le nom de « Pionnière » et restait, pour les plus grands amateurs, la meilleure Blonde du coin.

    Depuis peu, le Capitaine Green, Pilote invétéré de l’Intrépide, vaisseau perdu lors d’un pari risqué et inutile, s’était mis en tête d’une nouvelle et épique aventure en compagnie d’un tout nouveau partenaire, Theron Harlow. Les deux avaient dès lors décidé de prendre les choses en main et de partir explorer les Dunes inconnues du terrible Nowhere. De quoi revenir avec Gloire et Fortune ? Et peut-être bien d’autres secrets que jamais personne n’avait pu rapporter. Pourtant, alors que les plus vieux téméraires tombaient bientôt des tables, personne ne désirait se lancer dans une nouvelle ruée vers l’Inconnu. Pour beaucoup, Dust, trou du cul du monde, était à la fois le plus beau, mais aussi le plus pourri, des mondes. Où tu rencontrais la Richesse. Où tu finissais tel un oublié au milieu de la rue. Voire pire lorsque tu t’attirais le mauvais œil de certains malfrats. De quoi rapidement finir au caniveau.

    _ _ … Bordel … »
    Amuse toi bien !
    avatar
    Messages :

    29

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Conceptrice d'arme

    Code couleur :

    #71B6B2

    Crédits :

    70

    Réputation :

    11

    Astéroïde
    Shawn Green && Elizaveta Kovacs
    Ta capuche rabattue sur ta tête, tu restes seule, solitaire dans ton coin. Une table à l’écart, un peu mal éclairée. Ainsi, t’as l’air d’un sombre individu sous tout ce drapé sombre, mais c’est un moyen pour avoir une certaine tranquillité. Tu en as marre que parce que tu es une femme assez séduisante, de te faire draguer à tout va et ce malgré la présence de cette bague à ton doigt. Une bague devenue obsolète, n’ayant plus cette signification si importante. Une promesse de mariage envolée, brisée, comme ton avenir… Tu soupires en laissant ta main, fine et délicate se poser sur ton verre pour le porter à tes lèvres et en boire quelque gorgée. Une boisson un peu pétillante, légèrement alcoolisé. Une pseudo tentative d'échappatoire, mais surtout un moyen d’attendre que ton rendez-vous arrive. T’espère qu’il ne va pas tarder trop, tu en as déjà marre d’entendre le charabia des autres langues. Clair que pour ça, t’étais bien mieux sur Luna. Là, tu piges rien aux conversations et ce même si tu tentes d’en saisir quelque nuance, des mots par ci par là, mais en vain. T’es pas linguiste, pas polyglotte… Que du contraire, toi, ton dada, c’est les chiffres, les schémas, les calcules et non pas tout ce qui est littéraire et ce même si tu affectionne lire et passeraient le plus clair de ton temps à cela… D’ailleurs, t’aimerais rentrer dans ton chez toi, un truc bien merdique comparé à la maison que t’avais à Lunaria avec Nikolaï…

    Tu soupires. Il tarde réellement à arriver. Peut-être qu’il sait fait dépouiller pour x ou y raison… D’une certaine façon, ça ne t’étonnerais même pas qu’en réalité, il ne se pointe pas. T’étais connue à Luna, mais ici, t’es encore qu’une inconnue et ce même si t’as déjà quelque contact grâce à ce type à qui tu as vendu tes schémas d’armes, c’est même schéma qui t’ont conduit tout droit ici…

    Attrapant ton classeur, tu te lèves alors pour prendre la direction de la porte, t’aurais mieux fait de pas aller voir la concurrence de ton contact, ça t’aurais évité d’attendre, mais maintenant, tu n’es plus dans l’optique de vendre au premier venu qui montre de l’intérêt à tes prototypes, mais bel et bien au plus offrant… Sauf que la patience, tu l’as pas, pas dans un endroit comme ici. Tu te diriges alors vers le bar pour déposer ton verre pas encore fini sur le comptoir, mais cela c’est sans compter l’homme qui te bouscule et te fait renverser le reste de ton verre sur un autre type, plus âgé et aux allures métissé. Un Antiopéen probablement, bien qu’ici tu peux être sûre de rien. Tu gardes la tête baissée, non désireuse de dévoiler ton regard et serre ton classeur contre toi. "Navré. " souffle-tu d’une voix faussement masculine, tes cheveux étant ramené en arrière sous ta capuche pour ne pas être visible. Bien que tes mains te trahissent si facilement… Enfin, tu ne cherche pas plus tu déposes ton verre maintenant vide sur le bar et cherche à prendre la tangente sans chercher à offrir une quelconque réparation à cet homme alors que tu devrais pour éviter tout soucis… Mais t’as juste envie de te casser là, t’as passé assez de temps dans cet endroit…
    avatar
    Messages :

    160

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote & Capitaine

    Code couleur :

    #ff6633

    Crédits :

    372

    Réputation :

    40

    Asteroïd
    Elizaveta Kovacs & Shawn Green - Dust [Bas-Fonds]
    Une. Soirée. Pourrie. Comme si cela ne suffisait pas à sa mauvaise étoile, voilà que quelqu’un laissait tomber une partie du reste de son verre sur sa manche. Et sans même un regard, ni une tête tournée pour s’excuser proprement, cette dernière s’en était allée d’un court désolé dans un lunarien qui ne laissait aucun doute sur son origine. Poussant un soupir tandis qu’il regardait sa manche trempée, il prit une longue inspiration avant de suivre celui qui gâchait un peu plus sa soirée encore. Comme si cela n’avait pas suffi de passer une nuit entière à parler dans le vide avec de vieux Explorateurs satisfaits de leur infortune. Laissant là la dernière Pionnière commandée, et encore pleine, il lâchait encore un juron dans son Antiopéen natal.

