Top-sites
1234
Nuawa
Administratrice
Shawn
Administrateur
Tobias
Administrateur
En -68 P.A, les anciens Terriens débarquaient sur la nouvelle Terra après des siècles d'errance dans l'espace. De cet événement s'est organisé, avec le temps, un nouvel ordre galactiques. Un exode, des tensions, l'évolution et l'indépendance. Ainsi se sont tissées les relations entre les planètes Terra, Luna, Antiopée et Dust. Comment apposerez vous votre marque dans cet univers prêt à changer du tout au tout ?La galaxie est pleine de mystères. Terra, Luna, Antiopée ou Dust, chaque planète éveille la curiosité des explorateurs prêts à tout pour marquer l'Histoire et percer les secrets de l'univers. Alors que la stabilité présumée entre les factions est mise à l'épreuve par l'arrivée d'un peuple inconnu, quelle aventure tenterez-vous de vivre ? Face à l'immensité de l'univers, les Hommes se prennent à rêver d'exploration. Terrians, Lunariens, Antiopéens et Dustiens, chaque peuples aspirent à en percer les secrets. Dans cette galaxie aux possibilités infinies, chaque individu peut changer le cours de l'histoire et voir sa vie prendre des airs de récits d'aventures. Dans de monde ouvert aux occasions multiples, qui serez-vous ?
Actualités
30/09/2018 - Pré-ouverture du forum ! En savoir plus sur les avantages et les bonus de pré-ouverture, ici.
13/10/2018 - Premiers retours sur la pré-ouverture : ajouts, ajustements et prévisions pour la suite. Par ici.
20/10/2018 - Inscriptions de la mission spatiale lancées ! Par ici.
22/10/2018 - Ajustements sur les compétences. Par ici.
nos partenairesLes rejoindre

    La chute, mais de qui?

    avatar
    Messages :

    25

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Dirigeante du Sombre Destin

    Code couleur :

    #66ccff

    Crédits :

    200

    Réputation :

    13

    La chute, mais de qui?Message par Irina Sokolova le Mer 24 Oct - 9:14
    La chute, mais de qui?
    Irina & Mario
    La mort de Drüst était encore un passage douloureux de sa vie, dont la plaie ne s’était pas complètement renfermée. Elle avait beau être égoïste, et ne s’en cachait pas la plupart du temps, certaines personnes restaient importantes pour elle. Très peu, mais cela rend la valeur ce des dernières encore plus grande. Et Drüst était probablement celui qui comptait le plus à ses yeux. Et son assassinat était alors un acte qu’elle souhaitait venger à tout prix. Mais le problème, c’était que jusqu’alors, elle n’avait pas eu beaucoup d’informations à propos du commanditeur de cet acte.

    Irina, possédant un capital plus qu’intéressant sur Dust, avait embauché quelques enquêteurs pour mettre au clair cette sombre affaire. Mais ce n’est que récemment, après plusieurs semaines de recherches, un rapport émis par les détectives faisait état d’un probable coupable. Pas du meurtre, mais une balance à priori... Un certain Mario… Le pire dans tout cela? Il était un client habitué du Sombre Destin, et surtout n’était pas connu pour être le plus honnête. Sa fiche client était assez nette. 85% de ses dépenses se faisaient avec les femmes. Un bon pervers, en soit.

    Cependant, elle se trouvait maintenant en position de force. Effectivement, si il venait souvent chez elle, il se trouvait entouré de tout son staff, qui pourrait l’exécuter au besoin. C’est l’option qu’elle aurait choisi, si les détectives ne lui avaient pas parlé d’interroger le suspect pour en apprendre encore d’avantage sur toute cette affaire… La belle blonde était tellement déçue de ne pas pouvoir appliquer une vengeance pure et brutale… Mais si on ne pouvait pas le tuer, torturer était un excellent moyen de faire parler.

    Sous ses traits angéliques, tout le monde savait qu’Irina n’était pas une grande empathique. Son profit était sa première préoccupation, et faire des coups bas ne lui faisait pas peur. L’opération était prête, ficelée, et ne pouvait avoir aucun accroc. S’il venait se détendre auprès de femmes, comme souvent le Samedi soir, le piège se refermerait lentement. Sa préférée était prévenue, et devait rester libre jusqu’à ce qu’il arrive. Une belle brune aux lèvres pulpeuses, aux formes plutôt généreuses, surtout au niveau de son fessier. Il semblait particulièrement apprécier cela.

