Top-sites
1234
Nuawa
Administratrice
Shawn
Administrateur
Tobias
Administrateur
En -68 P.A, les anciens Terriens débarquaient sur la nouvelle Terra après des siècles d'errance dans l'espace. De cet événement s'est organisé, avec le temps, un nouvel ordre galactiques. Un exode, des tensions, l'évolution et l'indépendance. Ainsi se sont tissées les relations entre les planètes Terra, Luna, Antiopée et Dust. Comment apposerez vous votre marque dans cet univers prêt à changer du tout au tout ?La galaxie est pleine de mystères. Terra, Luna, Antiopée ou Dust, chaque planète éveille la curiosité des explorateurs prêts à tout pour marquer l'Histoire et percer les secrets de l'univers. Alors que la stabilité présumée entre les factions est mise à l'épreuve par l'arrivée d'un peuple inconnu, quelle aventure tenterez-vous de vivre ? Face à l'immensité de l'univers, les Hommes se prennent à rêver d'exploration. Terrians, Lunariens, Antiopéens et Dustiens, chaque peuples aspirent à en percer les secrets. Dans cette galaxie aux possibilités infinies, chaque individu peut changer le cours de l'histoire et voir sa vie prendre des airs de récits d'aventures. Dans de monde ouvert aux occasions multiples, qui serez-vous ?
Actualités
30/09/2018 - Pré-ouverture du forum ! En savoir plus sur les avantages et les bonus de pré-ouverture, ici.
13/10/2018 - Premiers retours sur la pré-ouverture : ajouts, ajustements et prévisions pour la suite. Par ici.
20/10/2018 - Inscriptions de la mission spatiale lancées ! Par ici.
22/10/2018 - Ajustements sur les compétences. Par ici.
04/11/2018 - Fin de la pré-ouverture ! Plus d'informations Par ici.
nos partenairesLes rejoindre

    Obscuration I Ft. Elizaveta Kovacs

    Nikolaï Mengsk
    Messages :

    16

    Localisation :

    Luna

    Métier :

    Agent diplomatique

    Code couleur :

    #a91046

    Crédits :

    130

    Réputation :

    0

    Obscuration
    Nikolaï Mengsk & Elizaveta Kovacs
    Confortablement installé dans son siège, Nikolaï bidouillait avec ses quelques compétences son casque qui présentait un inhabituel problème électronique. Face à lui, un grand et coûteux écran qu’il avait acheté suite à quelques années en politique. Être un membre du pouvoir de délibération rapportait beaucoup. Cependant, c’était sans compter l’apport financier qu’octroyait sa ravissante fiancée. L’ainée des Mengsk s’était effectivement installé depuis quelques années avec Elizaveta Kovacs après que leur relation se soit peu à peu développée jusqu’à finalement prendre une ampleur qu’il n’aurait pu imaginer autrefois. Il ne faisait aucun doute qu’aujourd’hui, la vie de l’ancien politicien était idéale, presque idyllique.

    « Il ne veut décidément pas fonctionner. lançait Nikolaï dans un profond soupir de dépit. Son casque favori ne parvenait effectivement plus à se connecter automatiquement au réseau local. Cependant. A force de forcer, un faux-contact se déclara et électrisa brièvement le Mengsk, le faisant lâcher son casque dans sa surprise. Mh-mh, traître, roule, je t'en prie. Tu ne me mérites pas, de toute façon. Est-ce que les livres d’Eli lui posent problème ? Je ne crois pas, non. »

    Typique de Nikolaï : Il agissait avec légèreté face à un imprévu ou un échec. Cela avait pour rôle de lui rendre la situation moins pénible, bien sûr, mais aussi de ne pas s'enfermer dans des idées noires. Pour des petites choses comme ça - même pour des choses plus importantes - il n'est pas nécessaire de réagir avec trop de sérieux. Non, vraiment, il n'était pas ce genre d'homme-là.