    _ _ Putain … Fallait encore que ça m’arrive ces foutues conneries … »

    C’est encore que, dans la rue aux néons violets de la Cité Dustienne, suivant celui qui venait de renverser malencontreusement sa liqueur, le Géant noir avait remis la capuche noire sur sa tête, dévoilant seulement quelques longues mèches sur son torse. Tandis que ses enjambées s’allongeaient, l’ancien Capitaine hala finalement l’autre.

    _ _ Hey ! », lâcha-t-il dans son Lunarien. « Hey ! J’te parle, le Lunar’ ! »

    Parfois, il se demandait si ce n’étaient pas eux qu’il détestait le plus dans le Système. Ils avaient constamment ce comportement supérieur. Comme s’ils dépassaient les Terrians, les Antiopéens et les Dustiens. Comme si, même ici, ils valaient mieux. Ils valaient plus. Comme s’ils ne pouvaient se défaire de leur mauvais ego qui les rendait déjà aussi insupportables sur Luna. Poussant un soupir, il reprit un peu plus tandis qu’il se rapprochait.

    _ _ J’sais que tu me comprends, j’ai reconnu directement ton Lunarien. » Puis, posant bientôt sa main sur son épaule pour l’arrêter définitivement. « Putain, ils font tous chier. »

    Finalement, sa géante main s’était posée sur l’épaule gauche, tirant dessus pour forcer l’autre à se retourner puis le bloquer définitivement contre la plaque métallique d’un vieux loft oublié. Poussant un soupir, glissant ses doigts à ses yeux, il prit une longue inspiration pour conserver, malgré lui, son calme.

    _ _ Tu sais, j’devrais pas te le dire, mais avec une telle attitude, c’est comme ça que tu vas finir avec une belle balle entre tes deux yeux. Parce que me renverser ce que t’avait sur ma manche, ça me fait déjà chier … Mais quand je t’appelle et que tu ne te retournes pas, là, ça devient vraiment bien lourd. Sauf si tu cherches à crever ? »
    Amuse toi bien !
    avatar
    Messages :

    29

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Conceptrice d'arme

    Code couleur :

    #71B6B2

    Crédits :

    70

    Réputation :

    11

    Astéroïde
    Shawn Green && Elizaveta Kovacs
    _ _ Hey ! Hey ! J’te parle, le Lunar’ ! »

    C’est bien ta veine, il parle Lunarian… Un polyglotte. Au moins, lui, il a la chance de pouvoir converser avec plus d’une personne au contraire de toi… Sauf que même s’il t’offre la possibilité de parler, ou plutôt de t’engueuler. Parce que vu la façon dont il t'interpelle et en vue de ce que tu viens de faire involontairement, oui, il n'y à aucun doute sur ses motivations. C'est bien ta veine tiens. Il peut pas juste accepter ton navré et pas demander plus ? Toute façon tu as pas vraiment d'argent pour payer quoi que ce soit pour le dédommager. Puis merde, C'est juste un peu d'eau aromatisée et collante. Il a pas besoin de réagir comme si c'était de l'acide corrosif que tu lui avais versé sur la manche… Dans tous les cas, tu l'ignores et continue de te diriger vers la sortie. T'as clairement pas envie d'avoir un échange avec ce type qui semble plus que désagréable… parce que tu sais que toi, Tu le sera. Venir ici pour rien, parce qu'on t'a posé un putain de lapin. Il n'y à rien de plus agaçant.

    _ _ J’sais que tu me comprends, j’ai reconnu directement ton Lunarien.  »

    Il t attrape alors par l'épaule et te force à rester, Ta poussant contre une paroi en metal non pas sans une once de violence. Tu laisses entendre, malgré toi, un gémissement qui n'es aucunement viril alors qu'il prend la parole pour te poser plus d'une question, mais surtout te menacer.

    Tout comme lui, tu soupire avant de prendre la parole. Faut dire que tu as pas peur, de toute façon t'as déjà tout perdu. T'as plus ton fiancé, t'as plus d'avenir, plus de chez toi, de projets… Tu pourrais te bercer de l'illusion de pouvoir un jour retourner sur Luna mais tu sais que ça n'arrivera jamais et y retourner pour le voir avec une autre que toi, sans ta place également dans les hautes sphère lunarienne… Non t'as trop de fierté pour ça. Tu le supporterais pas alors autant crever tout simplement ici et maintenant.

    _ _ Tu sais, j’devrais pas te le dire, mais avec une telle attitude, c’est comme ça que tu vas finir avec une belle balle entre tes deux yeux. Parce que me renverser ce que t’avait sur ma manche, ça me fait déjà chier … Mais quand je t’appelle et que tu ne te retournes pas, là, ça devient vraiment bien lourd. Sauf si tu cherches à crever ? »

    Tu relèves la tête dévoilant ton visage à l'homme. Des traits fins et féminin. Il peut douter de ton sexe, après tout il existe des androgynes et tu pourrais en être un. Mais ce n’est pas le cas, encore heureux !

    Tes iris d’un bleu céruléen se posent alors dans les siennes, plus sombres que cela soit par colori ou bien à cause de l’expression. Toi, ton regard répond juste à sa provocation. Tu soutiens dés lors son regard sans faillir.

    Alors t’as comprit que j’me suis excusé. Tu voulais quoi ? Que j’te caresse le bras pour t’essuyer ? Que j’te lèche même pour pas gaspiller ?

