Top-sites
1234
Nuawa
Administratrice
Shawn
Administrateur
Tobias
Administrateur
En -68 P.A, les anciens Terriens débarquaient sur la nouvelle Terra après des siècles d'errance dans l'espace. De cet événement s'est organisé, avec le temps, un nouvel ordre galactiques. Un exode, des tensions, l'évolution et l'indépendance. Ainsi se sont tissées les relations entre les planètes Terra, Luna, Antiopée et Dust. Comment apposerez vous votre marque dans cet univers prêt à changer du tout au tout ?La galaxie est pleine de mystères. Terra, Luna, Antiopée ou Dust, chaque planète éveille la curiosité des explorateurs prêts à tout pour marquer l'Histoire et percer les secrets de l'univers. Alors que la stabilité présumée entre les factions est mise à l'épreuve par l'arrivée d'un peuple inconnu, quelle aventure tenterez-vous de vivre ? Face à l'immensité de l'univers, les Hommes se prennent à rêver d'exploration. Terrians, Lunariens, Antiopéens et Dustiens, chaque peuples aspirent à en percer les secrets. Dans cette galaxie aux possibilités infinies, chaque individu peut changer le cours de l'histoire et voir sa vie prendre des airs de récits d'aventures. Dans de monde ouvert aux occasions multiples, qui serez-vous ?
Actualités
30/09/2018 - Pré-ouverture du forum ! En savoir plus sur les avantages et les bonus de pré-ouverture, ici.
13/10/2018 - Premiers retours sur la pré-ouverture : ajouts, ajustements et prévisions pour la suite. Par ici.
20/10/2018 - Inscriptions de la mission spatiale lancées ! Par ici.
22/10/2018 - Ajustements sur les compétences. Par ici.
nos partenairesLes rejoindre

    L'odeur de la peur | ft. Blair

    avatar
    Messages :

    33

    Localisation :

    Terra

    Métier :

    Capitaine de vaisseau dans l'armée et haut gradé dans l'ORI

    Code couleur :

    #dc143c

    Crédits :

    265

    Réputation :

    29

    L'odeur de la peur | ft. BlairMessage par Lazare Oswald le Sam 13 Oct - 22:15


    le travail
    ft. blair
    docteur

    Dust, un monde sur lequel ce n'était la première fois que tu mettais les pieds. Cela faisait maintenant quelques mois que tu n'y avais pas mis les pieds et comme à l'accoutumé l'emprise des vivants n'avait cessé de croître en ces terres désertiques. Un monde tout sauf hospitalier, une planète où la vie s'était développée en de multiples constructions. Il s'agissait sans doute d'une des rares choses que tu trouvais estimable sur ce monde déchet, un dépotoir géant où tous les pires rebuts de l'univers finissent un jour ou l'autre par passer. Il y avait sans doute du bon à tirer de tout ceci là où l'éthique était totalement absente, là où des exilés de Luna et d'Antiopée finissaient en plus de quelques individus de ton peuple. Tu n'osais imaginer ce que l'échange des savoirs pouvait donner en un lieu sans chaînes comme celui-ci avec des moyens en plus. Une xénophobie se faisant moindre, sans doute l'une des rares exceptions en ton mode de pensé. Tu étais apte à faire des exceptions tant qu'une personne savait se montrer utile à ta cause même si cela ne t'empêchait ensuite de te débarrasser des parasites. Il était idiot de vouloir se priver de certaines opportunités, des opportunités que tu préférais toujours encadrer, mesurer afin d'être assuré que rien ne puisse déraper.

    Tu admirais autant que tu exécrais la population de ce monde qui n'était qu'à tes yeux un Réservoir sans encadrement. Un nid de main d’œuvre où la criminalité et la loi du plus fort prônait cependant sans règles, un lieu où la sélection naturelle se mêlait à la malice pour survivre face à un ensemble de prédateurs humains. La chaîne alimentaire était simple en ces terres vides de vie en dehors de quelques endroits, en ces terres constellées de métaux usés par le temps à certains endroits. Une chaîne alimentaire propice à la fuite de certains individus qui préféraient s'y cacher pour éviter les traqueurs de leur propre monde. Cela faisait maintenant trois jours que vous aviez rejoint cette planète sous des identités différentes même s'il était complexe de passer inaperçu en compagnie d'une certaine scientifique à la peau bleuâtre. Tu l'avais emmené avec toi pour diverses raisons même si la plus simple relevait de la notion de confiance. Il vous fallait chacun apprendre peut être un peu plus à vous connaître surtout de par les futurs péripéties que vous alliez partager en vos explorations. Il y avait cette nécessité d'apprendre un peu plus de l'autre en dehors des nombreux écrits que l'on pouvait trouver sur un dossier, l’empirisme ayant toujours été bien plus bénéfique.