    S’il se pointait, et décidait de passer un peu de temps avec cette femme, alors deux vigiles l’attendraient dans la chambre où l’employée l’ammenerait, afin de le maîtriser, de gré ou de force. Surtout de force, en fait. Qu’est ce qu’il pourrait se passer de mal? Deux colosses de muscles ne pouvaient pas se faire battre par un simple homme, sur le papier...

    C’est pourquoi Irina, une fois le signal donné de son arrivée, attendra une minute après la rentrée dans la chambre pour rentrer à son tour, afin d’interroger celui qui devrait être ligoté ou menotté, et calmé par ses hommes. Habillée d’une tenue habituelle, soit une robe de créateur de couleur noire avec un dos nu plongeant vertigineux, le tout mis en valeur par des escarpins lui faisant atteindre une taille honorable d’1m80, elle allait se défouler un peu sur cet homme, qu’elle considère de la pire espèce...

    Enfin ça, c’était si tout se passait comme prévu. Mais qu’est ce qui pourrait enrayer son plan machiavélique?
    Tout se passe comme prévu?
    avatar
    Messages :

    21

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote - Ingé - Revendeur de pièces détachées

    Code couleur :

    #B22222

    Crédits :

    220

    Re: La chute, mais de qui?Message par Mario D'Onofrio le Mer 24 Oct - 13:10
    La chute mais de qui ?
    La salope & moi
    L’truc avec Malicia (la fameuse brune aux formes pulpeuses), c’est que j’l’avais au creux d’la main, quasiment. Avec les putes, suffisait pas seulement d’tout casser à l’intérieur et d’s’en aller comme un fumier, non. L’tout était d’leur donner c’qu’elles espéraient secrètement : Un peu d’amour, d’attention, quelques thunes qu’elles pouvaient garder elles-mêmes et l’tout était joué. Vu ma gueule et mes manières d’rustre, on pouvait penser que j’étais pas du tout capable d’tendresse, mais c’était s’méprendre complètement sur mon compte. Avec mes paroles mielleuses à souhait, il avait suffi d’quelques soirées pour que Malicia succombe à mon charme et soit « mienne ». Mienne au point d’m’avoir envoyé un texto vite fait sur l’guet-apens qui m’attendait. Sauf que voilà, j’m’étais pas défilé. Déjà parce que j’étais baraqué et sûr d’moi ; ensuite parce que j’étais curieux d’savoir pourquoi on voulait ma peau. En fait, non. J’connaissais déjà la raison. Mais j’voulais connaitre l’dénouement d’cette histoire. C’genre d’situations m’amusaient !

    Du coup, tout n’se passa pas comme prévu pour la blonde, non.

    Y’avait qu’à voir l’état du sol d’la chambre quand elle débarqua : Dégueulassé d’sang, carrément. L’truc à faire gerber n’importe quel faible d’esprit. Deux corps, inertes, gisaient par terre et un type était assis sur un sofa : Bibi, évidemment ! J’avais l’arcade sourcilière ouverte et une partie d’ma lèvre inférieure pétée, mais j’m’en sortais plutôt pas mal. Faut dire qu’ils étaient assez bons, les types. Certainement l’élite d’la meuf en termes d’videurs/gros bras. Sauf que voilà, j’les avais défoncé tout seul ! J’avais peut-être une tronche d’parvenu, mais j’faisais pas deux mètres pour rien. Qui plus est, j’m’étais tellement fait rétamer gueule qu’en plus d’être habitué aux coups, j’savais m’défendre. Pas autant qu’un mercenaire aguerri comme c’vieux bâtard d’Nyx, mais assez pour tabasser « les p’tites frappes » entre autres. Pour m’avoir, elle aurait dû en envoyer une bonne dizaine. C’était comme ça que ça marchait quand on voulait la peau d’un type. On crée l’surnombre pour l’épuiser et on porte l’coup d’grâce au moment opportun…

    Mais plus les secondes passaient et plus j’me disais que son but premier était pas d’me buter…

    - « Pas un mot. Pas un geste superflu. A la moindre incartade d’ta part, j’te plombe et j’récupère gentiment tout ton p’tit empire. Mais j’suis sûr que t’es pas conne et qu’on peut s’entendre, toi et moi. Du coup, tu vas exécuter gentiment mes ordres. »