    La démarche décontractée, il se glissa calmement vers Eli afin de voir ce qu’elle faisait. Comme à son habitude, elle travaillait ou se cultivait avec ses bouquins, un truc de ce genre-là. Elle inspirait beaucoup de respect à Nikolaï, qui ne parvenait pas trop à se focaliser si intensément. Pourtant, c’est ce qu’il doit faire de plus en plus en raison de son tout nouveau poste d’agent diplomatique.

    « Bon, je laisse tomber. Qu’est-ce que t’es en train de faire, toi ? Rien de dangereux pour ta santé, au moins ? Je ne tiens pas à partir en te laissant blesser derrière ! »

    Une main emplie de tendresse se glissa dans son dos pour l’interpeler alors que son regard se dirigea sur ce qu’elle était en train de lire. Il en profitait : la nuit était en train de tomber, signifiant qu’il se rapprochait lentement mais sûrement de son prochain voyage diplomatique. Se séparer d’elle était toujours compliqué.
    Peu avant l'arrestation - Demeure de Nikolaï et Elizaveta
    Elizaveta Kovacs
    Messages :

    35

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Conceptrice d'arme

    Code couleur :

    #71B6B2

    Crédits :

    95

    Réputation :

    11

    Obscuration
    Nikolaï Mengsk && Elizaveta Kovacs (3mois plus tôt)
    Tu relèves un peu la tête de ton livre quand tu entends la voix de ton fiancé s'exprimer pour marquer son incapacité à régler le soucis de son casque. En réalité, tu n’as jamais réellement compris son intérêt pour ce genre d’artifice, mais tu n’as jamais critiqué ou même tenté de l’empêcher d’en porter. Après tout, s’il aime cela, autant qu’il le fasse. Sachant qu’au final, cela lui donne un petit côté mystérieux que tu ne peux t’empêcher d’apprécier. Enfin, on ne peut pas réellement dire que quand ça le concerne, tu es la personne la plus objective qui soit. Que du contraire.

    Constatant, qu’il n’attend en réalité aucune réponse de ta part, tu replonges assez rapidement dans ta lecture, poursuivant ainsi de peaufiner tes connaissances sur les coeurs d’énergie. Un sujet que beaucoup trouveraient ennuyeux, qu’ils ne liraient pas le soir comme tu peux le faire, mais t’as toujours été curieuse et un peu trop studieuse, alors lire un livre scientifique comme l’on pourrait lire un roman, tu sais le faire et t’affectionne même cela. Il faut dire que t’y trouve bien plus d’intérêt. Dans tous les romans d’amour, la fin est prévisible, on sait que l'héroïne finira avec le héro, dans les polars, que le policier aura le criminel à la fin.

    Un nouveau bruit et une nouvelle phrase de sa part, tu relèves un peu la tête une nouvelle fois, ton regard suivant les mouvements de son casque qui roule. Tu ne peux pas t’empêcher de sourire légèrement à ça remarque. Il n’a pas tord, mais il n’a pas raison non plus. Il t’arrive assez souvent de te couper le bout des doigts avec des feuilles, et ça c’est douloureux, bon il ce n’est pas forcément un livre, plutôt des feuilles volantes, mais c’est du pareil au même non ?

    Tu tentes alors de poursuivre une nouvelle fois ta lecture alors qu’il s’approche de toi en te questionnant. Alors tu laisses tomber et referme le bouquin délicatement alors qu’il pose maintenant sa main dans ton dos, t'arrachant un petit frémissement.

    Tu tourne légèrement la tête et le regarde en souriant un peu.

    “J’ai le droit de me blesser volontairement pour ne pas que tu partes une nouvelle fois ?”

    Une question égoïste, parce que tu sais qu’il a des obligations et qu’il se doit d’y répondre. N’aurait-il pas pu faire un boulot qui ne demande pas de se déplacer de la sorte, vous faisant perdre de votre temps ensemble ? A la limite, tu serais plus âgée, t’aurais fini tes études et tu pourrais le suivre plus facilement sous prétexte de faire des recherches et de devoir aller sur Terra pour observer l’un ou l’autre composant qu’ils pourraient développer… Mais là, t’es juste coincé ici, à faire tes trucs.

