Top-sites
1234
Nuawa
Administratrice
Shawn
Administrateur
Tobias
Administrateur
En -68 P.A, les anciens Terriens débarquaient sur la nouvelle Terra après des siècles d'errance dans l'espace. De cet événement s'est organisé, avec le temps, un nouvel ordre galactiques. Un exode, des tensions, l'évolution et l'indépendance. Ainsi se sont tissées les relations entre les planètes Terra, Luna, Antiopée et Dust. Comment apposerez vous votre marque dans cet univers prêt à changer du tout au tout ?La galaxie est pleine de mystères. Terra, Luna, Antiopée ou Dust, chaque planète éveille la curiosité des explorateurs prêts à tout pour marquer l'Histoire et percer les secrets de l'univers. Alors que la stabilité présumée entre les factions est mise à l'épreuve par l'arrivée d'un peuple inconnu, quelle aventure tenterez-vous de vivre ? Face à l'immensité de l'univers, les Hommes se prennent à rêver d'exploration. Terrians, Lunariens, Antiopéens et Dustiens, chaque peuples aspirent à en percer les secrets. Dans cette galaxie aux possibilités infinies, chaque individu peut changer le cours de l'histoire et voir sa vie prendre des airs de récits d'aventures. Dans de monde ouvert aux occasions multiples, qui serez-vous ?
Actualités
30/09/2018 - Pré-ouverture du forum ! En savoir plus sur les avantages et les bonus de pré-ouverture, ici.
13/10/2018 - Premiers retours sur la pré-ouverture : ajouts, ajustements et prévisions pour la suite. Par ici.
20/10/2018 - Inscriptions de la mission spatiale lancées ! Par ici.
22/10/2018 - Ajustements sur les compétences. Par ici.
04/11/2018 - Fin de la pré-ouverture ! Plus d'informations Par ici.
nos partenairesLes rejoindre

    Exploration - Diggy diggy hole | ft. Sam et Jahandar

    avatar
    Messages :

    158

    Localisation :

    Terra

    Métier :

    Lieutenant de police - brigade criminelle

    Code couleur :

    #b51e23

    Crédits :

    801

    Réputation :

    150

    Diggy diggy hole
    Goodenough & Valid - Nord - Nord-Est de la province
    La province de Terra n'avait pas vu autant de représentant des autres régions depuis des années. Le dernier grand chantier – qui finirait certainement par s'installer récemment – devait remonter à la mise à l'eau de Ascella Felix. Quoiqu'il en soit des vaisseaux par dizaine de délégations et d'entreprises arrivés, sans parler des véhicules de la police de Terra.
    Il était encore tôt dans la journée, et d'ici deux heures le soleil serait à son zénith confirmant l'idée général de la faim qui allait se réveiller. Les groupes d'explorations avaient été réalisé à l'avance et transmit aux autorités pour offrir une protection aux membres des entreprises de forage et aux représentant de la société de Scynthula Corporation. Le lieutenant de police Yesenia Llullaillaco devait faire équipe avec le représentant Sam Goodenough – soit dit en passant, lorsqu'elle avait lu le nom sur le dossier, elle pensait qu'il s'agissait d'une femme, Sam étant le diminutif pour Samantha – .
    L'un des grands chefs d'entreprise Terrianne se lançait dans un grand discours pompeux pour remercier les participants pour apporter leur aide à créer un futur glorieux pour la république fédérale de Terra.

    Yesenia n'en écoutait pas un traître mot, enfournant sa casquette bien profondément vers sa tête elle s'en allait voir Valid – discrètement –. Pour se débarasser de quelques contingent désagréable avec lui, elle lui avait proposé une place – totalement illégale bien entendue – sur le projet d'exploration. Elle lui avait proposé un choix avec deux possibilités.
    Soit il venait sous la couverture d'un entrepreneur dans le forage ou soit comme un policier – à la seconde proposition, elle lui aurait fournit un uniforme de policier très seyant comme elle portait à l'époque au début de sa carrière, mais sans les armes de services bien entendu –.
    « — Oublie pas, si tu fais tout capoter sur la couverture, je me gênerais pas pour te faire faire un séjour au trou, ok ? »
    Elle tapait sur son épaule.
    « — Allez il est temps d'aller chercher madame Goodenough. Yesenia regardait les lieux d'un regard circulaire. »
    Des groupes partaient dans les directions qui leur étaient désignés – soit le nord – tandis que le groupe de Yesenia devait se rendre vers le nord-est.

    Il ne restait plus qu'une femme et des hommes, alors naturellement, elle se rendait à la rencontre de la femme.
    « — Madame Goodenough ? Nous sommes vos coéquipiers pour la mission, si vous voulez bien me suivre.
    Vous faites erreur. Je suis madame Blum. Il s'agit de monsieur Goodenough votre coéquipier. elle le pontait du doigt. Une bonne journée à vous.
    Ah ! En même temps qu'elle idée d'avoir un prénom pareille, je vous jure ! C'est bien une diva. elle se frottait l'arrière de la tête. Désolé et bonne journée à vous. un coup d’œil à Valid. Zéro commentaire, ok ? »
    Elle avait dans son dos un sac, contenant deux bouteilles d'eau, de la nourriture sèche ainsi qu'une corde de trois mètres et des feux de détresses, ainsi qu'un gps pour pouvoir noter les éléments rencontrer en chemin. Elle avait sur elle un système de communication avec les autres équipe, mais elle n'était pas sur qu'elle allait avoir du réseau.
    « — Salut. à l'attention de Sam. Comment on se retrouve, j'avais presque oublié que tu travaillais pour la société. – compréhensible avec l'alcool – Vous êtes prêts pour partir ? »
    Dernier round avant d'y aller.
    avatar
    Messages :

    74

    Localisation :

    Terra

    Métier :

    Chef de projet pour Andaman Dynamics - Représentant de l'Armée Terrianne à Scynthula Corporation

    Code couleur :

    #D2B48C

    Crédits :

    215

    Réputation :

    62

    Diggy Diggy Hole
    S. Goodenough | Y. Llullaillaco | J. Valid - No Comment
        La Province. Une appellation volontairement péjorative pour désigner ce qui n’est pas l’un des trois points les plus importants de Terra. C’est aussi un territoire pas totalement connu par les terrans, du fait de sa géographie hasardeuse et sa faune violente et sauvage. Qui l’aurait cru qu’on serait allé conquérir les étoiles avant de dominer son propre sol. C’est un rassemblement exceptionnel qui a été mis à en place au nord-est du territoire, par la demande d’une grande compagnie de construction navale, des professionnels du secteur minier et de la sécurité s’étaient donné rendez-vous. L’idée étant de ratisser le terrain pour y trouver un lieu propice à la construction d’une nouvelle usine, mais aussi découvrir un nouveau filon d’un matériau que l’on espérait encore inconnu. Et ce qui faisait bouger les choses aujourd’hui, c’était Scynthula Corporation, un conglomérat d’entreprises en plein essor économique.
        On voyait les choses en grand. Militaires, policiers, ingénieurs de géologues avaient définit leur point de chute près d’une oasis, regroupant tout leur matériel donnant l’impression d’un petit village se formant dans la steppe. Les véhicules, pour la plupart de la marque Vauban, filière de Scynthula, chassaient la poussière de leurs roues immenses, ou bien par la pression de leur système anti-grav. Dans ce chaos organisé, les représentants de chaque intervenant se réunirent en un point pour expliquer les tenants de l’opération du jour. Un discours relatant l’importance du projet, suivi à moitié par l’assemblée. A vrai dire, Sam releva la tête en direction de l’estrade, l’air absent, il roula des yeux et se recentra sur tâche du moment, à savoir la préparation de son groupe d’exploration. Alors que les dignitaires s’échangeaient quelques paroles hypocrites entre eux sur la scène, le chef de projet inspecta l’équipement et les véhicules qu’il aurait à sa disposition.
        Les réjouissances terminées, on fit réunir les leaders de chaque groupe, dont Sam en fit parti, pour un ultime briefing. On indiqua au concerné, à l’aide d’une carte numérique, la zone qu’il avait à inspecter. Le militaire en prit note, quelques poignées de mains échangées, c’est alors que Madame Blum, représentante de la compagnie de forage, désigna Sam du doigt. Quand Yesenia le demanda, il l’a reconnu immédiatement, elle, mais pas son collègue, qu’il dévisagea avec une certaine moue. Comme le soulignait la policière, on avait effectivement tendance à oublier sa qualité d’ingénieur pour Scynthula Corp., d’autant plus qu’à leur actuel, ce n’était pas en blouse blanche qu’il se présentait. Treillis à camouflage digital désertique de l’armée fédérale, le sourd avait sur son dos un sac de 20L. Une contenance raisonnable, juste ce qu’il fallait quand on savait ranger efficacement son barda. Eau, barres énergétiques, compas, carte papier, corde, mousquetons, couteau, radio, fusées, rien ne manquait à sa préparation. Après tout, les classes d’Eisen l’avaient aussi formé à être sur le terrain, et il comptait bien tirer profit.
        - Je me demande pourquoi vous êtes allés importuner Miss Blum, avoua le chef de projet en faisant la grimace, mes oreilles sifflent depuis tout à l’heure, j’espère que vous n’en êtes pas la cause. Néanmoins, je vous salut tout les deux, vous êtes effectivement avec moi. Notre petite aventure devrait bien se passer, n’ai-je pas raison ?
        Si l’on omettait son timbre de voix désagréable et ses difficultés d’élocution, on pouvait effectivement assurer que leur entreprise se déroulerait sans accros. Était-ce vrai pour autant ? L’homme les invita à le suivre et leur demanda de prendre place dans le véhicule qui leur était affrété : un tout-terrain à roues sur suspensions modulables. Une antiquité qui n’avait plus lieu d’être selon les afficionados de l’anti-grav, mais Sam s’en moquait. Contrairement à eux qui, s’ils venaient à tomber en panne y resterait la semaine à réparer leur speeder, lui n’avait qu’à appliquer des connaissances mécaniques de base pour faire repartir son antiquité. De plus, le militaire trouvait nettement plus amusant de ressentir les secousses de ses suspensions durant le voyage. Il n’hésita pas d’ailleurs, à faire profiter ses passagers pendant la demi-heure de dakkar avec leur groupe de six véhicules…