    Tu peux avoir l’air moqueuse dans tes propos, mais tu réponds surtout à ses provocations, n’ayant pas peur de ses menaces. Après tout, t’as plus rien à perdre maintenant et tu n’hésites pas à lui montrer quitte à ce qu’il mette en oeuvre sa menace et que réellement tu te retrouves avec une balle dans la tête. Néanmoins, tu viens poser ta main contre son torse pour le repousser un peu, ta farde à glissière entre ta main et lui.

    Donc à moins que tu décides de me mettre une balle dans la tête, tu peux me lâcher maintenant que tu as enfin l’attention que tu sembles désirer ?
    avatar
    Messages :

    160

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote & Capitaine

    Code couleur :

    #ff6633

    Crédits :

    372

    Réputation :

    40

    Asteroïd
    Elizaveta Kovacs & Shawn Green - Dust [Bas-Fonds]
    _ _ Putain de Lunar’, tous les mêmes ceux-là … Même ici, ils ne peuvent pas s’empêcher de se prendre pour les Maîtres de l’Univers ! », avait-il lâché dans sa propre langue antiopéenne, agacé par le comportement provocateur de la jeune femme qui venait de se dévoiler.

    Car s’il avait d’abord cru qu’il avait face à lui un homme, tout cela n’en était pourtant pas le cas car, face à lui, alors que plaquée contre la paroi métallique, il découvrait une jeune femme aux traits fins. Loin de l’air masculin qu’elle avait vaguement tenté de se donner en s’excusant quelques instants auparavant. Pourtant, comme tous les Lunariens, elle le prenait de haut. A croire que c’était inscrit dans leur culture. Qu’ils naissaient en se pensant supérieurs à tous, et surtout les Antiopéens. C’était peut-être aussi en partie pour ça que l’Explorateur n’arrivait que rarement à les remettre. En vérité même, moins il était en leur présence, mieux il se portait. Ils se pensaient tant sophistiqués, tant parfaits, qu’ils en oubliaient parfois de se regarder dans le miroir.

    La lâchant sans plus attendre, levant les deux mains au-dessus de ses épaules, il haussait finalement ces dernières alors qu’il se reculait. Décidément, il ne comprendrait jamais les femmes. Elles avaient toujours ce comportement étrange, rouspétant pour un oui, comme pour un non. Tellement compliqué qu’il avait abandonné depuis tout jeune un quelconque intérêt de nouer une relation sentimentale avec l’une d’elle. Ajoutez à cela une pointe lunarienne et vous aviez l’échantillon devant lui. Se retenant pourtant de cracher au sol, l’Antiopéen reprit à son adresse, dans la seule langue qu’elle semblait comprendre.

    _ _ J’te disais ça pour que tu puisses survivre plus de quelques jours dans Dust, t’as pas trop l’air de t’y connaître, voire même de t’y être perdue. » Faisant une moue avec sa bouche, laissant comprendre que ce n’était plus son problème, il reculait encore d’un pas. « Mais, avec ton comportement, t’attends pas à survivre. T’es plus à Lunaria. »

    Se détournant finalement d’elle, car il n’avait là aucune intention de lui coller une balle dans la tête, n’étant guère son genre, le Géant noir se rendait à nouveau près du Vendeur, lui demandant une nouvelle Pionnière sur son compte – qui était largement dépassé, comme toujours. Une autre dette. Une de plus. Poussant un soupir, il ne comprenait finalement ni les femmes, ni les Lunariens, et encore moins les Lunariennes. Prenant une longue traite, il passa ses gros doigts à ses yeux avant de se tourner pour voir si elle se trouvait encore dans la parage ou si elle avait bel et bien décidé d’aller crever par elle-même grâce à son sale caractère.
    Amuse toi bien !
    avatar
    Messages :

    29

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Conceptrice d'arme

    Code couleur :

    #71B6B2

    Crédits :

    70

    Réputation :

    11

    Astéroïde
    Shawn Green && Elizaveta Kovacs
    _ _ Putain de Lunar’, tous les mêmes ceux-là … Même ici, ils ne peuvent pas s’empêcher de se prendre pour les Maîtres de l’Univers ! »

    Tu piges absoluments rien au charabia qu’il vient de sortir. Une autre langue, peut-être sa langue maternelle, celle qu’il connait le mieux, comme toi avec ton Lunaria, sauf que toi, bah tu parles pas d’autres langues. T’en a pas les capacités ou plutôt, t’as pas chercher à développer cet art, bien trop occupé à apprendre d’autre chose qui pour toi, te semblaient bien plus importante… T’aurais du faire d’autre choix, ouais, apprendre les autres langues, t’intéresser aux autres peuples plutôt qu’aux armes, ça, ça t’aurait réellement aidé et t’aurait probablement pas fini ici. Ouais, il est clair qu’il aurait été préférable que tu joues les diplomates, comme Nikolaï, mais t’as jamais aspiré à cela, à faire du blabla. Toi, t’es pas du genre à savoir remporter un tournoi d’éloquence. Que du contraire, t’es plutôt la tête qui réfléchit prépare le discours plutôt que celui qui le récitera, tu préfères agire dans l’ombre, c’est plus tranquille. Ou presque parce que t’as tout raté au final… A croire que la finesse n’existe que dans des coups de crayons quand t’imagine un nouveau prototype d’armes.

    Il te lâche néanmoins et tu laisses retomber ta main, cessant de le repousser, tu baisses même un peu le regard sur l’épaule qu’il maintenant jusque là. Espérons que t’auras une ecchymose à cause de lui, vu qu’il a pas été tout en douceur… Donc ouais, il est clair que ça t’étonnerait même pas de voir la marque de ses doigts prendre place sur ta peau dans les prochains jours.