    “J’ai pas envie que tu partes…”

    Un murmure, alors que tu te mouves de ta chaise pour venir te lover dans ses bras et prendre un peu de sa chaleur. C’est une vérité que tu viens d’énoncer. Tu n’aimes réellement pas être loin de lui. Il a toujours été à tes côtés depuis ton plus jeune âge, alors quand il part pour Terra ou Antiopée, c’est toujours compliqué parce qu’il te laisse un vide et c’est pire maintenant que vous vivez ensemble… Quand il est pas là, l’appartement est sans vie et tu passes dès lors plus d’heure à l’extérieur qu’ici, pour fuir un quotidien en son absence…

    Doucement, tu viens chercher ses lèvres pour lui voler un léger baiser.
    Nikolaï Mengsk
    Messages :

    16

    Localisation :

    Luna

    Métier :

    Agent diplomatique

    Code couleur :

    #a91046

    Crédits :

    130

    Réputation :

    0

    Obscuration
    Nikolaï Mengsk & Elizaveta Kovacs
    Naturellement, ses bras s’ouvrirent pour l’accueillir et la serrer contre lui. Il était légèrement moins démonstrative qu’elle, préférant se cacher derrière un masque comique, lui évitant ainsi la difficile étape qui consistait à affronter ses propres émotions. Profitant quelques instants de ses lèvres, non sans l’attirer davantage contre lui en imposant sa main contre la courbure du dos d’Eli, il finit par s’en séparer pour passer une main dans ses cheveux et affronter son regard dépité.

    « Ha ha, tu penses que j’ai envie, moi, de partir et laisser derrière moi ma fiancée et ce petit confort ? Mais c’était malheureusement la seule façon pour moi de quitter mon ancien poste et me diriger vers une voie plus prometteuse pour l’avenir de Luna. »

    Avant de s’éloigner, il lui vola à nouveau un rapide baiser et sautillait jusqu’à son casque en lui lançant un regard froid, comme si celui-ci était une véritable personne qui se montrait têtue ou qui l’avait déçu. Il fit même le petit signe du ‘’je t’ai à l’œil…’’.

    Un soupir l’accompagna alors qu’il s’approcha de sa sobre valise blanche et bleue. Il n’y posa bien entendu pas son casque, qui pouvait se rétracter et était donc facilement transportable, mais il la verrouilla comme pour dire qu’il était – presque – prêt à y aller… mais pas tant que ça.

    « Je ne pars pas longtemps, de toute manière. Je me rends à une station à quelques bornes d’ici, donc le voyage sera assez sommaire. C’est surtout pour préparer celui de Terra, qui nécessite un peu d'études de cas. Ahem... il n’y a évidemment pas moyen que tu te libères pour qu’on y passe quelques jours en passant, hm ? proposa-t-il le plus innocemment du monde... ou presque. »

    Il la savait malheureusement occuper avec ses études. Même si c’était temporairement, il était peut-être difficile pour elle de bouger. Mais bon ! Il était tellement tête en l’air pour certaines choses qu’avec un peu de chance, il avait oublié que ça tombait sur un congé ou de quelconques vacances.