    Si ma paluche gauche tenait un cigare embrasé, la droite, elle, braquait un gun vers la jeune femme. Une arme que j’avais chourée d’un des types qui voulaient m’tabasser. Mon sempiternel sourire déforma à souhait mon visage, tandis que j’lui faisais signe d’fermer doucement la porte derrière. D’ailleurs, j’devais avouer qu’elle était plutôt mignonne, la fameuse Irina. Mignonne, mais sans plus. Pour les formes, on pouvait repasser, c’que j’trouvais plutôt dommage. Néanmoins, la baiser dans l’unique but d’la souiller serait pas du luxe. Fallait que j’apprenne à cette p’tite conne qu’il fallait pas sous-estimer les gens dans les bas-fonds de Dust. C’était pas parce que j’avais pas autant d’moyen qu’elle qu’il fallait m’prendre pour un guignol qu’on pouvait mettre au pas en deux temps trois mouvements. C’était s’foutre l’doigt dans l’œil jusqu’au coude. Cette nuit-là serait décisive, j’le savais, mais c’était un coup à bien manœuvrer d’sorte à l’avoir dans ma poche. La « gamine » pourrait surement m’être utile pour pas mal d’choses.  

    - « Viens poser ton p’tit cul sur le lit, en douceur et explique moi pourquoi tu m’as réservé un tel accueil et c’que tu comptais faire par la suite… Gaffe à pas t’jouer les ingénues ou à opter pour l’silence parce que ça marche pas avec moi, c’genre d’conneries. D’ailleurs, j’ai eu l’temps d’foutre mes gars un peu partout autour du coin et quelques potes vont sans doute cibler tes réserves dans tout Dust. Si tu veux pas qu’il arrive malheur à ta bouille, à tes hommes ou même à tes précieuses marchandises, faudra tout m’dire. Et p’être que j’serai clément avec toi, bwéhéhéhé ! »
    avatar
    Messages :

    25

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Dirigeante du Sombre Destin

    Code couleur :

    #66ccff

    Crédits :

    200

    Réputation :

    13

    Re: La chute, mais de qui?Message par Irina Sokolova le Mer 24 Oct - 14:12
    La chute, mais de qui?
    Irina & Mario
    Un mauvais pressentiment l’avait envahie alors qu’elle s’approchait de la porte. Ce silence n’était pas spécialement bon signe. Mais encore une fois, elle se disait que son plan était infaillible. Elle ouvra la porte, et sa fine jambe passa le pas de cette dernière. Une fois ses deux escarpins posés à l’intérieur de la salle, elle s'arrêta net pour observer la scène... Les deux gardes qu’elle avait envoyé s’étaient fait défoncer. Il n’y avait pas d’autre mot, vraiment. La jolie blonde aux airs bourgeois ne semblait cependant pas choquée par tout ce sang. Ce n’était pas la première fois qu’elle se trouvait devant ce genre de scène… Sauf que souvent, c’était elle qui l’organisait.

    La, il y avait cet homme, Mario à priori, qui la pointait nonchalamment avec une arme tout en fumant son cigare. Elle était dans ses propres locaux, mais pourtant, elle se retrouvait toute coincée, et surtout à sa merci. Il lui donna quelques ordres, et son ton était très direct. Irina se trouvait dans une situation qu’elle détestait: elle n’avait plus le contrôle de la situation. Elle qui aimait tout savoir, tout gérer et tout maîtriser, était dès alors bien loin de sa zone de confort.

    Sans que ses yeux bleus terriblement froids ne quittent son visage marqué par un bref combat visiblement violent, elle ferma la porte derrière elle comme ordonné par le colosse qui était assis sur le canapé, qui semblait presque être un havre de paix au milieu de ce sol partiellement recouvert de sang et autres marques de brutalités récentes. Le lit était lui aussi immaculé, ce qui était plutôt rare vu les activités qui se pratiquaient ici, et encore une fois, elle fut gentiment obligée de s’asseoir sur ce dernier.

    Alors encore muette, Irina s’avança d’un pas assuré et déterminé vers ce lit, avant qu’elle n’y pose ses petites fesses pour ensuite croiser ses fines jambes. Elle lui faisait face, et vu la situation, il ne lui restait que la parole pour tenter de dénouer la situation. Et heureusement, c’est ce qu’elle savait faire de mieux. En tout cas, elle commençait déjà à regretter de l’avoir sous-estimer de la sorte. Son gabarit était plus impressionnant que ce qu’on lui avait rapporté… Soit ses détectives lui avaient fait un sale coup, soit ils étaient nuls…

    “Comme vous pouvez le voir, je ne suis pas venue armée. L’objectif était simplement de vous maîtriser afin qu’on puisse discuter calmement, et sans être dérangés. Au final, c’est presque le cas.”