    * * *

        Il tourna la clé et stoppa le moteur, impossible de continuer plus loin, Dame-Nature avait dressé sa barrière naturelle pour rendre impraticable la suite de l’aventure en voiture. D’un signe de la main, il fit signe aux équipes de mettre pied à terre et rassembler l’équipement. Six véhicules, trois à quatre passagers, leur groupe d’exploration comptait une vingtaine de têtes. C’est ici, que tout allait débuter.
    avatar
    Messages :

    22

    Localisation :

    -

    Métier :

    -

    Code couleur :

    #ffffff

    Crédits :

    95

    Réputation :

    0



    Un porte-monnaie peut avoir plusieurs formes, certains sont en tissus, d'autres en cuirs, certains sont grands, d'autres sont petits-... Pour ma part, je « possédais » quelque chose de plus intéressant : une femme. Non, je ne revendais pas une nuit endiablée en échange de quelques pièces, « j'extorquais ». Ce porte-monnaie fort agréable n'était nul autre que la tumultueuse Yesenia. Les activités de son mari l'avait gentiment poussée à moi et depuis quelques temps maintenant, elle s'essayait à éponger les dettes de sa moitié. Pour moi c'était une situation plus qu'intéressante. En plus de pouvoir jouer double jeu, je pouvais obtenir bien plus que ce qui m'était dû. De temps en temps, j'obtenais des services de la damoiselle qui pouvaient me rapporter gros. Je ne vivais que pour m'enchérir après tout, un mercenaire des plus heureux; Pour en revenir à la douce, cette fois-ci elle m'avait proposé de l'accompagner pour une mission d'exploration. Il y avait un peu d'effort à effectuer d'après les dires mais les retombées économiques pouvaient être intéressantes. Sur papier il n'en était rien mais les informations que j'allai -potentiellement- recueillir pourraient m'être utiles. Des matériaux rares ? Des localisations ? Des mines ? Des créatures ? Des trésors ? Nul ne pouvait deviner à l'avance mais malgré mon aversion pour le hasard, je misais dessus et épargnais une dette à la dame Kovacs.

    Mon défunt mentor m'avait appris à jouer la comédie, à m'infiltrer dans des lieux qui n'étaient pas miens. Pour le bien de la mission, en ce jour, je devais devenir un membre des forces de l'ordre. Une situation bien amusante pour un mercenaire naviguant sur l'autre rive et pourtant, je n'y voyais aucun problèmes. Pour être crédible, je devais seulement faire attention à mes faits et gestes et peut-être même, jouer quelque peu la comédie. Yesenia m'avait fournit un uniforme pour l'occasion, un uniforme que je connaissais que trop bien. Je ne l'avais jamais porté mais je l'avais quelque fois ôté de certains corps. Celui-ci était bien plus propre, c'était fort appréciable !

    La journée débuta par un discours remarquable de la part d'un haut dignitaire d'une des entreprises liée à la mission d'exploration. J'appréciais voir ces hommes se prononcer devant la foule, ces mêmes hommes qui voyaient à la place de nos têtes des billets. Ils avaient la bonne place après tout, j'en étais presque envieux. Cette idée me fit sourire et alors que j'étais toujours dans mes délires, Yesenia vint à moi. Une cigarette à la bouche, je l'écoutais se prononcer. À ses mots, je souris, elle n'avait aucune raison d'avoir peur.

    « Ne t'en soucie pas Yesenia. J'ai fait ça plus d'une fois. D'ailleurs... Ne trouves-tu pas que je porte bien l'uniforme chère collègue ? » Dis-je en caressant mon haut des mes deux mains.

    Un petit rire moqueur plus tard, je suivis le pas de ma collègue. Cette même collègue qui avait confondu notre partenaire de mission avec une femme. La journée commençait bien, décidément cette Yesenia me faisait beaucoup rire. Anticipant ma moquerie, elle me fit taire avant même que je puisse m'exprimer. Finalement nous arrivâmes à débusquer notre partenaire que je saluai avec un simple signe de la tête avant d’acquiescer à ses dires. On nous avait affecté un véhicule qui ne payait pas de mine, il ne paraissait certes pas récent mais je n'en étais tout de même pas mécontent. Pendant la route, je ne dis un moment, cherchant à analyser tout ce qui pouvait m'être utile autour de moi. Mon dernier partenaire faisait parti de cette analyse, de par sa musculature, sa voix, ainsi que sa prestance, j'essayais de le cerner.

    Le véhicule s'arrêta soudainement, un coup d’œil à l'extérieur m'en fit comprendre la raison. La nature était claire, elle ne nous laisserait pas continuer dans ces conditions. Je descendis du véhicule et pris quelques secondes pour me dégourdir, observant les alentours par la même occasion. Nous venions d'arriver certes mais nous n'étions tout de même pas à l’abri d'une menace. Si je m'étais équipé d'un sac et de quelques accessoires et denrées de base, j'avais aussi pris mon blaster ainsi que mon couteau. La main droite non loin de mon hostler, je me mis à scruter les environs avec insistance, attentif au moindre signe.

    Je devais assurer la sécurité de cette exploration non ? Je comptais bien ne pas faillir à mes obligations -pour bien sûr me faire quelques sous au passage-.
    avatar
    Messages :

    223

    Localisation :

    Partout

    Métier :

    Créateur d'univers.

    Code couleur :

    #ffffff

    Crédits :

    360

    Réputation :

    0

    Fight Club
    Modération Exploration

    À mesure qu’ils progressent dans la Province de Terra, le paysage devient de plus en plus inhabituel. La modernité et l’ordre laissent place à un une végétation anarchique, laquelle lâche par endroit quelques métaux rouillés. Les routes sont de moins en moins goudronnées, et elle finit même par disparaître, laissant le véhicule tout terrain de Sam Goodenough traverser ces paysages si mal connus de la province Terrianne.

    Comme il fallait s’y attendre, la voiture finit par rencontrer de plus en plus d’obstacles, au point qu’elle doive s’arrêter, au milieu d’une flore ardente, et qui ne leur permet plus de s’engouffrer autant dans le nord-ouest Terrian. À l’extérieur de leur moyen de locomotion, des bruits couvrent l’endroit. Malgré sa volonté de scruter les environs, Jahandar ne détecte aucune menace aux alentours. Il faut dire qu’il y a tellement de bruits en tous genres qu’il est difficile de distinguer quoi que ce soit.
    Pourtant, non loin d’eux, des personnes qui ont entendu le moteur inhabituel du véhicule se sont rapprochés. Ils arrivent en groupe, l’air lugubres. Ils sont six, et sont accompagnés avec eux de robots et d’animaux en tous genres. Ils ne cherchent pas spécialement à se cacher, et donnent l’impression de vivre dans cet endroit depuis longtemps déjà. Des rubans sont attachés sur leurs vêtements, comme s’ils s’étaient répartis en équipe, rubans de couleurs que l’on peut trouver sur leurs animaux ou leurs tas de ferrailles, lesquels manifestent un comportement particulièrement agressif. Brutalement, un des androïdes attaque l’animal blessé d’un des membres du clan, et son maître siffle pour lui ordonner d’arrêter, revenant auprès de son propriétaire.
    Leur compagnie n’a pas l’air de toute quiétude.