    D’une démarche tranquille cette fois, il basculait calmement son épaule contre un mur proche de sa compagne et imposait un tendre regard à son attention. « Au pire, tu peux pas faire un sujet d’étude sur Terra ou Antiopée ? Tu dois bien pouvoir inventer quelque chose qui servira au passage Luna ! Je t'offrirai un somptueux repas, en plus, alors comment refuser ! »
    Elizaveta Kovacs
    Messages :

    35

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Conceptrice d'arme

    Code couleur :

    #71B6B2

    Crédits :

    95

    Réputation :

    11

    Obscuration
    Nikolaï Mengsk && Elizaveta Kovacs (3mois plus tôt)
    Réellement, tu es bien dans ses bras et c'est bien la seule chose que tu ne désires pas perdre. Ce confort dans ses bras, ce sentiment de bien être. Jamais, ô grand jamais tu n'aurais imaginé qu'un jour ça aurait été comme ça avec lui. Tu l'as connu tellement jeune, avec d'autres filles, tu en as déjà tellement vu de lui que jamais t'aurais pu imaginer qu'avec tout cela, tu serais si bien avec lui. Mais en même temps, n'est-ce pas parce que tu le connais bien que tu peux si facilement lui faire confiance quand il part. N'est-ce pas parce que vous avez passez beaucoup de temps ensemble, à parler, rire, profiter simplement de l'instant présent que vous en êtes tout deux là maintenant ?

    Dans ses bras, tu souris, bien heureuse, profitant de la caresse de ses lippes quand les siennes viennent quérir les tiennes dans un baiser tendre. Tu frémis légérement, appréciant toujours ses petites démonstrations d'affection de la sorte. Tes bras se glisses alors de chaque côté de sa taille tandis qu'il affirme votre étreinte. Tes doigts, doucement serrent le tissus de son haut pour être certaine qu'il ne recule pas. Et pourtant il le fait.

    Dans un premier temps, en romptant le baiser pour parler et te laisser entendre des choses que tu sais déjà, mais que tu aimes quand bien même entendre et te faire rappeler. Oui, tu aimes quand il use de ses vocalises pour te faire comprendre qu'il partage les mêmes sentiments que toi. Tu souris alors doucement, acquiescant.

    Et dans un second temps, en venant prendre tes lèvres pour un baiser frivole bien trop court. Il s'écarte alors finalement, laissant une sensation de froid entre tes bras qu'il occupait alors de sa chaleur. Néanmoins, tu ne bronches pas, que du contraire, il t'arrache même un petit rire quand il se confronte plus ou moins à son casque.

    "Tu veux que je le regarde ?"

    Une question pour tenter de l'aider et surtout pour être certaine qu'il ne se fasse pas encore électrocuté légèrement par celui-ci. Néanmoins ce n'est pas certain que tu sois bien plus qualifier que lui pour le réparer. Toi t'es surtout habile de tes doigts pour réaliser des dessins, des nouvelles créations, mais à force de créer des schéma et d'en étudier, tu pourrais peut-être repérer l'anomalie bien plus facilement que lui. Ou peut-être pas.

    Tu l'écoutes alors, quand il te demande d'une certaine façon de l'accompagner et tu ne peux t'empêcher d'hausser les épaules. Une réponse silencieuse dans un premier temps, avant que tu ne prennes la parole d'une voix un peu plus grave, cherchant à imiter celle de ton formateur quand il insiste cherchant à t'acheter un oui par des propositions romantiques... Bon dieu que t'aimerait pouvoir lui dire oui...

    "Il est hors de question que vous partiez mademoiselle Kovacs ! Votre apprentissage n'est pas fini, vous n'avez pas le temps pour aller batifoler ailleurs ! Tout ce que vous avez à apprendre est ici et seulement ici !"


    Tu tentes d'en rire un peu, mais en réalité, t'aurais aimé avoir un formateur plus ouvert d'esprit et qui permet l'étude sur le terrain et pas seulement dans des laboratoires et autre lieux de pensées. Bien que peut-être il aurait été moins bon... Puis tu te moques de lui, mais tu as quand même un profond respect pour cet homme qui prend de son précieux temps pour t'apprendre tout ce que tu dois savoir pour occuper le poste que tu convoites.

    Tu termines finalement de franchir la distance qui vous sépare pour venir l'embrasser sur le coin des lèvres.

    "Tu sais que j'aimerais pouvoir t'accompagner, mais pour l'heure c'est impossible, néanmoins, rien ne t'empêcher de m'inviter au restaurant ici."