    Il reprend la parole, t’adressant maintenant une mise en garde à la place de sa menace. Il y a du progrès ou bien est-ce de la pitié parce qu’il a réalisé qu’il était une femme et dés lors refuse de violenter une femme ? T’en as souvent vu des gars comme ça, qui refuse catégoriquement de faire du mal à la gente féminine. Le complexe du prince charmant. Enfin, tu devrais plutôt dire le désir du prince charmant. L’homme idéal, le preu chevalier qui défend les demoiselles et ne les violentes jamais, celui qui prend soin d’elles qu’importe la situation. T’aimes pas ça, mais bon, tu le laisses faire. S’il veut te prendre à pitié qu’il le fasse, ça te change des regards des mecs en chien.

    _ _ J’te disais ça pour que tu puisses survivre plus de quelques jours dans Dust, t’as pas trop l’air de t’y connaître, voire même de t’y être perdue. Mais, avec ton comportement, t’attends pas à survivre. T’es plus à Lunaria. »


    Il s’éloigne de toi, alors même qu’il cherchait la conversation jusque là. Tu devrais en profiter pour filer et recouvrer la paix, mais dans un sens t’as envie d’écouter les conseils qu’il pourrait te donner, mais aussi, et surtout en réalité, lui faire comprendre que t’es pas tant que cela nouvelle dans le coin. Certes, t’es pas là depuis un bail non plus, mais tu traces quand même ton petit chemin ici et tu cherches réellement à te faire des relations pour justement acquérir un certain petit confort et une notoriété pour pouvoir vendre plus cher tes créations.

    Tu t’approches donc de lui, d’un pas lent, réfléchissant. Tu gagnes un peu de temps pour peser le pour et le contre. Tu devrais te casser, après tout, c’est ce que tu voulais à la base et pourtant…

    Il tourne la tête vers toi et te regarde alors que tu t’approches. Ouais, il semble probablement qu’il attendait que ça, que tu retournes vers lui pour parler. T’es pas stupide enfin, tu crois. Après tout, t’avais quand même prit le temps de t’acclimater à ce nouvel environnement. Le premier moi, t’avais été en observation, évitant surtout les contacts, un peu comme si tu observais, étudiait les individus de cette planète, puis petit à petit t'avais commencé à entrer en contact avec eux, minime au début puis de plus en plus et ce malgré la barrière de la langue. T’as d’ailleurs réalisé qu’il n’était pas si facile que cela de se faire comprendre avec des dessins ou avec des gestes… Mais là, t’en es déjà à ton troisième mois dans ce satané monde…

    Je suis pas la plus récente dans le coin et pourtant, je suis pas encore morte malgré mon comportement comme tu dis. Mais je pense que tu peux piger que si une femme ici se montre trop gentille et douce elle finit mal également. Je préfère plutôt crever que de fini comme la catin de ce bled.
    avatar
    Messages :

    160

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote & Capitaine

    Code couleur :

    #ff6633

    Crédits :

    372

    Réputation :

    40

    Asteroïd
    Elizaveta Kovacs & Shawn Green - Dust [Bas-Fonds]
    Il n’avait pu s’empêcher de sourire alors qu’elle s’approchait finalement de lui, toujours avec ce regard déterminé, ce caractère trempé et hautain que portaient chaque Lunarien, en réalité. Mais il avait haussé les épaules, acceptant bien la compagnie de cette demoiselle au comportement tout sauf irréprochable. Et, il fallait se l’avouer, qu’est-ce qu’elle était déjà épuisante. Aussi, se notait-il pour lui-même qu’il ne recruterait sûrement jamais un Lunarien lorsqu’il reprendrait le contrôle de l’Intrépide. Ils semblaient toujours avoir le dernier mot et il n’aurait sûrement pas besoin d’un tel personnage au sein de son équipage. Les fortes têtes pouvaient bien rester à terre, il avait besoin des rêveurs, de ces fous qui désiraient dépasser les étoiles. Pourtant, hochant de la tête vers le gars derrière le bar, il prendrait la prochaine commande de la jeune femme sur sa longue ardoise.

    Il avait doucement souri alors qu’il tendait l’oreille pour comprendre ce qu’elle racontait dans sa langue natale. Or, il pratiquait rarement cette dernière langue, sûrement en raison de son peuple détestable. Aussi, hocha-t-il la tête en guise de compréhension avant de prendre une autre longue gorgée de son breuvage. Se passant une main sur le visage, il poussa un long soupir, cherchant un temps les bons mots dans la langue de la jeune femme. Et, il fallait bien le dire, son Lunarien était encore plus rouillé que son Terrian aux accents Antiopéens.

    _ _ Tu sais … Je m’en fous que tu crèves, ou non. Je te conseillais seulement d’agir autrement que de renverser ta flotte sur ma manche et te casser comme une voleuse. Pour moins que ça, tu tomberais sur quelqu’un de moins … Moi et tu aurais perdu ton bras. »

    C’était difficile de parler comme il avait tant l’habitude dans sa langue natale. Il jurait moins, il parlait presque plus convenablement car il cherchait sans arrêt les bons mots, surtout que la langue était distinctement différente. Néanmoins, elle avait décidé d’être là pour lui faire la discussion, ou peut-être lui soutirer des informations. Sûrement ne savait-elle-même pas où elle se trouvait exactement. Car elle n’avait guère la gueule d’une Aventurière, plutôt de celles tombées en désuétude. Celles qui ont fui malgré elles pour une terre sauvage et hostile qu’elles n’aiment guère.