    « Bah alors, qu’est-ce que c’est que cette bande de lascars ? Ils viennent pour parier ? » Fit-il en exhibant des dents de la même couleur que cette police d’écriture.
    « Ce sont peut-être des agents du gouvernement. » Affirme la seule femme du fight club, méfiante.
    Les explorateurs doivent maintenant faire face à un choix. En infériorité numérique, ces hommes ne sont pas hostiles, mais ils se livrent à des activités illégales que certains diraient barbares. Que faire ?
    Au titre de votre première situation, vous tombez sur un groupe qui organise des fight club d'animaux et de robots dans la nature Terrianne. Ils ont l'air conflictuels et vous ont remarqué, ils vous ont même abordé en raison de l'échec du jet de perception, et du bruit de votre véhicule. À vous de gérer cette interaction, et de résumer à la fin de votre message RP vos différentes actions. Bon jeu.
    avatar
    Messages :

    158

    Localisation :

    Terra

    Métier :

    Lieutenant de police - brigade criminelle

    Code couleur :

    #b51e23

    Crédits :

    801

    Réputation :

    150

    Diggy diggy hole
    Goodenough & Valid - Nord - Nord-Est de la province
    Pendant le trajet en voiture, Yesenia s'était soutenue sur le chemin escarpé à l'aide de la languette qui se trouvait au dessus de sa tête. Elle trouvait que pour un ingénieur – si ses souvenirs embrumer par l'alcool et les dires de Horsdall le lendemain quand elle était partie rechercher son arme et sa plaque – il ne conduisait pas trop mal, un peu nerveusement.
    La route se terminait presque de façon nette, Goodenough arrêtait le véhicule et elle en sortait, une main en visière pour regarder à l'horizon – qui n'était pas vide –. Devant eux se trouvait un groupe de terranes accompagné d’androïdes et d'animaux, ils n'avaient pas une gueule d'ange. Yesenia s'en fichait de leurs affaires, ce n'était pas ses oignons et cela ne regardait pas la brigade criminelle, tant qu'il ne commençait pas à s'entre-tuer, ils pouvaient vendre de la drogue ou en prendre – en somme toutes les sortes de crimes possibles et imaginable, tant que cela ne comportait pas le viol, le meurtre, un enlèvement ou un attentat, Yesenia fermerait les yeux –.

    Elle glissait ses lunettes de soleil, qui était accroché à l'aide d'une branche glissé dans le col de son t-shirt, sur son nez et s'approchait du groupe. Après tout, elle était la seule représentante officielle et réelle des forces de l'ordre présente.
    « — Salut, elle abaissait sa casquette pour les saluer, lieutenant Llullaillaco de la brigade criminelle, elle montrait sa plaque de flic d'abord à l'homme aux dents jaunes – répugnante – puis à la femme. Et, voici mon collègue, l'officier Valid, qu'elle désignait du doigt sans se retourner en présentant Jahandar en uniforme de police. »
    Son regard fait le tour de chacun des six lascars qui se composaient le groupe – sans parler de leur animaux et androïdes de compagnies, qui ne laissait présager rien de bon si on venait leur voler dans les plumes –.

    « — On est là pour faire du baby-sitting pour lui. Et seu-le-ment ça. elle mettait l'emphase sur ce dernier point là pour ne pas créer de quiproquo. Sa boite l'envoie pour faire de la recherche sur je sais pas quoi, bref... Je serais plus heureuse à regarder un match de mechabowl à la maison plutôt que crapahuter partout sous un soleil de plomb. Mais vous savez comment ils sont à Ys et Eisen, incapable de mettre un pied devant l'autre sans se ramasser la tronche. Yesenia riait doucement, avec l'espoir que quelqu'un la suit dans le groupe. »
    Plantant sa main sur sa hanche, elle se mettait à observer ce qui se passait derrière le groupe de six – vers l'horizon –.
    « — D'ailleurs je me demandais, vous seriez capable de nous dressez un plan pour nous repérer dans le coin, ou un truc dans le genre ? »
    Yesenia présente rapidement son groupe aux 6 lascars et tente de se montrer sympathique, elle espère établir un bon contact avec eux.
    Présence non hostile. (lancé de dé - persuasion : 33)
    Demande pour un plan afin de se repérer dans le coin. (lancé de dé - persuasion : 32)
    avatar
    Messages :

    74

    Localisation :

    Terra

    Métier :

    Chef de projet pour Andaman Dynamics - Représentant de l'Armée Terrianne à Scynthula Corporation

    Code couleur :

    #D2B48C

    Crédits :

    215

    Réputation :

    62

    Diggy Diggy Hole
    S. Goodenough | Y. Llullaillaco | J. Valid - Autochtones
        Ils venaient à peine de descendre du véhicule et de préparer leurs affaires qu’une troupe de gitans du coin vint à leur rencontre. Ils étaient répugnants, presque autant que ce que Sam avait pour souvenir de son enfance au réservoir. Ils avaient pour compagnie des robots divers et varier mais aussi des bêtes de combats portant des coups et des blessures. Le chef de projet les jaugea du regard avec l’intérêt qu’il aurait pu porter à une cannette abandonnée sur le bas-côté. Voyant Yesenia s’en aller vers eux, il décida de ne pas y prêter plus attention et terminer le déchargement du véhicule.
        Du coin de l’œil, il observa la femme en uniforme aller de son petit manège, pour une fois que Sam la voyait se comporter en professionnel. Il ne pu entendre se qu’elle disait, de part sa surdité, mais aussi le fait que la policière lui tournait le dos, l’empêchant de lire sur ses lèvres. Elle désigna dans un premier temps son collègue, un certain Valid, drôle de nom soit dit au passage. Après quoi, un frisson dans le dos lui fit comprendre qu’on traitait de lui, en bien ou en mal, il n’en avait pas conscience. Ne trouvant rien d’intéressant à les regarder, le grand brun attrapa son sac, et envoya l’autre bagage à l’autre flic alors qu’il descendait, lui indiquant d’un signe de tête qu’ils ne devaient pas trainer ici.

        Le grand sourd s’approcha de Yez, il posa sa main énorme sur son épaule, l’intimant de le regarder. Il avait cette même lueur poisseuse dans les yeux, une mine de croque-mort d’autant plus qu’il gardait le silence. Il fit comprendre à son accompagnatrice qu’ils n’avaient pas de temps à perdre avec ces locaux qui n’avaient rien de présentable, à commencer par l’odieux sourire de ce qui devait être à la fois le cousin, le mari mais aussi le père de la seule nana de cette bande. Oui, il ne voyait en eux qu’une troupe de consanguins rejeté de la société dont il ne fallait nullement s’inquiéter.
        Il continua alors sa route, passant au travers des inconnus en jouant des coudes, effrayant l’un de leur animal au passage qui, en réflexe défensif, montra les dents et grogna contre Sam. Celui-ci le considéra avec dédain, lui adressant son plus beau sourire carnassier en réponse.

    Rappel de la voix de Sam
    Sam ignore le groupe étranger au début. N'ayant pas de de temps à perdre pour l'expédition, il va faire comprendre à Yez que ces pecneaux n'en valent pas la peine et continu sa route.
    D1 : Intimidation des étrangers ( Intimidation ) ( Lancer de dé - 35 )
    D2 : Intimidation de l'animal qui grogne ( Intimidation ) ( Lancer de dé - 89 )
    avatar
    Messages :

    22

    Localisation :

    -

    Métier :

    -

    Code couleur :

    #ffffff

    Crédits :

    95

    Réputation :

    0


    Sans la moindre surprise, nous avions été repéré. Un petit groupe de personnes étaient venus à notre rencontre. Ils n'avaient pas bonnes mines et ressemblaient pas mal aux ordures qu'on trouvait au Réservoir. Leur comportement ne me semblait, aux premiers abords, pas très amical. Ce qui m'obligea à être d'autant plus sur mes gardes, ma main droite non loin de mon hostler et ma main gauche le long de mon corps, prêt à tirer mon couteau. Je ne voulais pas paraître agressif, j'arborerai donc une posture normale tout en étant mentalement et physiquement prêt à agir. Ce fût ma supérieure de ce jour qui prit la parole la première. Elle me présenta avant d'expliquer la raison de notre venue. Bien sûr ces gars n'étaient pas nets et n'étaient pas ici par hasard, Yesenia précisa implicitement que nous n'étions pas ici pour eux mais pour une toute autre mission. C'était pour moi la bonne chose à faire que de tenter de régler à l'amiable cette affaire, avant de passer à quelque chose de plus corsé si nécessaire.

    Un rire forcé plus tard, ma policière préférée demanda si les bonhommes à l'hygiène remarquable possédaient une carte des lieux. C'était une très bonne idée, manquait plus à savoir s'ils en disposaient d'une et s'ils souhaitaient nous la partager, ça c'était une autre affaire. Quelques crédits auraient suffit habituellement mais ici, la situation était quelque peu différente. Les gêneurs étaient face à des policiers -ou une policière- qui acceptaient de fermer les yeux, étant ici pour autre chose que leur activité.

    Quant à mon autre partenaire, lui, il passa au milieu de la foule qui fut intimidée par sa personne. Avant ça il avait posé sa main sur Yesenia pour lui transmettre une sorte de message sans même avoir besoin de s'exprimer. Je détournai le regard de cette scène pour garder un œil sur nos interlocuteurs.