    Elle pousse un petit soupir et garde le contact visuel. Le rapport de force avait évidemment changé par rapport à ce qu’elle avait prévu, mais elle ne voulait pas se retrouver complètement écrasée dans le débat par Mario. C’est pourquoi elle gardait la tête haute, et ne s’avouait pas totalement vaincue.

    “Pour vos hommes, placés comme vous dites, la réciproque est tout aussi vrai. Mes entrepots sont extrêmement bien gardés, les attaquer serait non seulement très dangereux, mais aussi une véritable déclaration de guerre, et je ne suis pas sûre que cela soit dans votre intérêt… Je me trompe?”

    La belle blonde originaire de Luna savait bien manipuler les mots, et malgré ses airs d’ange, elle savait comment Dust marchait avec le temps. Ne jamais tendre l’autre joue…

    “Pour revenir avec votre question, j’en ai après vous à cause de la mort d’un certain Drüst… J’imagine que ça vous parle, non? C’était un proche, et je n’ai pas tellement apprécié la manoeuvre.”

    Oups. Ça tourne mal.
    avatar
    Messages :

    21

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote - Ingé - Revendeur de pièces détachées

    Code couleur :

    #B22222

    Crédits :

    220

    Re: La chute, mais de qui?Message par Mario D'Onofrio le Jeu 25 Oct - 19:24
    La chute mais de qui ?
    La salope & moi
    - « Bah, c’est évident qu’on puisse pas apprécier qu’un proche s’fasse buter, mais putain qu’est-ce qui t’fait dire que j’y suis pour quelque chose ? »

    Comme à mon habitude (une sale d’ailleurs), j’me mis à ricaner comme un fumier. Je jouais sur les mots, juste pour la faire chier et essayer de l’éprouver, mais j’pouvais voir qu’elle était loin d’être une femme facilement intimidable. Fallait avouer qu’elle avait une paire de cojones admirable ! Des nerfs d’acier aussi. Parlons même pas d’son toupet qui la rendait subitement bandante ! Ouais parce que j’aimais ça, les p’tites vilaines dans son genre... C’était fendard à dompter, à briser et même à humilier carrément ! Une perspective plus qu’alléchante qui commença sérieusement à m’faire bander comme un chien. Les meufs sans formes, c’était pas mon dada, mais y’avait toujours une exception à la règle. On revenait toujours au cul avec moi, mais hormis la baston et l’meurtre pur et dur, c’était un bon moyen d’asservir des gens. D’les calmer vite fait. Et cette blonde-là, elle ressemblait à une meuf mal baisée. Frustrée.

    - « Sinon qu’est-ce que tu bavassais d’jà ? Me maitriser et discuter calmement ? T’as vu mes blessures ? Sérieux, tu m’as pris pour l’premier con venu ! Soit t’es entourée d’blaireaux, soit c’est toi l’idiote d’l’histoire en fait… »

    J’tirai une nouvelle fois sur mon cigare avant d’me lever d’mon siège. J’me déplaçai alors jusqu’à la porte pour la boucler à double tour, histoire qu’on vienne pas nous déranger, avant d’me tourner vers elle. Et là, j’avais trop d’idées à n’plus savoir quoi faire d’elle ! Elle en ressortirait pas indemne en tout cas. C’est sur cette pensée que j’m’approchai enfin d’elle. L’idée d’lui flanquer une baffe m’démangea d’un coup, mais j’préférai n’pas abimer sa p’tite gueule d’ange. En lieu et place et plutôt que d’me planter comme un gros con juste devant elle, j’grimpai également sur le lit avant d’poser mes fesses tout juste derrière elle, d’sorte à m’lover carrément contre son corps. Si mes lèvres glissèrent sur une partie d’son cou, mon flingue, lui, vint s’poser sur l’une d’ses tempes comme pour lui dire d’rien tenter d’idiot, d’répréhensible. J’étais p’être un gros rustre dans les faits, mais j’étais pas dénué d’intelligence.

    C’était là toute la subtilité d’ma personne.