    Tu lui tires alors la langue avant de t'écarter de lui, cherchant à le taquiner un peu...

    Nikolaï Mengsk
    Messages :

    16

    Localisation :

    Luna

    Métier :

    Agent diplomatique

    Code couleur :

    #a91046

    Crédits :

    130

    Réputation :

    0

    Obscuration
    Nikolaï Mengsk & Elizaveta Kovacs
    D’un rire sonore, Nikolaï transpirait le bonne humeur en voyant l’imitation que sa compagne faisait de son formateur. Elle agissait souvent comme ça, d’une manière peut-être un peu sérieuse pour elle mais absolument adorable pour lui. Il n’y pouvait rien, ce sont ce genre de mimiques qui définit un caractère ; caractère que l’on apprécie ensuite.

    « Laisse tomber Eli, personne ne comprend qu’on peut apprendre ailleurs qu’à Luna. C’est dommage, étant donné que je suis persuadé, comme tu le sais, qu’elle serait capable de progresser davantage en s’ouvrant un peu au monde. »

    Il arquait ensuite le sourcil face à un tirage de langue absolument non-mérité. Mimant un petit visage surpris, il mit les mains sur ses hanches et feignit être indigné. Bien sûr, ça ne l’empêcha pas de la ramener à lui pour plonger son regard dans le sien, profitant de celui-ci avant son départ.

    « D’accord. Je t’invite mais seulement si on va manger dans notre restaurant préféré, en face de la galerie d’art ! »

    Il se rapprocha à nouveau pour un rapide baiser mais l’entrée d’une communication externe l’interrompit. Cela ne l’empêcha bien entendu pas de le faire – il y a des priorités, dans la vie – mais il se sépara d’elle pour accepter l’appel. La communication venait directement de la porte.

    « Accepter l’appel. lança machinalement Nikolaï, qui vit se présenter devant lui l’image d’un membre de la police lunarienne. Le sourcil à nouveau arqué, les fenêtres furent condamnées par la police qui venait d’activer la sécurité. Justifiez-vous immédiatement. »

    Après une pause de quelques secondes à peine, la porte fut ouverte de force par les forces de l’ordre, et quatre individus pénétrèrent la demeure. Les armes furent immédiatement braquées en direction d’Elizaveta, sans la ciblée directement, ni sans afficher une agressivité quelconque.

    « Elizaveta Kovacs, par le droit que me confère la fonction de garde-paix de Luna, je vous déclare en état d’arrestation pour conception illégale d’armes létales, ce qui va à l’encontre de nos lois les plus fondamentales. »

    Nikolaï sembla s’effondrer, avant de se ruer entre la police et sa fiancée. « Et j’invoque mon droit de diplomate pour vous demander, d’abord, d’abaisser totalement vos armes incapacitantes et de justifier cette intrusion. Je connais ma fiancée, il n’y a aucune chance que ce que vous avanciez soit vrai. Luna n'y gagnerait rien et elle le sait parfaitement. »
    Elizaveta Kovacs
    Messages :

    35

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Conceptrice d'arme

    Code couleur :

    #71B6B2

    Crédits :

    95

    Réputation :

    11

    Obscuration
    Nikolaï Mengsk && Elizaveta Kovacs (3mois plus tôt)
    Tu soupire un peu à la réponse de ton fiancé. Il a plus que raison et cela te désole.

    "Notre peuple se persuade d'être le meilleur et se complaisant dans cette image, sans penser que les terraniens ou les antiopiens peuvent avoir penser à une approche que nous n'avions pas imaginer d'un problème."

    En réalité, t'aime bien argumenter, en même temps, cela va de paire avec ta curiosité et comment dire que Nikolai, il connait bien l'existence de celle-ci, et ce même si tu tends à la cacher un maximum aux yeux de tous. Le truc, c'est que lui, tu lui fais entièrement confiance.

    "Et j'accepte très volontier cette proposition. On ira à ton retour, je réserverais notre table habituelle."