    Ces profils atypiques se trouvaient être plutôt instables. Je craignais en quelque sorte cette instabilité. À partir de ça, je pouvais imaginer un tas de scénarios suite à notre rencontre. Le meilleur serait qu'ils rentrent chez eux comme si rien n'était. Je tenais bien trop à ma vie pour n'imaginer que le meilleur. Rien ne nous disait qu'ils ne chercheraient pas à nous suivre après notre départ. Nous étions après tout quelques équipes et les traces de notre passage seraient assurément visibles. Des traces de pas, des branches cassés, de la mousse retournée, ces indices pouvaient être décelés par le plus mauvais des pisteurs. C'était sans compter les technologies un peu plus évoluées comme les dispositifs volants, les traceurs... Enfin, tout ça pour dire que mon côté méfiant me poussa à marcher doucement et discrètement autour d'eux. Sans trop les fixer, je les regardai un à un à la recherche de technologies ou d'arme. J'observai chaque recoin, cherchant à savoir si leurs vêtements pouvaient dissimuler des objets.

    Suite à ça, je me mis un peu l'écart tout en ayant mon regard porté sur ma partenaire d'exploration. Je pris le temps pour m'allumer une clope et de réfléchir à la suite de l'aventure.
    Jahandar analyse le groupe d'individus à la recherche d'armes/technologies dissimulées ou non
    D1 : 42

    avatar
    Messages :

    223

    Localisation :

    Partout

    Métier :

    Créateur d'univers.

    Code couleur :

    #ffffff

    Crédits :

    360

    Réputation :

    0

    Fight Club
    Modération Exploration

    Cinq hommes et une femme écoutaient Yesenia Llullailaco se présenter comme un lieutenant de la brigade criminelle de Terra. Cette information sema dans un premier temps un vent de méfiance dans leurs rangs, ils se montraient comme sur la défensive. Cependant, au fur et à mesure de la conversation, son emphase et ses talents de persuasion firent retomber la tension.
    « Ça, ma chérie, va falloir le mériter. » S’exclama l’Homme aux dents jaune, quand Yesenia lui demanda un plan. Cependant, il était plus amusé qu’agacé, et ses comparses se regardaient, avec un air jubilatoire et sardonique sur leur moue.
    « S’aventurer plus loin est dangereux, même pour des gaillards comme vous. Nous on connait bien le coin, mais on veut pas vous baby-sitter non plus. » Continua ce qui s’apparentait au chef du groupe.
    « Alors on va faire un jeu parce que mes amis et moi on est très joueurs. On vous donne le plan, contre de l’argent. Beaucoup d’argents. Pour nos paris, vous voyez. Et cette voiture, là, ça doit valoir beaucoup… » Fit-il en désignant la bécane avec laquelle ils étaient arrivés.
    « C’est cher les plans du coin, m’voyez ? » Un nouveau sourire à pleine dents.

    De son côté, Sam avait commencé à aller vers eux pour passer à travers leur groupe, mais, s’ils semblèrent un peu dans l’expectative dans un premier temps, ils voulurent le repousser, sans forcément y parvenir. Maintenant, il sembla qu’à part leur chef, il y avait un vent d’inquiétudes, et des regards soutenus vers dents-jaunes. Ils redoutaient quelque chose, même si l’équivalent d’un gros chien commença à aboyer à plusieurs reprises.
    Jahandar, de son côté, avait remarqué plusieurs armes de poings. Il y avait de grosses liasses de crédits dans les poches de la femme, et un grand baraqué aux multiples tatouages avait un espèce de blaster avec lui. Les autres possédaient diverses armes blanches, certains n’avaient pas l’air utilisables, mais c’était surtout leur chef qui avait le mieux : une épée, qui n’avait pas l’air de bonne qualité, mais suffisamment probablement pour infliger quelques dégâts.

    « Après, on peut peut-être s’arranger. » Tempéra la jeune femme. En caressant le robot qui lui servait d’animal de compagnie. « Vous êtes de la police Terrianne, vous ? Vous en avez rien à faire de nous, on pourrait juste… s’oub… ».
    Le chef aux dents jaune jeta un regard noir. Lui, voulait visiblement en découvre, peu importe les conséquences. Il voulait de l’argent, il ne voulait pas perdre la face dans cette négociation, mais malheureusement, l’attitude de Goodenough avait probablement semé un peu d’inquiétudes dans leur rang.
    Yesenia arrive à apparaître comme sympathique au groupe, en dépit de son statut de lieutenant criminel qui parvient à intimider et semer le doute dans leur esprit, sans que ça ne transparaisse dans un premier temps jusqu'à l'action de Sam. Sa présence est perçue comme non-hostile et les négociations sont ouvertes pour le plan. Le chef fait mine d'être en position de force.
    Sam parvient à passer au milieu d'eux et à déstabiliser leur groupe, d'autant qu'ils n'arrivent pas à te repousser malgré leur essai. Ton initiative inquiète et divise : le chef reste ferme et persuadé d'être en contrôle.
    Jahandar parvient à identifier les principales menaces du groupuscule : une épée et un blaster, de rang D. Sinon, des armes blanches, niveau D, mais pas très efficaces, sont aussi en leur possession.
    Le fight club tient à garder sa clandestinité, les comparses du lascar aux dents jaune le savent bien, mais le chef du groupe tient à conserver sa détermination. La situation est posée.
    [/color]
    avatar
    Messages :

    158

    Localisation :

    Terra

    Métier :

    Lieutenant de police - brigade criminelle

    Code couleur :

    #b51e23

    Crédits :

    801

    Réputation :

    150

    Diggy diggy hole
    Goodenough & Valid - Nord - Nord-Est de la province
    Serrer les dents jusqu'à l'usure, voilà ce que provoquait les réflexions sexiste sur le lieutenant de police, Llullaillaco. Un « ma chérie » elle pouvait le tolérer – même si en provenance de monsieur dent pourrit cela lui faisait froid dans le dos –, mais plus, il faudrait la retenir de ne pas user la violence. Elle pourrait très bien dérober les armes de Valid et les utiliser contre le groupe – une pierre deux coups, comme ça elle n'utilise pas son arme de service, et n'a pas de paperasse à remplir –.
    « — Pas besoin de baby-sitter, les péquenauds pensait-elle sans le mentionner. Faut pas non plus pousser le bouchon, oubliez pas que je vous parlez à des flics... On ne va pas vous refilez la voiture pour un plan. »
    Derrière ses lunettes aux verres fumés, elle levait les yeux en voyant l'un des commanditaires de l'exploration agir sans considérations pour les locaux, et avec beaucoup de dédain.

    Yesenia avait envie de l'attraper par le col et le ramener en arrière pour laisser les professionnels discuter. C'était une des raisons pour laquelle elle ne supportait pas de travailler avec des civiles, car elle était entourée d'incapable. A chacun sa place et les moutons seraient bien gardé. Après tout, si Yesenia venait à construire des vaisseaux spatiaux, ceux-ci exploserait dans le hangar avant le premier vol ou bien il n'y aurait aucune pièce qui tient ensemble.

    Monsieur Goodenough n'était pas un flic et n'avait pas conscience de ses actes – sans parole –. Un coup d’œil jeté à l'animal qui se faisait retenir par sa propriétaire – très certainement –.
    En entendant les paroles de l'unique femme du groupe, Yesenia eu un espoir de pouvoir traiter convenablement avec le groupe. Malgré tout, elle se devait de faire attention à ne pas froisser le chef du clan – qui semblait être l'homme aux dents jaunes, vu le regard noir lancé contre la femme –.
    « — Bon on va faire simple. Je suis de la brigade criminelle, j'en ai rien à foutre de ce que vous faites entre vous, après tout y a pas de cadavre ? Yesenia commençait à parler avec les mains. En revanche, je pense que la brigade des mœurs seraient très curieuse de voir ce que vous faites, elle faisait une pause dans ses propos, observant à travers ses verres fumées le chef, puis la femme. Et aucun d'entre nous à envie de ça. J'ai pas raison ? »
    Elle avait du dégoût rien qu'à penser à la montagne de paperasses qui pouvaient l'attendre pour la dénonciation d'un trafic, le transfert d'autorité d'une brigade à une autre. Bref, elle n'en avait pas envie, surtout si elle pouvait s'en passer.
    « — Donc voici le deal que vous propose, on continu notre chemin en fermant les yeux sur vos activités et vous nous dites quel est le chemin le moins dangereux pour continuer au Nord-Est. Deal ? »

    Son ton, ne présageait rien de bon, et elle ne laissait aucun autre choix possible pour les combattants clandestins. Si elle devait utiliser l'intimidation alors elle le ferait. Elle restait là, les bras croisés à observer les réactions de chacun.
    « — A ton avis, Valid, on peut leur coller combien de chefs d'accusation là ? Yesenia regardait par dessus son épaule. »
    Abaissant légèrement ses lunettes de soleil sur le bout de son nez, elle lançait un clin d’œil à son coéquipier d'une journée. Un sourire pour accompagner le tout, et elle remettait ses lunettes correctement.
    Yesenia propose un deal au groupe, ils ferment les yeux sur leur activité en échange d'une direction, en utilisant l'intimidation. (lancé de dé : bonus d'intimidation 25% : résultat 18)
    avatar
    Messages :