    _ _ En toute honnêteté … Tu dois bien mal connaître Dust, la Lunar’. Tout le monde se fout de ton sexe, de qui tu baises, de comment tu baises, pour qui tu baises, ou même si tu ne veux pas baiser du tout. T’es libre, putain. Et si quelqu’un veut te baiser et que tu veux, tu lui pètes ton poing dans son nez et il part en pleurant. »

    Puis il se tourna vers l’ensemble de la salle, les bras grands ouverts et, riant légèrement, il vida finalement le reste de sa grande Pionnière.

    _ _ Tu ne seras la Catin de personne en ces lieux. Parce que personne ne peut te posséder car … Putain, à Dust, t’es libre. Tu peux même exploser ton verre et me le coller dans la gorge que ce serait pareil. »
    Amuse toi bien !
    avatar
    Messages :

    29

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Conceptrice d'arme

    Code couleur :

    #71B6B2

    Crédits :

    70

    Réputation :

    11

    Astéroïde
    Shawn Green && Elizaveta Kovacs
    Finalement, tu t’es approchée de lui, comme il le désirait probablement sans le dire avec des mots et des intentions claires. Ou bien, peut-être que tu désire simplement croire que tu puisses intéresser encore quelqu’un alors qu’on t’a collé un lapin. Tu sais même pas si t’es croquis peuvent encore intéressé des personnes, peut-être que ton tout premier collaborateur va chercher une autre personne. T’es peut-être pas la meilleure, la plus douée et surtout maintenant, tu es dans la disgrâce, mais en même temps, tu es bien plus libre pour poser sur papier les idées qui fusent dans ton esprit qui devrait pourtant ne pas penser à tout cela à cause de tes origines.

    _ _ Tu sais … Je m’en fous que tu crèves, ou non. Je te conseillais seulement d’agir autrement que de renverser ta flotte sur ma manche et te casser comme une voleuse. Pour moins que ça, tu tomberais sur quelqu’un de moins … Moi et tu aurais perdu ton bras. »

    Tu déchante un peu à cause de ses mots, ainsi, tu peux compter que sur toi-même. En même temps, est-ce que ça n’a pas toujours été comme cela ? Quand tu étais encore à Luna, pour être la meilleure, pour te faire remarquer, tu étais obligée d’agir seule, ne pouvant te reposer sur personne ou presque, parce que tu avais quand même Nikolai… Lui, il te manque réellement et tu ne peux t’empêcher de jouer un peu avec ta bague, la faisant glisser doucement autour de ton annulaire.

    _ _ En toute honnêteté … Tu dois bien mal connaître Dust, la Lunar’. Tout le monde se fout de ton sexe, de qui tu baises, de comment tu baises, pour qui tu baises, ou même si tu ne veux pas baiser du tout. T’es libre, putain. Et si quelqu’un veut te baiser et que tu veux, tu lui pètes ton poing dans son nez et il part en pleurant. »

    T’arque alors un sourcil tandis qu’il continue de parler, de se la jouer un peu moralisateur en semblant penser réellement ce qu’il dit. Tu suis du regard sa mouvance alors qu’il semble se la joue un peu au messie en écartant ainsi les bras devant tout le monde, en tentant de me faire voir sa vérité pour tenter de ruiner ta vision des choses.

    _ _ Tu ne seras la Catin de personne en ces lieux. Parce que personne ne peut te posséder car … Putain, à Dust, t’es libre. Tu peux même exploser ton verre et me le coller dans la gorge que ce serait pareil. »

    Vraiment, tu n’es pas assez naive pour le croire, pour voir que cette liberté dont  tu parles est également valable pour les autres. Tu souris d’ailleurs un peu en coin, posant tes iris dans les siennes, jouant peut-être un peu les provocations.

    J’étais donc libre de ne pas m’excuser après t’avoir renversé ma boisson dessus parce que j’ai été bousculé, tout comme tu étais libre de me briser le cou comme tu l’a souligné, alors dis moi donc ce qui empêche un homme de ta carrure de me forcer à coucher avec lui ? Enfin, ce n’est qu’un exemple hein. Mais tu dois voir où je veux en venir.

    Tu soutiens alors son regard pour tenter de voir cette petite lueur significative qui te montrerait que oui, il comprend. Bien que tu ne sois pas sûr qu’il en soit réellement capable.

    N’est-ce pas?

    T’insiste un peu, quitte à être encore plus chiante que d’habitude, mais t’as réellement envie de le voir pousser sa réflexion et comprendre ton point de vue et ainsi pouvoir le faire un peu douter sur le fond pas si bon de tout un chacun.  
    avatar
    Messages :

    160

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote & Capitaine

    Code couleur :

    #ff6633

    Crédits :

    372

    Réputation :

    40

    Asteroïd
    Elizaveta Kovacs & Shawn Green - Dust [Bas-Fonds]
    Les Lunariens avaient réellement un esprit particulièrement étriqué. Surtout lorsqu’ils arrivaient seulement à Dust et tentaient d’en comprendre l’ensemble. Chose qui, finalement, était impossible car il n’existait aucun ensemble commun à tout Dust. Parcelles sur parcelles, la liberté d’un s’arrêtait à la liberté d’un autre. Une loi du plus fort dans une jungle désertique où quelques groupes naissaient et s’écroulaient aussi vite. Peut-être était-ce cela qu’elle n’arrivait pas à réaliser. Qu’elle n’était plus sur Luna. Qu’ici, il n’existait aucune loi. Tandis qu’il passait ses doigts à hauteur de ses yeux émeraudes, l’Antiopéen poussait un soupir. Qu’est-ce qu’il détestait jouer le guide touristique pour ces nouveaux venus. A croire qu’ils tombaient toujours des nues lorsqu’ils découvraient le dépotoir sans loi qu’était la véritable Dust. Était-ce donc cela la Liberté ? Ni droit, ni devoir. Aucune loi. Se calant un peu contre la plaque métallique qu’était le bar, il se tournait finalement vers la jeune femme.