    Tu te devais de la connaître sous tous ses aspects en tant que collaboratrice même si la hiérarchie la soumettait toujours à toi. Le temps allait être un bien des plus précieux entre vos personnes afin de bâtir une chose éventuellement semblable à une certaine croyance de l'un envers l'autre. Une initiative allant de l’apprentissage des tics de l'un aux préférences de l'autre, il était aisé d'affirmer que ce processus allait surtout être à sens unique en réalité alors que tu avais déjà commencé à Terra à surveiller la trompeuse jeune femme en son quotidien. Tu n'en étais pas aller jusqu'à microter son chez soi lui laissant cette dernière intimité mais tu avais commencé à exiger un résumé de chacun de ses déplacements, de ses récentes fréquentations. Tu avais appris quelques informations des plus simples comme le fait qu'elle possédait plusieurs chiens jusqu'au nom de chacun de ses patients, leur jour de visite et autres rituels de la belle venimeuse. Tu n'avais pour l'instant rien remarqué de prononcé la concernant, rien de bien dérangeant ou répréhensible. Elle était comme tous une humaine avec ses activités, rien d'affriolant même s'il était complexe de suspecté être surveillé par l'ORI, l'époque de la filature par des hommes étant révolu depuis des siècles.

    Tu savais que si tu voulais en apprendre plus sur Blair tu allais devoir agir de si nombreuses autres façons. Elle avait éventuellement modifié ses habitudes depuis son embauche et une nouvelle fois on n'était jamais mieux servi que par soi même. Tu l'avais invité à se joindre à toi en ce début de matinée, l'astre lunaire étant toujours présent alors qu'il devait être tout juste cinq heure du matin localement. On ne pouvait pas dire que la ville était inactive même si vous ne vous trouviez en cœur, le simple bruit de votre véhicule se permettant de se lier aux sonorités nocturnes. Des sonorités uniques à une ville décadente en son mode de vie, en ses activités discutables surtout de nuit. Vous vous deviez de rejoindre un certain lieu alors que cela faisait quelques jours qu'une partie de l'équipe avec qui tu étais arrivé à Dust avait fini par disparaître conformément à tes ordres. Tu n'avais clairement formulé à ta psychologue, à la dame de médecine les raisons de votre venu en ce trou. Tu lui avais juste fait savoir qu'elle allait pouvoir voguer à ses occupations si elle le désirait le temps de votre voyage mais cependant sous ta surveillance ou celle d'un de tes hommes. Tu restais malgré tout à ses yeux un simple capitaine de vaisseau quelque peu paranoïaque et peu enclin à entièrement lui faire confiance.

    Vous aviez fini par atteindre la périphérie de la capitale dépotoir alors qu'il régnait toujours cette obscurité, tu ne t'étais point fait prier pour descendre du véhicule une fois arrivé à destination en ce qui paressait être des quartiers excentrés. Excentrés et par extension absents de toute source de vie trop poussée hormis quelques parias qui avaient fini par totalement adopter un mode de vie misérable. Tu avançais en les ruelles en invitant la docteur à te suivre alors que tu lui avais demandé de prendre ses différentes affaires purement professionnelles. Tu ne te faisais point prier malgré tout pour maintenir un semblant de discussion entre vos personnes, quelque chose de très simple à vrai dire alors qu'elle t’emboîtait le pas.  

    « - Que pensez vous de Dust ? Généralement les avis sont très partagés sur cette planète et tout ce qu'elle abrite. »

    Ce monde n'était pas de tous les goûts tout bonnement et tu étais curieux d'avoir son appréciation alors que vous ne cessiez d'avancer. Vous alliez devoir marcher encore quelques minutes là où les ruelles étaient trop étroites pour un quelconque moyen de transport.

    « - J'ai une petite question à vous demander, en dehors des expertises psychologiques que vous allez devoir mener pour moi est-ce que vous acceptez toujours de nouveaux patients ? »

    Une seconde question alors que tu savais que les professionnels de santé parfois ne pouvaient accepter plus de clients, de patients afin en parallèle de conserver une certaine attention sur leurs premières ouailles. Tu te posais de nombreuses questions sur son professionnalisme et sur sa relation avec ses nombreux métiers, elle aimait l'humain, son corps en tout ses points pour ce qu'il était mais parfois ceci donnait lieu à des relations complexes. Pour Blair de ce que tu avais pu entrevoir et supposer de par son dossier elle appréciait l'aspect mental autant que le physique alors qu'elle avait une fascination sans doute présente pour la chair sous tous ses aspects, animées ou non par le souffle de la vie. Elle n'était pas médecin légiste pour rien, la mort devait la fasciner ou à l'opposition le désir de vie de façon trop prononcée.

    « - Docteur Lamb, je me demande, à quel point aimez vous votre travail en général ? »



    avatar
    Messages :

    40

    Localisation :

    Terra

    Métier :

    Chercheuse, psychiatre, psychologue, chirurgienne, médecin légiste

    Code couleur :

    #6b70b0

    Crédits :

    55

    Réputation :

    13

    Re: L'odeur de la peur | ft. BlairMessage par Blair Lamb le Jeu 18 Oct - 10:40

    Oft hope is born when all is forlorn.