    74

    Localisation :

    Terra

    Métier :

    Chef de projet pour Andaman Dynamics - Représentant de l'Armée Terrianne à Scynthula Corporation

    Code couleur :

    #D2B48C

    Crédits :

    215

    Réputation :

    62

    Diggy Diggy Hole
    S. Goodenough | Y. Llullaillaco | J. Valid - Rien à ajouter ?
        Le chef de projet commençait à perdre patience, d’autant que le gros animal semblait vouloir le défier en faisant l’exercice de ses cordes vocales. L’homme grogna à son tour son tour et dévisagea les maitres, pour la plupart désarçonnés, à l’exception de leur leader au charme sans équivalant. Ce dernier faisait le fier avec sa troupe, essayant même de soutirer de l’argent à des agents fédéraux. Sam siffla avec dédain et reporta son attention sur l’élément le plus fragile du groupe, à savoir cette pauvre femme qui avait tenté de contester les décisions de son abruti de collègue. Le regard de la brute se durcit.
        Un coup d’œil discret à ses collègues en plein marchandage, Sam examina l’attitude nonchalante du second de Yesenia, ce mystérieux Valid à l’attitude plus que passive. Mine de rien, son air détaché et son côté serein, témoignant de sa pause clope, jouait en la faveur du sourd. Le militaire offrit son plus beau regard malsain lorsque la policière termina de s’expliquer avec la tête de nœud. Le chef de projet se présenta dans le dos du brigand au sourire ravageur, délaissant sa victime de toute à l’heure.
        - A quoi bon vouloir les traiter comme des citoyens de droit, ils n’en valent même pas cette peine. Je ne fais que constater une gêne dans nos opérations, ce qui est pour moi amplement suffisant.
        Il avait fait usage de la parole, sa voix forte et pour le moins inquiétante, Sam perdait patience et le faisait comprendre. Il n’était pas venu ici pour papoter plus longtemps, leur exploration prenait déjà trop de retard, il tenta de faire céder ces indésirables le plus vite possible.
        - Ecoute bien, mon bon luron. ( Il s’adressait tout particulièrement au leader du gang. ) Plis toi aux exigences de nos charmants policiers, à moins que tu n’aies une préférence tout particulière pour les militaires. ( Sam désigna l’insigne à son épaule d’un geste de la tête. ) Tu penses vraiment qu’on se serait risqué ici à trois seulement ? On a vraiment l’air de touristes d’après toi ? Obéis sagement avant qu’on ne se décide à faire fermer ta gueule de con pour de bon.
        Pour appuyer ses propos, et terminer son intimidation, Sam bluffa en levant légèrement son avant-bras, la main ouverte, comme un signe. Il fit bien comprendre que si l’opération s’éternisait, il baisserait le bras et ordonnerait l’exécution de la troupe par ses amis tireurs imaginaires. Si seulement on lui avait accordé véritablement ce privilège… Mais des fois, fallait ruser…
    Rappel de la voix de Sam
    Sam perd patience et décide d'imposer ses conditions à son tour, appuyant les propos et la demande de Yez' au leader quitte à le menacer.
    D1 : Sam intimide et bluff le chef du groupe, le menaçant de donner l'ordre à des tireurs en couverture de mettre un terme à ce cirque s'ils n'obtenaient pas ce qu'ils voulaient. ( Intimidation/Bluff ) : 50
    avatar
    Messages :

    22

    Localisation :

    -

    Métier :

    -

    Code couleur :

    #ffffff

    Crédits :

    95

    Réputation :

    0


    Après un petit examen, les tocards ne semblaient pas être très dangereux. J'avais pu discerner quelques armes blanches ainsi qu'un blaster bas de gamme. En l'état, le groupe n'était pas un grand obstacle mais ma condition de « flic » m'imposait d'agir correctement. Dans le cas échéant, j'aurais sûrement tabassé le bonhomme aux dents impeccables pour montrer l'exemple. Le porte-parole du groupe employait un ton bien familier avec Yesenia. J'imaginais que ça aurait pu la déranger en d'autres circonstances. Alors que « ma supérieure » ainsi que l'attitude menaçante de notre partenaire de mission avaient fait effet sur la plupart des membres du groupe, le « chef » lui persistait. Je tiquais à la vue de son regard noir adressé à la femme du groupe qui lui sommait de se taire.

    Yesenia ne se découragea pas et tenta à nouveau d'obtenir gain de cause. Elle proposa à nouveau de fermer les yeux en échange d'informations. Si j'avais été à leur place, j'aurais sûrement été convaincu ; enfin, je n'aurais aussi sûrement pas été tant débile. La femme de Kovacs m'invita à prendre la parole pour appuyer ses paroles bien persuasives. Me prêtant au jeu, je répondis aussitôt.

    «  Un paquet je crois bien. »

    Dis-je d'une voix sérieuse en lançant un regard noir à la tête du groupe, comme pour imiter son précédent geste envers sa collègue. À la suite de ça, je pus observer une autre majestueuse entrée de mon autre partenaire de mission. Pour lui, le groupe de tocards ne devaient pas être considérés comme des citoyens de droit. C'était une amusante vision des choses, si je suivais sa logique alors je n'étais aussi pas à être considéré comme tel. Même si eux étaient débiles et pas moi, nous nagions dans la même mare : l'illégalité. Cela dit, je n'arrivais pas à lui en vouloir. Après tout j'étais en quelque sorte une ordure, j'aurais très bien pu éliminer un membre de sa famille et comment exiger qu'une ordure de la sorte, soit jugée comme un autre citoyen. Enfin c'était tout un débat et je n'étais pas prêt à le tenir avec qui que ce soit, étant moi même très mitigé.

    Pour en revenir à Goodenough, il avait avancé son insigne militaire pour accélérer la résolution de ce problème. Ça me semblait être une bonne idée. Pour finir son intimidation, il conclut en avançant que nous n'étions pas seuls et fit semblant que des tireurs étaient prêts à tirer selon ses ordres. Je lançai alors un regard presque interrogatif à Yesenia avant d'observer à nouveau l'homme aux dents « dorées ».

    J'écartai légèrement mon blouson pour poser ma main droite sur mon arme, prêt à dégainer au besoin. Toujours le regard sur la même personne, je pris la parole.

    «  À ta place j'écouterai, on pourra facilement justifier les trous dans vos corps tu sais... Nous avons été dépêché pour protéger cette mission et si vous représentez une menace pour cette dernière ou bien mes partenaires, alors l'ordre de tirer sera tout à fait légitime. »

    Je marquai une pause de quelques instants tout en sortant mon arme du hustler, sans pour autant viser les idiots du village.

    «  Alors, tu décides quoi bonhomme ? »


    Merci Yesenia, cette mission s'annonçait plus qu'intéressante!

    Spoiler:
    Jahandar essaie de persuader le chef de la bande que les menaces de Sam ne sont pas à prendre à la légère.
    D1 : 61
    avatar
    Messages :

    223

    Localisation :

    Partout

    Métier :

    Créateur d'univers.

    Code couleur :

    #ffffff

    Crédits :

    360

    Réputation :

    0

    Fight Club
    Modération Exploration

    Yesenia, Sam et Jahandar parvinrent à diviser le groupe en deux clans distincts, celui du chef, composé de lui-même, et celui des autres, qui avaient prêté avec une oreille un peu malaisée les propos de la policière, particulièrement intimidants.
    En effet, Llullaillaco parvint exactement à ses fins, parce que chacun d’entre-eux se regarda, un peu bête, alors que le chef aux dents jaune continuait de divaguer.

    « Elle se prend pour qui en fait la bonne femme, tu crois que c’est toi qui fais la loi ici ? » Fit-il en sortant l’épée qu’il gardait accrochée à sa ceinture.
    « Non ! » Hurla la femme qui comprend que leur arrêt de mort avait sonné s’ils faisaient cela. L’homme aux tatouages sortit son blaster et mit en joue son propre chef.
    « Joue pas au con, Moloch. Les gentils monsieur ils viennent pas pour nous, alors on va les laisser passer, et on va leur dire ce qu’ils veulent, c’est compris ? ».

    Yesenia pouvait être fière d’elle, parce que grâce à la peur qu’elle avait instillé dans leur regard, Sam avait pu facilement convaincre les autres membres du groupe, conscient que leur chef avait des excès d’autorité parfois nocifs pour leur propre survie. Finalement, les propos de Jahandar avaient même eu un très léger impact sur eux, au vu de l’ambiance délétère qui régnait.

    « Vous avez raison. » Fit le chef du groupe en exhibant ses dents jaunes, et en prenant un sourire amer. « J’ai probablement surréagi. ».
    La femme qui se trouvait là sembla soulagée, elle put alors s’avancer devant son capitaine pour parler directement au groupe d’explorateur.
    « Le deal est entendu. La meilleure manière de continuer au Nord-Est est de suivre le chemin boisé où on retrouve le plus de pièces mécaniques laissées à l’abandon. Elles mènent un peu plus loin, vers une végétation plus dense encore mal connue. Mais, c’est un sentier déjà emprunté par pas mal de… » Elle n’eut pas le temps de finir son propos.