    _ _ Tu es libre de partir sans t’excuser. J’te disais seulement ça pour que tu survives un peu plus d’un an sur Dust, tu vois ! Après, tu fais bien comme tu veux. Si tu veux rapidement crever, frotte-toi aux plus mauvais de nos races. Grand bien te fasse, tu sais. »

    Finalement, buvant d’une unique traite son shot offert, il savait déjà son ardoise carrément bien corsée. Un verre de plus ne ferait que creuser un peu plus son trou. Il rendrait quand il pourrait, comme il l’avait toujours fait avec le vieux Barry. L’homme le connaissait depuis son arrivée et tous les deux s’entendaient assez bien pour savoir que Shawn ne quitterait pas ce monde sans avoir jusqu’à son dernier centime de son ardoise.

    _ _ Ouais, j’suis bien libre de te péter la nuque si j’en ai envie. Comme j’aurais pu te baiser à même la rue, devant tout ce beau monde. Et qui peut m’en empêcher ? Personne. Juste toi. Je me serai frotté à la mauvaise femme si je me retrouve avec la queue coupée, la gorge tranchée, c’est le pari risqué de la vie à Dust. »

    Il ne pouvait pas s’empêcher de sourire un peu plus. Sûrement qu’elle ne comprendrait pas ce qu’il tentait de lui expliquer en ces instants où la sobriété se mêlait lentement à l’ivresse. Comment expliquer à cette jeune femme encore fermée sur son ancien monde qu’elle ne connaîtrait plus la tranquillité de son monde bien protégé ? Car à Dust, personne, et surtout aucune loi, ne protégeait de la mort et de la liberté d’autrui.

    _ _ Tu veux te faire baiser par tout le monde, mets-toi à quatre pattes et tu te fais prendre par qui en aura l’envie. Tu n’as pas envie, tu défends ta liberté, tout simplement. Et rien ne t’empêche de casser cette bouteille … »

    Geste qu’il faisait à l’instant pour lui montrer le morceau tranchant sur son doigt qu’il venait de s’ouvrir pour l’expérimentation.

    _ _ Et de planter ce morceau dans sa gorge. Personne ne te dira que tu n’avais pas le droit. Et tout le monde se fout bien de savoir s’il tentait de te baiser ou si tu l’as baisé avant de le tuer. Comprends donc une chose, la Lunar’, ici, sur Dust, il n’y a pas de bien ou de mal. Ici, tu peux tuer comme tu veux, personne ne veut savoir tes raisons. Si tu veux te prendre la dernière drogue à la mode, personne ne sera là pour te juger. T’es libre, voilà tout. Et je le suis autant. A toi de défendre ta liberté, quitte à marcher sur la mienne. »

    Finalement, lâchant le morceau de verre, il frappa du poing la planche métallique, qui garda la trace de son passage, et se leva finalement alors qu’il faisait signe à Barry qu’il devait sortir pour pisser. Passant à côté de la jeune femme, il posa délicatement une main sur son épaule pour souffler à son oreille quelques mots.

    _ _ Et au passage, je m'éclate pas à tuer pour le plaisir. En plus, j'aime pas trop coucher avec du Lunar', vous êtes trop serrées du cul. »
    Amuse toi bien !
    avatar
    Messages :

    29

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Conceptrice d'arme

    Code couleur :

    #71B6B2

    Crédits :

    70

    Réputation :

    11

    Astéroïde
    Shawn Green && Elizaveta Kovacs
    _ _ Tu es libre de partir sans t’excuser. J’te disais seulement ça pour que tu survives un peu plus d’un an sur Dust, tu vois ! Après, tu fais bien comme tu veux. Si tu veux rapidement crever, frotte-toi aux plus mauvais de nos races. Grand bien te fasse, tu sais. »

    A cette nouvelle réplique de l’homme, tu ne peux t’empêcher de laisser entendre un soupire. Il s’obstine à te croire suicidaire ou du genre à chercher la merde comme ça par pur plaisir. Quel ennui. Tu continues néanmoins de soutenir son regard, l’accompagnant dans sa posture pour t’accouder au bar, gardant tes croquis sous ton autre bras tandis que le premier est appuyé sur le métal froid, légèrement humide et un peu collant. Heureusement pour toi, tu as la légère protection de ta manche pour ne pas voir ton derme directement imbibé des divers alcools qui ont pu être renversé là.

    “Je pense être capable de survivre sans tes conseils, mais merci quand même. Car si j’ai bien suivi, t’aime la politesse alors, je te remercie de cette petite attention même si elle semble profondément te faire chier.”