    Dust était comme la carcasse pourrie de cette galaxie. Des malfrats, des sauvages, qui s'ils n'étaient pas nobles restaient intéressants car ils étaient modelés différemment que les standards terrians. La mauvaise herbe, une décheterie négligée et remplie à ras-bord. Cependant, les habitants faisaient de bons...clients. Il fallait l'avouer. Leur singularité était quelque chose de finalement assez louable, si on prenait en compte les cas qu'elle avait pu traiter par le passé. Si elle n'y mettait pas les pieds, elle foulerait aujourd'hui une fois de plus ces terres et en charmante compagnie.

    Sans blague. Bien.
    Elle avait accepté l'offre d'emploi de ce fameux capitaine zélé. Peut-être n'avait-elle pas le choix, sans doute avait-il déjà prévu le coup depuis longtemps en la convoquant, elle qui pourtant était une sorte de fruit noble perché à un arbre haut de plusieurs dizaines de mètre, innateignable par la majorité du vivant à moins qu'il soit lui aussi tout aussi exceptionnel que la conifère qui la portait et l'hébergeait. Aussi exceptionnel que ce fruit qui culminait, là-haut.
    Même si elle avait pu décortiquer sa chair, sectionner ses os pour les remplacer par une empreinte d'elle-même, elle n'avait jamais eu l'impression de véritablement le connaître. Pareil pour lui. Leur relation avait été professionnelle et froide. Lamb n'avait pas eu l'occasion de l'inviter à manger, mais la viande était congelée, donc cela importait finalement peu. Il glisserait tôt ou tard ses couverts nobles entre ses lèvres sales. Non. Oswald était un mystère qui savait ce qu'il vallait, et qui gardait autour de son esprit une solide rempart, forteresse renfermant sans aucun doute un bien à l'étrange valeur. Il fallait avouer qu'il avait fait naître en Blair une certaine curiosité pour le moment assez innocente. N'importe qui désirerait connaître ce que renferme son employeur, après tout. Non ?

    Finalement, les étendues poussiéreuse de la planète Dust étaient visibles. Blair l'observait se rapprocher avec un maigre sourire aux lippes. Elle pensait encore à lui. Oui.
    Blair n'était pas idiote. Elle remarquait bien que sa personne était continuellement inspectée par des orbes inquisitrices. Elle n'avait aucune intimité. Mais heureusement pour elle, si elle avait énormément de choses à cacher, elle n'avait jamais véritablement faillit à cette tâche. Ou peut-être deux fois. Mais justement, ce relâchement fit éclabousser quelques... tâches. D'un carmin profond.

    Quelques heures plus tard, ils foulaient déjà ces terres désacrées. Suite à la première question de Lazare, Lamb observa machinalement les étroites ruelles tentaculaires qui se présentaient à eux. Elle réfléchit un moment.

    « Une planète très intéressante sur ce qu'elle renferme. »

    Elle ne s'étala pas plus longtemps, n'en voyant pas l'intérêt. Elle se doutait qu'il pose la question en étant atteint par une réelle curiosité, cette conversation était un banal meublage dont ils devaient avoir tous les deux habitude. Lamb préférait épargner cela au militaire, quitte à provoquer un silence assez gênant entre eux. Silence dans lequel seuls leurs pas claquaient contre le sol aussi impur que l'essence même de ce monde. Une autre question, accompagnée d'une énième. Plissement d'yeux. Pas anodine, il avait quelque chose derrière la tête, mais quoi ? Elle ne comptait dans tous les cas pas lui faire entendre ce qu'il souhaitait entendre, pensa-t-elle.

    « Cela dépend. Au vu de mes autres occupations, cela est assez complexe d'accepter perpétuellement des patients. On finit par crouler sous le travail, et puis je n'ai pas le temps. Mais je suppose que ce n'est pas un question posée par curiosité pure et simple, me trompé-je ? »

    A quel point aimait-elle son travail ? C'était intéressant. Blair a toujours été passionnée de psychologie, de psychiatrie, de médecine. C'était comme une évidence, une vocation à laquelle elle était destinée et elle ne s'était jamais vue se reconvertir ou faire autre chose que ce qu'elle fait actuellement. En plus d'être passionnée, Blair était douée. Enormément de facteurs qui faisaient qu'elle ne pouvait haïr son métier. Si cela avait été le cas, elle l'aurait quitté, malgré le fait que sa vie entière finalement dépende de lui. Elle aimait son métier. Oui, mais à quel point ?

    « C'est une question à laquelle je ne peux véritablement répondre, capitaine Oswald. J'aime énormément mon travail, oui, sinon je n'aurais pas exercé durant si longtemps. Sinon, je ne lui aurais pas donné autant de mon temps journalièrement. Mais comme pour votre précédente question, je cherche à savoir pourquoi êtes-vous si curieux à ce sujet ? »

    Blair lui emboitait le pas depuis tout à l'heure, mais elle avait accéléré le pas afin d'arriver à sa hauteur. Un sourire naquit sur son visage.

    « A quoi pensez-vous, en étant si curieux ? Cela cache quelque chose. Dites-moi tout. »

    Dans ses yeux jaunes se mourraient les flammes d'une curiosité incandescente. Dans son soruire, elle prenaient un second souffle.

    Lazare Oswald
    Blair Lamb
    .