    Le chef aux dents jaune venait de la transpercer de son épée, en pleine poitrine, et il s’agita maintenant comme un fou vers Sam, qui se trouvait le plus près du fait qu’il avait tenté de passer.
    Tout se passa tellement vite, que lorsque la seule qui avait un minimum de jugeote s’effondra au sol, morte, Dents Jaune était tout près de Sam, alors qu’une partie du Fight Club se mit à courir vers la forêt pour fuir, ne voulant pas se faire abattre par les soldats spéciaux des policiers fédéraux.
    Le groupe des lascars se divise des suites des menaces très efficaces de Yesenia. Ils prennent tous partie contre leur chef, qui, a l'air de se raisonner, d'autant plus que les révélations de Sam et Jahandar sur leurs renforts font leurs petits effets, vu qu'ils ne sont pas master ès intelligence.
    La femme du groupe leur donne alors des informations pour s'engouffrer vers le Nord-Est, dans le chemin boisé, mais ne parvient pas à finir ses explications, transpercée par l'épée du Dents Jaune. Elle tombe raide mort sur le coup, dans cette action imprévisible (jet MJ, 18). Celui-ci dans un éclair de folie se lance contre Sam, qui est proche de lui pour avoir tenté de passer un peu plus tôt.
    Les autres membres du groupe tentent de s'enfuir, pensant qu'un commando va les abattre à cause des actions de leur chef qu'ils ne cautionnent pourtant pas.
    avatar
    Messages :

    158

    Localisation :

    Terra

    Métier :

    Lieutenant de police - brigade criminelle

    Code couleur :

    #b51e23

    Crédits :

    801

    Réputation :

    150

    Diggy diggy hole
    Goodenough & Valid - Nord - Nord-Est de la province
    Les yeux levés au ciel, Yesenia avait envie de coller une chaussette puante au fond de la gorge de monsieur Goodenough pour cette bêtise qu'il venait de dire. La police de Terra n'avait pas les ressources et les financement nécessaire pour mettre des snipers pour protéger les arrières de chacun des groupes parties en exploration c'était totalement débile et risible. Un soupire discret s'échappe de ses lippes charnues.
    Heureusement que Valid possédait plus de bon sens et se trouvait sur la même longueur d'onde que la policière. Ce qui ne changeait pas de ses habitudes à la maison rouge il faut croire. Toutes ces menaces avaient lancés des réactions diverses et épars.
    L'homme aux dents jaunes dégainait son épée, et malgré tout elle ne bougeait pas d'un iota. Cela aurait fait pire que mieux, après tout, l'arme en elle-même n'était pas dangereuse, c'était le porteur qui l'était. Et lorsqu'un homme cède à la panique et à la colère les dégâts étaient pire que tout, il suffisait qu'elle fasse un mouvement de travers et il pouvait l'embrocher.
    Le groupe de malfrat c'était divisé en deux, il y avait le chef inconscient de ses actes et les autres qui tenaient à leur liberté, à ceux-ci elle adressait un regard leur exprimant qu'il avait fait le bon choix.
    « — Tu vois Moloch, on peut discuter comme des gens civilisés. sourire sarcastique. »
    Un bel euphémisme quand on pouvait se questionner sur le degré de civilisation de ses hommes, il n'y avait qu'à voir ces dents jaunes au chef. La brosse à dent n'avait pas du tout rencontrer sa bouche au cours de ses années.

    La seule femme du groupe – et par la même occasion celle qui faisait preuve du plus haut niveau d'intelligence – prenait la parole. Répondant finalement à ses attentes, elle décrivait les lieux et le chemin à emprunter, mais commencer à les mettre en garde.
    Ses propos prenait fin brutalement.
    L'épée du cheffe venait à se planter dans le cœur de cette dernière et le corps tombait lourdement, pendant une fraction de secondes Yesenia était prise par le choc et la surprise en voyant cette gerbe de sang s'évader de son corps.
    « — Non, non, non ! commençait-elle a baragouiner en deux langues. »
    Par instinct ces pieds se mettaient à faire soulever le sable en voyant le cheffe partir avec la gueule assoiffée de sang en direction de Sam. L'incompétence du civil, mettait en danger la mission, et le travail de Yesenia l'obligeait à assurer sa protection. Alors elle devait agir et rapidement pour éviter des blessés.
    « — COURS ! hélait-elle à plein poumon à l'attention de Sam. »
    Sans piper un mot de plus Yesenia partait à la poursuite du chef du groupe, elle essayait de lui tomber dessus pour le faire chuter et le ralentir dans sa course. Malgré sa maigre stature, quand elle frappait, elle faisait mal. La flic agissait sans peur et sans crainte.

    Récupérant un peu d'équilibre après sa dernière action, son poing droit – celui de sa prothèse – venait à s'abattre sur la tête de sa victime. A l'endroit où sa mâchoire venait à se former pour laisser place aux dents. Sur son visage, il y avait une forme de rage qui se faisait sentir.
    Une veine sur son coup commençait à pulser, beaucoup de choses commençait à refaire surface, des flash back sur cette fameuse journée où Ato était mort pour la sauver d'un tueur en série. L'envie de le frapper à mort, encore et toujours juqu'à faire exploser la peau de ses phalanges lui tenait à l'estomac.
    Mais un bruit venait à faire revenir à la normal, lui rendait son humanité à Yesenia. Secouant sa tête légèrement, elle venait à reprendre ses esprits. La première chose à faire c'était de désarmer l'homme. Ce qu'elle essayait de faire, en faisant pression sur son bras, pour lui faire céder la prise.
    « — Jaha, flingue ! hélait-elle cette fois-ci à celui qui jouait le rôle de coéquipier. »
    Lancement combat (3 actions) :
    Yesenia tente de renverser le chef du groupe en lui sautant dessus. (lancé de dé : bonus combat mercenaire rang B 15% : résultat 80)
    Yesenia frappe au visage le chef du groupe. (lancé de dé : bonus combat mercenaire rang B 15% : résultat 99)
    Yesenia tente de désarmer le chef du groupe. (lancé de dé : bonus combat mercenaire rang B 15% : résultat 53)
    avatar
    Messages :

    74

    Localisation :

    Terra

    Métier :

    Chef de projet pour Andaman Dynamics - Représentant de l'Armée Terrianne à Scynthula Corporation

    Code couleur :

    #D2B48C

    Crédits :

    215

    Réputation :

    62

    Diggy Diggy Hole
    S. Goodenough | Y. Llullaillaco | J. Valid - Refus d’obtempérer
        Il n’avait rien vu venir. Tout se passait bien jusqu’à présent, l’affreux gugus semblait s’être calmé et la punk raisonnable avait commencé à parler, leur donnant de précieuses informations. C’est par l’acier rouillé d’une lame traite enfoncée en plein cœur que la confession prit fin, dans un excès de rage et de folie avéré, le chef des brigands s’était lancé dans un élan meurtrier en faisant taire sa supposée collègue. Des éclaboussures de sang giclèrent au visage de Sam, tout près de la femme, ses iris se rétrécirent en voyant arriver le meurtrier vers lui. D’instinct il fléchit légèrement les jambes et porta la main à sa hanche, pensant agripper son arme de service. Il réalisa trop tard qu’il n’était plus à l’armée, mais bossait en temps qu’ingénieur, le sourd maudissait sa situation. Il avait honte, un officier, ex-mafioso, en proie à la mort sans moyen de se défendre correctement.
        Sam n’entendit pas Yesenia, son regard fixait avec intensité son assaillant, impossible de lire sur les lèvres de quiconque. Ce qu’il parvint à repérer cependant, c’était le geste inconsidéré de la policière se jetant corps et âme contre le forcené. Elle avait une grâce similaire à sa première rencontre avec elle, au détour d’un verre. Sa chute fut glorieusement foirée, elle donna un coup de poing dans le vent en manquant de se frapper elle-même. Chaque échec auquel assistait l’ingénieur lui faisait entrevoir une mort rapide et douloureuse. Pas question de finir en pâture à un junk de bas étage, Sam se jeta en arrière pour éviter un coup d’épée. Miraculeusement évité, il ne tint pas compte d’un léger picotement à sa jambe après coup, et pouvait remercier Yesenia pour avoir retenu le bras de son agresseur, raccourcissant son allonge.
        Le temps de reprendre ses esprits, Sam, au sol sur son dos, s’extirpa rapidement vers l’arrière. Il vit passer près de lui de la poussière et des gravillons, chassés par les bottes des fuyards du reste de la bande. L’ancien militaire attrapa l’un d’entre eux par la ceinture et tira avec force. Il ne réussit qu’à faire céder sa boucle et arracher le lacet en cuir, le malabar a qui elle appartenait parvint à s’échapper en remontant son pantalon. Cependant, il laissa tomber son étrange blaster, venu avec la ceinture par le manque de rétention. Une chance inespérée, l’ingénieur s’empara de l’arme et la ramena contre lui à la manière d’un soldat parfaitement entrainé, retrouvant ses facultés après avoir mit la main sur un moyen de se défendre. Machinalement, il empoigna le blaster qu’il plaqua contre son torse, de son pouce il fit sauter la sécurité et arma la cellule d’énergie. Un petit bruissement aigu se fit entendre, Sam épaula et visa l’épaule du meurtrier. L’homme ne pressa pas la détente immédiatement, de peur de toucher la policière, trop proche, si les deux venaient à se débattre, il ne pourrait pas viser correctement.
        Sam se contenta de grogner et froncer les sourcils à l’attention de l’agresseur. Tentant de lui faire comprendre que le prochain mouvement brusque se solderait par une volée de plasma. Son habilité et son aisance avec l’armement du blaster feraient office de témoins quant à sa formation de militaire, sa visée sera juste.