    - « Tu te trompes sur un truc ou plutôt tu fais exprès d’pas y penser : A Dust, tout va vite et t’es bien placée pour l’savoir. Si j’te bute, ça sèmera la confusion dans ton camp. Actuellement, t’penses que y’a une tête pensante capable d’te remplacer comme tu l’as fait avec Drust ? Ton emprise s’éclaterait la gueule de l’intérieur parce qu’il y a des rapaces qui seront trop occupés à essayer d’occuper ton siège plutôt que d’vouloir ma peau. Au contraire, ces chiens m’béniront à jamais, bwéhéhéhé ! »

    Là encore, j’me remis à rire alors que ma pogne d’libre glissait déjà sur l’une d’ses cuisses bien faites. Contre ses p’tites miches potelées, elle pouvait l’sentir, que j’bandais déjà comme un âne. Mon arme s’mêla à la danse. J’fis glisser l’bout du gun sur l’un d’ses petits seins comme si d’rien était. Vraiment, la nature l’avait oublié sur certains aspects. Elle valait pas du tout Malicia, encore moins Kaya, une autre pute qu’elle avait sous sa coupe. Une blonde à forte poitrine qui m’faisait aussi d’l’œil mais que j’avais jamais touché histoire d’rendre Malicia folle d’moi. Ouais, tout était tactique dans la vie : « Franchement, faudrait passer sur l’billard. T’as quand même les  moyens d’te faire d’gros loloches non ? Au moins ça bordel ! » L’arme remonta subitement vers sa face, avant que l’canon n’force salement l’passage d’ses lèvres pour s’loger carrément dans sa bouche. Oui, j’étais un chien d’la pire espèce, clairement !

    Et devinez quoi ?

    J’faisais des va-et-vient avec l’gun dans sa bouche, comme pour mimer une certaine pratique sexuelle.

    Et bordel que c’était fendard !

    - « Bon alors… Qu’est-ce que tu m’proposes pour que j’te bute pas ? Et n’essaye même pas d’me parler comme à tes chiens ou d’me contrarier parce que j’risque d’te faire très mal… »

    Et là-dessus, j’retirai l’gun recouvert d’bave. Elle devait être une bonne suceuse cette salope…
    avatar
    Messages :

    25

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Dirigeante du Sombre Destin

    Code couleur :

    #66ccff

    Crédits :

    200

    Réputation :

    13

    Re: La chute, mais de qui?Message par Irina Sokolova le Jeu 25 Oct - 20:41
    La chute, mais de qui?
    Irina & Mario
    Il agissait comme s’il était innocent. Pourtant, elle avait bien du mal à croire à cette version. Comment elle savait que c’était lui ? Eh bien, c’était facile, des détectives missionnés pour enquêter sur ce fait, et ils étaient assez payés pour ne pas être complètement incompétents, à priori… Enfin, elle commençait à douter fortement de ce dernier point, car elle n’avait jamais été informée que sa cible mesurait plus de deux mètres, et pourrait régler son compte a deux de ses hommes presque sans aucun problème. Quelque chose n’était pas net dans cette affaire… Mais l’objectif principal serait de s’en sortir indemne, déjà, où avec le moins de séquelles possible en tout cas.

    « Certaines personnes ont enquêté, et votre nom est ressorti assez vite… »

    Répond la chef de l’établissement alors qu’il était en train de rigoler de façon assez peu élégante. Ce rire l’énervait au plus haut point, d’ailleurs, il avait l’air d’être quelqu’un de mauvais, mais surtout en pleine confiance. C’est cette confiance qui la gênait, car il était en pleine possession de la situation, et ça voulait dire qu’elle était piégée. Il allait falloir être très forte pour pouvoir le manipuler pour arriver à une fin acceptable… Son regard, cependant, restait fier. Elle ne montrerait pas ses faiblesses, il pourrait les exploiter.