    Ouais, tu peux pas t’empêcher d’avoir un ton ironique, un peu piquant et provocateur. T’es comme ça, faut dire que les chiens ne font pas des chats comme on dit et avec tes origines Lunariennes, pour dire que t’es un peu conditionné à voir les autres peuplades comme des sous-éléments, des gens bien moins que toi, que vous, qu’eux surtout maintenant, parce que maintenant, t’es tombé de ce piédestal. Ou plutôt tu t’en ai fait chasser. Que de misère. Enfin, quand il reprend la parole, tu l’écoutes. Toute façon, c’est pas comme si t’avais autre chose à foutre de ta journée…

    _ _ Ouais, j’suis bien libre de te péter la nuque si j’en ai envie. Comme j’aurais pu te baiser à même la rue, devant tout ce beau monde. Et qui peut m’en empêcher ? Personne. Juste toi. Je me serai frotté à la mauvaise femme si je me retrouve avec la queue coupée, la gorge tranchée, c’est le pari risqué de la vie à Dust. »

    Et là, il te fait réellement réalisé qu’il peut manqué de poésie, mais en même temps, il te balance en pleine face la réalité de ce monde, de cette planète, ta lune d’accueil. Tu sais qu’il a raison au fond, que si tu veux survivre ici, faut que t’arrête de jouer la provocation, mais qu’en même temps, tu te laisses pas faire. Un juste milieu. Ca risque réellement d’être tendu à faire pour toi avec ton tempérament. Déjà à Luna t’étais pas du genre à te faire apprécier alors ici, ça va être encore plus compliqué à faire… Tu portes alors ta main libre à ton visage, venant posé ton pouce sur une tempe et ton index sur l’autre pour te les masser doucement. Tu réfléchis, tu sais pas comment faire pour gérer ça, pour te gérer mais tu sais que tu vas devoir le faire, pour tenir plus que quelque mois ici, pour avoir une chance peut-être de le revoir même si tu sais déjà que ça ne servira à rien parce qu’il doit avoir déjà trouvé une remplaçante ou alors sa famille à dû s’en charger pour laver sa réputation et son honneur. L’honneur que tu as souillés. Stupide que tu es… Non, t’as pas envie de penser à ça, ou même à lui, parce que ça te tue à petit feu… Au final, c’est quand on manque de quelque chose qu’on réalise à quel point on y tenait n’est-ce pas ?

    _ _ Tu veux te faire baiser par tout le monde, mets-toi à quatre pattes et tu te fais prendre par qui en aura l’envie. Tu n’as pas envie, tu défends ta liberté, tout simplement. Et rien ne t’empêche de casser cette bouteille … »

    _ _ Et de planter ce morceau dans sa gorge. Personne ne te dira que tu n’avais pas le droit. Et tout le monde se fout bien de savoir s’il tentait de te baiser ou si tu l’as baisé avant de le tuer. Comprends donc une chose, la Lunar’, ici, sur Dust, il n’y a pas de bien ou de mal. Ici, tu peux tuer comme tu veux, personne ne veut savoir tes raisons. Si tu veux te prendre la dernière drogue à la mode, personne ne sera là pour te juger. T’es libre, voilà tout. Et je le suis autant. A toi de défendre ta liberté, quitte à marcher sur la mienne. »

    _ _ Et au passage, je m'éclate pas à tuer pour le plaisir. En plus, j'aime pas trop coucher avec du Lunar', vous êtes trop serrées du cul. »


    Et alors qu’il parle, encore et encore, continuant son poème de rue, tu ne peux t’empêcher d’entendre une provocation à ton attention. Coincé du cul ? A-t-il réellement dit cela ? Tu écartes un peu la main de ton visage et tu le regardes, limites choqué par ses propos alors que dans un sens, il a raison.

    “Coincé du cul ?"

    T’as finalement répéter ses mots alors que tu dégages cette mèche un peu plus longue de ton visage pour le regarder au mieux.

    “Quel beau cliché que voilà. Tant qu’on y est, balance moi qu’on a rien pour être au dessus de vous, que notre technologie, c’est de la pacotille.”

    Parce que ça, c’est pareil, on peut pas cracher sur votre technologie plus avancée, tout le monde est forcé de le reconnaître et vous êtes à la base de beaucoup de choses.

    “Parce que l’un comme l’autre c’est des foutaises. Ok, il y a des coincés du cul dans notre peuple, mais il y en aussi dans les autres nations. C’est pas propre aux Lunariens donc faut arrêter un moment ! Car si on répondait tous aux clichés que vous avez de nous, aucun de nous n’aurait quitté Luna ou en aurait été banni.”

    Non, tu n’as pas haussé le ton étrangement, néanmoins, tu as pris soin de bien articuler chacune des syllabes, marquant bien un léger agacement de ta part face à cette stupidité des stéréotypes et clichés que tout le monde à sur ton ancien peuple et donc sur toi également. T’en as un peu marre d’être associé comme ça à eux si facilement et ce même si tu ne peux cacher tes origines lunariennes, surtout alors que tu continues de porter ce pendentif si significatif de ton initiation au cultisme.

    avatar
    Messages :

    160

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote & Capitaine

    Code couleur :

    #ff6633

    Crédits :

    372

    Réputation :

    40

    Asteroïd
    Elizaveta Kovacs & Shawn Green - Dust [Bas-Fonds]
    Définitivement, elle était exactement comme tous les autres Lunariens qu’il avait parfois fréquenté alors qu’il était de passage dans leur Cité. Elle n’était pas une Dustienne, pas comme Mario qui avait depuis longtemps épousé la Ville Violette. Elle était encore cette Lunarienne qui pensait pouvoir obtenir quoi que ce soit à ce titre. Comme si sa race d’origine avait une quelconque importance dans ce monde où le respect s’obtenait uniquement par la force, l’intelligence ou une quelconque démonstration de puissance. Mais elle ne montrait rien, sinon qu’elle savait sortir quelques crocs alors qu’elle se sentait insultée. Pour démontrer qu’elle était exactement à l’image de ce qu’elle tentait de ne pas être. Souriant avec légèreté, car il se fichait bien de ce qu’elle pouvait aboyer, il ne comprenait pas toujours tout ce qu’elle pouvait dire, notamment car son Lunarien était sûrement le plus pourri des trois langues parlées dans la Galaxie.