    Rappel de la voix de Sam
    1 Réaction + Combat 2 actions
    D1 : Sam esquive le coup qui devrait lui être porté ( Réaction ) : 47
    D2 : Sam tente d'attraper le fuyard le plus proche, le gros musclé avec son blaster : 49
    D3 : Sam attrape son arme et met en joue le chef de la bande : 14
    avatar
    Messages :

    22

    Localisation :

    -

    Métier :

    -

    Code couleur :

    #ffffff

    Crédits :

    95

    Réputation :

    0




    Ah, en voilà un qui sait utiliser correctement son épée ! Sans même laisser le temps à sa partenaire de terminer sa phrase, voilà que la tête du groupe l'avait transpercé. Ce fût si rapide que je n'eus pas le temps de lui mettre une balle de blaster entre les deux yeux. De plus, si on ajoutait l'environnement et les fuyards de sa bande, ma visibilité était considérablement réduite. Je n'aurais pu effectuer ce tir correctement, cela ne m'empêcha pas de lever mon arme et de prendre légèrement de la distance pour évaluer correctement la situation. Notre partenaire de mission semblait être le prochain sur la liste de l'habitué du dentiste. Comme dit, il était mon partenaire et l'objectif était de le garder en vie. Retenant ma respiration, je me focalisai quelques fractions de secondes sur ma cible, oubliant tout ce qu'il se trouvait autour. Alors que j'étais prêt à appuyer sur la gâchette, Yesenia se plaça dans mon champ de vision pour intervenir. Son choix n'était pas le plus mauvais, son entraînement lié à sa profession aurait pu faire pencher la balance. Malheureusement, elle était humaine et il y avait donc une chance de rater, même pour les meilleurs.

    Ses actions infructueuses me poussèrent à trouver un angle pour tenter de toucher la cible, même si je devais l'éliminer. Après tout, il avait tué une personne sous mes yeux et en menaçait une autre. Aujourd'hui j'étais un flic, alors pourquoi ne pas jouer le jeu jusqu'au bout ?

    Mais comme dit l'expression « le meilleur pour la fin », Yesenia semblait avoir réussi à désarmer in extremis ma cible. C'était donc à moi d'agir ? Non, je ne pus le faire. L'autre gars, le fameux Goodenough avait réussi à récupérer une arme et visait maintenant son agresseur.  Alors que la situation semblait maîtrisée, j'eus tout de même envie de presser la détente. Yesenia avait beau être proche, cela ne me dérangeait pas. Je pensais pouvoir atteindre le chef sans pour autant la toucher mais c'était quand même un risque pour mon épargne. Son mari me devait encore de l'argent, je devais être prudent. Préférant l'argent à la malchance, j'abandonnai très vite cette idée pour me rapprocher du groupe, tout en gardant en joue le chef.

    «  Tu peux t'écarter maintenant Yesenia, je m'occupe de lui. S'il bouge, dégommez le.  » Lançais-je à mes deux partenaires.

    Yesenia pouvait même l'embrocher maintenant puisqu'elle semblait avoir réussi son désarmement. Passant derrière lui, je rangeai mon arme dans mon hustler en prenant soin de le fermer. Je sortis alors les menottes et pour essayer de lui passer la belle paire de bracelets.

    Bon, on m'avait déjà passé les menottes quelques fois mais c'était plus difficile de l'autre côté. Surtout qu'il ne s'agissait pas de ligoter tout simplement, les menottes étant perfectionnées, il fallait activer un mécanisme et je n'y comprenais rien.

    Je me rabattais alors sur ce qui me convenait le mieux : la violence. Et comme ma partenaire, malgré mon entraînement acharné je loupai complètement mon coup. Ce n'était apparemment pas ma journée.


    Spoiler:
    Jahandar passe les menottes au chef de la bande
    D1 : 91
    Jahandar tente de mettre un coup de crosse au chef de la bande afin de le mettre à terre
    D2 : 91
    avatar
    Messages :

    223

    Localisation :

    Partout

    Métier :

    Créateur d'univers.

    Code couleur :

    #ffffff

    Crédits :

    360

    Réputation :

    0

    Fight Club
    Modération Exploration

    Un dément. Moloch vociférait, il hurlait, il baragouinait des choses dans un dialecte incompréhensible. Quand Yesenia s’approcha de lui pour le frapper, il l’esquiva, mais pire que cela, il lui envoya un coup de coude dans le ventre — sans vraiment le vouloir et par réflexe plus qu’autre chose — son autre main trop occupée à frapper Sam Goodenough, alors que son épée venait de tomber par terre grâce à l’action de la policière.
    Si Sam se trouvait maintenant hors de danger, et qu’il avait réussi à récupérer le blaster d’un des membres du Fight Club, Dents Jaune s’était retourné contre la seule harpie qui s’était mise entre lui et le sourd : Yesenia.
    Elle avait osé le défier de son petit sourire sarcastique, maintenant le chef du Fight Club se trouvait sur elle. Il lui avait bondi dessus tel un animal, et ce qu’elle avait échoué à faire juste avant, se retourna contre elle.

    Il commença à la frapper de toutes ses forces, mais la résistance de la policière l’empêcha de lui asséner le moindre coup de nature à la déstabiliser.
    Sam, lui, avait trouvé le meilleur angle pour lui tirer dessus. C’était net et précis, aucun risque de toucher Yesenia au passage.
    Quant à Jahandar, son action échoua. Il n’arriva pas à passer les menottes au chef de bande, et son coup de crosse, en raison de l’agitation des deux en plein combat physique, où Yesenia pouvait admirer en gros plan les dents jaunâtre et l’haleine fétide de son agresseur, ne parvint qu’à manquer de le faire trébucher.
    Dans un ultime effort de désespoir, l’Empereur du Fight Club comme il plaisait à se considérer, chercha à trouver un morceau de métal, n’importe quoi pour en finir avec Yesenia. Il ne trouva rien. Frustré, se sachant en danger, abandonné, il cracha alors sur le visage de la policière.
    C’était pathétique, ou humiliant. Difficile à déterminer.
    Un rictus apparut alors sur son visage. Il se savait terminé, même s’il n’avait pas remarqué l’arme de Sam, mais au moins, cette policière qui avait remis en cause son autorité garderait le souvenir impérissable de son crachat sur son visage.

    « Ça te va comme discussion civilisée, sale trainée ?! ».

    Yesenia échoue à renverser le chef du groupe.
    Yesenia échoue à frapper au visage le chef du groupe et se blesse au passage, se prenant un coup de coude dans le ventre de Moloch.
    Sam esquive le coup d'épée, à rien.
    Yesenia arrive à désarmer le chef du groupe qui fait tomber son épée.
    Moloch arrive à se jeter sur Yesenia et à la plaquer au sol (jet MJ, 17).
    Moloch frappe Yesenia de toutes ses forces, mais Yesenia résiste bien et n'est pas davantage blessée (jet MJ, 66).
    Sam parvient à récupérer le blaster d'un des fuyards, à rien.
    Sam met parfaitement en joue Moloch, sans mettre en danger Yesenia.
    Jahandar échoue à passer les menottes à Moloch.
    Jahandar échoue à donner un coup de crosse à Moloch, et manque de trébucher au passage. Yesenia et Moloch s'agitant beaucoup.
    Moloch ne perçoit pas la menace du blaster de Sam (jet MJ, 68).

    Moloch crache au visage de Yesenia (et ça pue beaucoup).  
    avatar
    Messages :

    158

    Localisation :

    Terra

    Métier :

    Lieutenant de police - brigade criminelle

    Code couleur :

    #b51e23

    Crédits :

    801

    Réputation :

    150

    Diggy diggy hole
    Goodenough & Valid - Nord - Nord-Est de la province
    L'enchainement des événements avaient été très rapide – comme toujours dans ce genre de situation, en combat les ralentis n'existaient que dans les films –. Le coup qu'elle avait reçu à l'estomac, Yesenia ne s'y attendait pas, le souffle coupé. Elle s'arrêtait le temps de ravaler une bouffé d'air, appuyant sur l'endroit douloureux avec l'espoir que ce simple geste puisse atténué la douleur. Le reste était un enchaînement sans nom, d'un brouhaha inexplicable de son point de vue.
    De ce qu'elle avait compris, Yesenia avait réussit à désarmer le meurtrier – car c'était ce qu'il est devenu dès l'instant où il a plongé sa lame dans le corps de la pauvre femme – et maintenant elle se retrouver à se débattre de ses coups pendant qu'il l'avait mise à terre, et se trouver au dessus d'elle.
    Avec beaucoup de vélocité elle repoussait ses attaques, mais sans pour autant l'empêcher de recommencer. De son point de vue, elle n'avait pas vu Sam tenir en joue l'homme aux dents jaunes, ni Jahandar essayait de lui passer les menottes.