    Tu souris doucement, simplement heureuse de cet instant et de cet invitation à venir. T'es bien loin de t'imaginer l'orage qui va éclater dans quelque minute...

    Parce que tu te retrouves spectatrice stupide des événements, ton fiancé est acteur et accepte l'appel qui part en sucette. En arrestation pour toi. T'es interdites. Tu comprends pas ou plutôt tu veux pas comprendre ce qu'il se passe. Pourtant au fond tu le sais, t'as été stupide tout simplement de faire ça, et même d'y avoir pensé.

    Nikolaï s'interpose après un moment, prenant ta défense en parfait petit ami. Tu te caches derrière lui alors qu'il tente de faire baisser les armes. Tu glisses doucement ta main dans la sienne, la serrant. T'as peur, tu vas tout peindre s'il y a réellement des preuves... Tu pèses alors le pour et le contre. Tu trouveras comment te sortir de là, oui, tu n'as pas le choix et la première étape est de montrée une bonne volonté...

    Tu lâches alors  doucement la main de ton fiancé, passant devant lui.

    "Je ne sais pas de quoi il en retourne exactement, mais je préfère éviter de vous voir user de vos armes, alors, j'accepte de vous suivre en espérant comprendre de quoi il en retourne réellement..."

    Tu mens, parce que tu le sais parfaitement, t'as vendu des schéma d'armes à un type que t'aurait pas dû, mais ça a fait une belle petite rentrée d'argent qui vous à aider lui et toi, mais tu pensais pas que ça pourrait se savoir... Est-ce que ce renégat t'as vendue ? Est-ce autre chose ?  Tu as peur. Réellement, mais tu tends maintenant les mains pour laisser l'agent supérieur te passer les menottes alors que tu regardes Nikolaï.

    "Cela doit être une erreur, alors ne t'inquiète pas. Quand tu seras de retour tout sera rentré dans l'ordre."

    Ou peut-être pas.
    Nikolaï Mengsk
    Messages :

    16

    Localisation :

    Luna

    Métier :

    Agent diplomatique

    Code couleur :

    #a91046

    Crédits :

    130

    Réputation :

    0

    Obscuration
    Nikolaï Mengsk & Elizaveta Kovacs
    Son pouls s’était accéléré, tout comme sa respiration, devenue audible par moment alors qu’un regard noir s’était porté sur les forces de l’ordre. Sa fonction lui permettait de jouir d’un cruel avantage : Il n’était qu’une ombre dont on ne se souciait pas. Leurs armes s’étaient légèrement abaissées, certes, mais leurs yeux injectés de colère et de... ‘’justice’’ ne voyaient qu’une personne dans cette pièce : Elizaveta.

    « Hm-hm. Bien entendu… Je sais bien que c’est une erreur, mais notre peuple devrait être au-dessus de ceci. »

    Et il n’y avait pas une once de mensonge dans sa réponse. Sa confiance en sa fiancée était totale, et malgré l’intrusion, indemne. Pour autant, il pensait également ce qu’il avait dit à la fin : Comment était-ce possible qu’une telle erreur ait eu lieu ?

    « Officier, en parallèle, pourriez-vous mener une enquête ? J’aimerais savoir qui est responsable de ces accusations et quel genre de preuve a-t-il donné pour justifier toute ceci ? »

    Il hochait la tête, non pas avec sincérité mais par dépit. Nikolaï n’avait – presque – aucun pouvoir sur eux, mais son modeste rang lui permettait au moins de s’indigner tout ceci et d’avoir de plus amples explications. Mais le garde ne semblait pas vouloir lui en fournir, ni maintenant, ni complètes. Durant le transport, chaque question du Mengsk se voyait habilement esquivée par une justification politiquement correcte. Mais c’était un leurre que même lui voyait comme une menace.