    « J’ai potentiellement été mal informée… Je ne manquerais pas de prendre quelques actions pour punir ces informateurs à la hauteur de leur erreur… On ne m’avait pas parlé d’un aussi grand gaillard sachant se battre. »

    A quoi bon mentir dans cette situation ? Les personnes aussi directes que lui n’aimaient pas trop qu’on les baratine de façon notable, en général. Lui, en tout cas, n’en avait pas fini avec elle. La preuve : il venait de fermer la porte à double tour, au cas où. Il avait bien raison. Au fur et à mesure du temps, Irina voyait de moins en moins d’issues à ce guet-apens qui se retournait contre elle. Il s’approchait, et Irina le regardait droit dans les yeux. Pas pour le défier, mais pour lui montrer qu’elle n’était pas encore vaincue. Elle avait une idée de son profil client : il adorait les putes. Celles plutôt pulpeuses. Heureusement, Elle ne faisait pas parti de ce type de femmes, vulgaires à souhait, mais plutôt de celles aux formes très élancées, presque fragiles. Mais… En fait ça ne le gênait visiblement pas.

    Même une bonne sœur comprendrait les intentions de cet homme lorsqu’il se colla à son corps de cette façon, en passant ses lèvres contre son cou de façon presque sensuelle. Tout cela pouvait paraître romantique, jusqu’à ce qu’il utilise son flingue pour la faire se tenir à carreau. Irina déglutit alors, consciente qu’encore une fois, il avait un coup d’avance sur ses tentatives de fuite.

    « Tu as surement raison sur ce point, Mario. Mais es-tu bien certain que personne ne voudra ta peau pour ma mort, hm ? Je pense que, vu les moyens que tu viens de mettre en place pour pas que je ne m’échappes, tu n’as pas prévu de me tuer tout de suite… Et surtout, cette forme d’intelligence me fait penser que tu n’es pas inconscient au point de tuer quelqu’un sans en mesurer toutes les conséquences… »

    Dit-elle alors qu’il glissait sa main sur l’une de ses cuisses bien peu couverte par sa robe. Et après ses paroles, il s’amusa à la tripoter sans aucune gêne. Sa poitrine était menue, mais pour autant bien formée, et ferme. De même pour son fessier galbé, contre lequel se dressait peut-être son arme la plus redoutable au vu de leur différence de gabarit. Irina ne savait pas trop comment faire pour ne pas trop déguster… En fait, elle était tiraillée entre deux choses : sa fierté, et ses penchants cachés… Elle devait mener la danse, c’était sa seule chance. C’était ce qu’elle se disait, pile au moment où il vint enfoncer son gun dans sa bouche, mimant un va et vient caractéristique. Encore une fois, il avait l’initiative, mais cette fois, elle donnait un peu du sien, resserrant ses lèvres autour de ce dernier pour lui montrer tous ses talents cachés. Une fois fini, il lui laissa enfin un moyen de prendre les devants.

    « Ce que je te propose pour ma vie ? Eh bien, ce que je pense que tu désires, j’imagine que ça te va ? »

    La suite, chers lecteurs, est cachée pour ne pas choquer les plus sensibles d’entre vous.


    Deal?
    avatar
    Messages :

    21

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote - Ingé - Revendeur de pièces détachées

    Code couleur :

    #B22222

    Crédits :

    220

    Re: La chute, mais de qui?Message par Mario D'Onofrio le Sam 27 Oct - 13:36
    La chute mais de qui ?
    La salope & moi
    avatar
    Messages :

    25

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Dirigeante du Sombre Destin

    Code couleur :

    #66ccff

    Crédits :

    200

    Réputation :

    13

    Re: La chute, mais de qui?Message par Irina Sokolova le Lun 29 Oct - 17:07
    La chute, mais de qui?
    Irina & Mario


    Il va craquer...
    avatar
    Messages :

    21

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote - Ingé - Revendeur de pièces détachées

    Code couleur :

    #B22222

    Crédits :

    220

    Re: La chute, mais de qui?Message par Mario D'Onofrio le Mar 30 Oct - 15:38
    La chute mais de qui ?
    La salope & moi
    avatar
    Messages :

    25

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Dirigeante du Sombre Destin

    Code couleur :

    #66ccff

    Crédits :

    200

    Réputation :

    13

    Re: La chute, mais de qui?Message par Irina Sokolova le Mar 30 Oct - 18:51
    La chute, mais de qui?
    Irina & Mario


    Hm, ça s'annonce mal!
    avatar
    Messages :

    21

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote - Ingé - Revendeur de pièces détachées

    Code couleur :

    #B22222

    Crédits :

    220

    Re: La chute, mais de qui?Message par Mario D'Onofrio le Mer 31 Oct - 1:02
    La chute mais de qui ?
    La salope & moi
    Contenu sponsorisé
    Re: La chute, mais de qui?Message par Contenu sponsorisé