    « — Pendejo ! grondait-elle. »
    Sa voix était rocailleuse, suite à la dernière attaque qu'il venait de lui faire – à savoir lui cracher dessus –. L'odeur était fétide, on ne savait dire s'il avait manger un écureuil mort, depuis si longtemps que la viande était faisandé, au dernier repas ou s'il était brossé les dents avec un poisson qui flottait à la surface jusqu'à commencer à perdre ses écailles.
    Un haut de cœur la prenait, mais elle n'en démordait pas et voulait se libérer de là. Libérant l'un de ses genoux dans cet entremêla de corps, elle s'essayait à lui asséner un coup dans les parties tendre de l'anatomie masculine – celle où elle s'amusait avec ses collègues à appeler le service trois pièces –.

    Pour autant ce n'était pas suffisant à son goût, le côté antiopée du lieutenant de police et son éducation avait fait qu'elle était d'une certaine façon très féministe et se faire appeler comme il l'avait fait. A savoir de sale traînée, venait de la mettre en rogne – et pas qu'un peu – et Yesenia avait besoin de se défouler.
    Tentant d'attraper le malfrat par le col, Yesenia essayait de lui planter ses dents dans le cou pour le mordre jusqu'au sang. Même si le risque que sa peau soit d'une odeur semblable à son haleine.
    Ce n'était qu'après tout ceci qu'elle essayait de se défaire de lui, en le poussant sur le côté.
    Lancement combat (3 actions) :
    Yesenia tente de le frapper dans le service 3 pièces. (lancé de dé : bonus combat mercenaire rang B 15% : résultat 52)
    Yesenia tente de le mordre au cou. (lancé de dé : bonus combat mercenaire rang B 15% : résultat 9)
    Yesenia tente de le pousser sur le côté. (lancé de dé : bonus combat mercenaire rang B 15% : résultat 73)
    avatar
    Messages :

    19

    Code couleur :

    #ffffff

    Crédits :

    50

    Fight Club
    Modération Exploration

    Visiblement, le choix sur l'insulte qu'avait vomi Moloch à l'attention de Yesenia semblait avoir eu pour conséquence d'appuyer sur un des TRES mauvais boutons de la policière. Si lui était un dément, elle venait de devenir un démon, et pas un petit. Déchaînée telle un condensé de violence, elle laissa ressortir toute sa sauvagerie et sa brutalité, au point qu'on aurait très bien pu l'intégrer dans les habitués de ce Fight Club, si les combattants avaient été humains.


    Moloch se tordit de douleur et hurla à plein poumons face au déferlement de coups assénés par la jeune femme. L'effet de surprise de la contre-offensive l'avait fait relâcher sa garde, et un sale coup était venu fracasser son entrejambe, le faisant plier, un genou au sol. Se faire mordre au cou n'était clairement pas quelque chose qu'il avait anticipé, et la colère noire de Yesenia le marquera sans doute à vie. Sa mâchoire s'était refermée si fort qu'un peu de sang coula dans sa bouche. Moloch tenta en vain de pousser son assaillante, la douleur devenant trop importante et faisant fléchir ses forces. Il trouva cependant l'énergie nécessaire pour une nouvelle insulte.

    « Putain, espèce de chienne ... Tu vas me le payer ... »

    Trop faible à cause de ses blessures, Yesenia parvint à le pousser sur le côté. Il était très certainement vaincu, Sam le visant toujours de son arme, et à la merci d'une diablesse en furie. Le sang qu'il perdait commençait petit à petit à s'accumuler au sol.

    « Vous gagnez peut-être aujourd'hui sales flics ... Mais je peux vous jurer qu'à compter d'aujourd'hui, vous pourrez plus dormir sur vos deux oreilles ... Vous savez pas dans quoi vous vous êtes fourrés ... »

    Moloch se mit à rire nerveusement, d'abord faiblement, puis à pleine gorge, d'une telle façon qu'on pourrait le croire définitivement perdu dans la folie. Sa blessure au cou continuait de s'aggraver, seconde après seconde. Il y avait encore de la marge, mais il fallait absolument s'en occuper si la fine équipe voulait le ramener dans un état acceptable.

    Moloch se fait complètement dominer par l'avatar de la colère Yesenia. Le chef tombé, il ne resterait bientôt plus rien de cet endroit de toute façon. Il ne restait que quelques âmes en ce lieu, en pleine fuite. Il serait sans doute impossible de les rattraper, car la forêt se chargera de les cacher bien assez vite.
    avatar
    Messages :

    158

    Localisation :

    Terra

    Métier :

    Lieutenant de police - brigade criminelle

    Code couleur :

    #b51e23

    Crédits :

    801

    Réputation :

    150

    Diggy diggy hole
    Goodenough & Valid - Nord - Nord-Est de la province
    Yesenia se mit à rouler sur le côté, défaite du poids de son assaillant et dans la bouche un goût de métal provoqué par le sang. Elle connaissait cette sensation, mais à l'habitude c'était le siens, pas celui d'un autre. Elle crachait le liquide rouge qui n'arrivait pas à disparaître malgré ses crachats.
    Main au sol, elle se redressait faiblement, et assénait un coup de pied sur le mécréant. Juste pour le plaisir et lui apprendre qu'être un connard à la gueule bien pendu allez rien lui offrir de bon.
    Passant sa main sur le long de sa bouche pour s'essuyait, elle commençait à parler.
    « — Au nom de la police de Terra vous êtes en état d’arrestation. Vous avez le droit […]. lui lisait-elle ses droits. »
    Même si on pouvait remettre en question les droits de tels individus.
    Glissant une main sur la poche arrière de son pantalon, elle attrapait la pair de menotte et les lui passer, ne se privant pas de serrer plus fort que prévu.
    Jetant un coup d’œil sur le cadavre, elle pousse un soupire, s'approche de celui-ci et s'abaisse pour commencer à le fouiller. Partant à la recherche d'information sur son identité, quelque chose à transmettre à quelqu'un. Ses mains devenaient rougie et poisseuse sous le sang qui l'avait rendu exsangue.
    Par dessus son épaule, elle regardait les deux autres hommes. D'une voix froide elle déclarait.
    « — On rentre. »
    Yesenia donne un coup de pied. (lancé de dé : bonus combat mercenaire rang B 15% : résultat 18)
    Yesenia passe les menottes. (lancé de dé : résultat 85)
    Yesenia fouille le cadavre. (lancé de dé : bonus vol à la tir 10% : résultat 26)


    avatar
    Messages :

    19

    Code couleur :

    #ffffff

    Crédits :

    50

    Fight Club
    Modération Exploration

    Le coup de pied infligé par la policière à l'homme à terre lui arracha un grognement de douleur. Combiné à sa perte de sang, il fut incapable de résister à quoi que ce soit de plus. Haletant, transpirant, Moloch n'eut d'autre choix que de se laisser passer les menottes. La seule objection qu'il se permit fut de couper Yesenia en plein milieu de son récital des forces de l'ordre, d'un ton cassant.

    « Ta gueule. Je connais mes droits. »

    Le silence se fit dans ce qu'il restait du Fight Club. Les parieurs et autres opportunistes s'en étaient allés, emportant avec eux pratiquement tout ce qu'il y avait de valeur. Cependant, en fouillant le cadavre de la femme abattue quelques instants plus tôt, Yesenia put trouver une amélioration pour vaisseau, mais aussi un petit cœur d'énergie. Elle put également mettre la main sur des informations concernant l'identité de la pauvre âme : Laure Dumas, célibataire et sans enfants, employée comme mécanicienne au Réservoir.

    Plus rien ne semblait retenir les explorateurs en ces lieux désormais. Embarquer Moloch et l'emmener dans un hôpital semblait être la meilleure solution, s'ils voulaient conserver le seul suspect en vie, et c'est ce que semblait indiquer Yesenia dans ces deux mots glacials adressés à ses partenaires.

    L'arrestation se passe sans problème. Cependant, l'absence de traitement de la plaie infligée par Yesenia commence à devenir sérieux, mieux vaut l'emmener dans un hôpital et partir. Yesenia gagne une amélioration de vaisseau et un petit cœur d'énergie. Ce Fight Club s'éteint, mais un autre pourrait très bien voir le jour, ailleurs, d'ici peu ou dans quelques mois, qui sait ? Trop de personnes ont pu s'enfuir, après tout ...
    Contenu sponsorisé