    _ _ Tu sais, en vrai, je m’en fous bien des clichés. Si vous voulez vous penser supérieurs grâce à vos technologies, grand bien vous fasse honnêtement, je m’en branle carrément. »

    Il haussait les épaules car en vérité, il n’était guère affecté par la jeune femme. Elle ne connaissait pas Dust et semblait croire que son avis avait une quelconque importance pour lui ou qui ce soit. Lunarienne jusqu’au bout, en vérité. Elle n’aurait même pas su le cacher à qui que ce soit tant elle semblait respirer de cette façon si particulière. Alors, il lui souriait, se tournant vers elle, les mains ouvertes pour lui montrer l’impuissance qu’il avait.

    _ _ Je dis juste que vous êtes plus serrées que les autres, t’es choquée pour si peu ? Tu te ridiculises toute seule en prouvant bien que vous, les Lunariens, vous ne supportez pas le moindre reproche. »

    Approchant de plus en plus de la porte de sortie, car son besoin se faisait de plus en plus pressant pour lui, il haussait le temps en même temps, dans une foule qui se voulait surtout composée de Terrians, et qui ne comprenaient finalement même pas un mot de cette langue poétique qu’était le Lunarien.

    _ _ Et au passage, si tu veux vraiment tout savoir, « vous, les Lunariens, » les Terrians vous surpasseront un de ce jour et vous vous demanderez pourquoi. Juste comme ça, un petit conseil … Arrête de défendre « ta » faction car tu n’en fais plus partie dorénavant. »

    Puis sortant, ne tenant plus, il se cala rapidement dans la ruelle attenante, se débraillant sans attendre pour se soulager d’un besoin qui ne pouvait plus attendre. Car l’abus de Pionnière avait cet effet malencontreux de lui donner une envie toujours pressante de se soulager constamment. Les yeux fermés, la tête légèrement en arrière, il profitait de cet instant.
    Amuse toi bien !
    avatar
    Messages :

    29

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Conceptrice d'arme

    Code couleur :

    #71B6B2

    Crédits :

    70

    Réputation :

    11

    Astéroïde
    Shawn Green && Elizaveta Kovacs
    _ _ Tu sais, en vrai, je m’en fous bien des clichés. Si vous voulez vous penser supérieurs grâce à vos technologies, grand bien vous fasse honnêtement, je m’en branle carrément. »

    “Si tu te fous des clichés pourquoi t’en joue alors ?”

    Non, t’as pas pu t’empêcher de répondre cela du tac au tac. Une question légitime pour tenter de comprendre un peu cet homme qui au final se révèle être assez étrange dans ses choix. Alors oui, tu te questionnes, parce qu’il te fait comprendre que tu le saoul et pourtant, il te parle, cherche à te donner des conseils. A côté, il te critique en plein à cause de tes origines mais en parallèle, il te reproche d’y réagir comme si c’était normal… En vérité, tu ne sais pas trop sur quel pied danser avec lui. Et t’aime pas ça, non, parce qu’il doit être le genre de type à te causer des emmerdes facilement s’il t’a pas à la bonne, et tout le contraire s’il t’apprécie sauf que toi, tu sais déjà que t’as aucune chance d’être dans ses petits papiers.

    _ Je dis juste que vous êtes plus serrées que les autres, t’es choquée pour si peu ? Tu te ridiculises toute seule en prouvant bien que vous, les Lunariens, vous ne supportez pas le moindre reproche. »

    Tu lèves tes yeux au ciel, ou plutôt dans le cas présent, le plafond, miteux de cet endroit. Tu ne réponds rien cette fois, parce que ça serait juste lui donner raison et ça, t’as clairement pas envie de le faire. Ainsi, tu restes silencieux le laissant continuer de cracher sa verve déplaisante contre toi et tes origines.

    _ _ Et au passage, si tu veux vraiment tout savoir, « vous, les Lunariens, » les Terrians vous surpasseront un de ce jour et vous vous demanderez pourquoi. Juste comme ça, un petit conseil … Arrête de défendre « ta » faction car tu n’en fais plus partie dorénavant. »

    Parce que oui, il poursuit et tente de te faire prendre conscience d’une chos que tu sais déjà. Tu soupires, agacée. Il te croit réellement stupide ou bien attardé peut-être même. Dans tout les cas, c’est pas glorieux pour toi tout ça. Tu le laisses prendre les devants, il quitte la pièce et toi tu regarde d’un air dépité la porte qu’il vient de franchir pour prendre l’air et peut-être disparaître dans la nuit. Tu finis donc par suivre sa mouvance, de toute façon, ton rendez-vous ne viendra plus maintenant alors t’as plus qu’à rentré dans le taudis qui te sert de toit maintenant.

    Néanmoins, une fois dehors tu le vois alors, il est là, et tu soupires une nouvelles fois alors que tu es obligée de passer près de lui. Néanmoins, tu profites de cela pour lui laisser entendre une dernière phrase.

    “ “Ma” faction comme tu dis je ne peux pas la nier parce que je suis une lunarienne de naissance et ce même si je ne fais plus partit de ce peuple, je reste qualifiable de lunarienne comme tu n’as cessé de le faire. Alors quand tu arrêteras de m’appeler Lunar’ peut-être que j’y songerais.”


    Un soufflement, un murmure que tu lui adresse directement sans même le regarder alors

    que tu continues d’avancer pour clore cette rencontre et sincèrement, t’espère ne pas le recroiser avant plusieurs lunes. Il est agaçant.
    Contenu sponsorisé
    Re: Asteroïd | ft. Elizaveta KovacsMessage par Contenu sponsorisé