    Assis côte à côte, elle menottée et lui trop libre pour se sentir bien, ils étaient en route pour le poste de police où ils feront face aux principaux concernés par cette affaire. La discussion risquait d’être plus difficile à vivre qu’elle ne l’a été jusqu’ici… pourtant, Nikolaï bougeait frénétiquement sa jambe de haut en bas, le talon légèrement relevé. Il lui caressait tendrement la jambe durant le trajet et finit par se pencher vers elle pour lui murmurer quelques mots d’une voix qui se voulait rassurante.

    « Même si je te sais innocente, même si je sais que tout rentrera dans l’ordre très bientôt, je ne peux pas m’imaginer voyager tout en te sachant dans une telle situation. Je peux encore annuler ce voyage, toute aide sera la bienvenue pour prouver qu’ils font fausse route. »

    En effet, comment pourrait-il rencontrer quelqu’un pour son travail en sachant l’être auquel il tient le plus entre les mains d’une justice illogique ? Son angoisse était palpable, son regard inquiet vagabondait dans toutes les directions, et ne trouvait de réconfort que lorsqu’il se dirigeait vers la Kovacs.

    « Nous y voilà. lança le responsable de l’arrestation, qui conduit le couple en direction d’une cellule qui ressemblait en réalité à un cabinet médical avec pour seule mobilier une table, des chaises et un écran. Je vais vous demander d’attendre ici le temps que l’on vous interroge, Elizaveta Kovacs. »

    « Merci, laissez-nous maintenant. Nikolaï laissa échapper un soupir interminable en abaissant un peu la tête. Deux sièges étaient face à eux, vers lesquels le Mengsk tira sa compagne pour qu’ils puissent s’installer. Est-ce que quelqu’un t’en veut, à l’académie ? Quelqu’un aurait intérêt à te saboter ou te nuire ? On aura besoin de toutes les informations disponibles pour accélérer ta libération. »

    Il lui sourit. Ce sourire amoureux et empli de compassion qui n’annonçait rien d’autre que sa ferme volonté à la soutenir dans un moment difficile. Pourquoi ne le ferait-il pas, après tout ?
    Elizaveta Kovacs
    Messages :

    35

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Conceptrice d'arme

    Code couleur :

    #71B6B2

    Crédits :

    95

    Réputation :

    11

    Obscuration
    Nikolaï Mengsk && Elizaveta Kovacs (3mois plus tôt)
    Tu doutes, parce que tu ne sais pas pourquoi ça arrive, t’as été prudente et personne ne sait pour le rendez-vous que tu as eu, ni même pour tes dessins. Alors, tu comprends pas comment ça a pu arriver jusqu’aux oreilles des autorités… Non, tu comprends pas, est-ce un test ? Une foutue épreuve ? Mais elle est trop basée sur la réalité pour être fausse et infondée comme le pense ton conjoint et comme tu cherches à le faire croire à tous, même à ces autorités qui te passent les menottes et qui en savent davantage que toi à cet instant précis.

    Toujours silencieuse, tu suis, pénétrant dans la voiture,Nikolaï suivant la mouvance également et vient s’installer à côté de toi tout en quémandant toujours des explications, non plus à toi, mais à eux maintenant. Toi aussi, tu as envie de savoir, mais t’as peur de ce que tu risques d’entendre…

    Il reporte alors son attention sur toi, t’affectionne de sentir sa caresse, elle te rassure un peu, mais pas suffisamment… Néanmoins ça te fait du bien de le savoir à tes côtés, mais en même temps… Tu préférerais qu’il parte, qu’il se tienne loin de tout cela si ça s’avère être basé sur tes réelles activités… Il est bien le seul que tu as pas envie de décevoir, de voir dans son regard de la honte ou du dégoût à ton égard… Intérieurement, tu es en panique complète à cause de cela, alors qu’extérieurement, tu te contente de lui adresser un petit sourire, tu feins autant que possible un calme olympien.

    “Merci. Mais ça devrait être vite réglé alors je ne voudrais pas que tu rates un rendez-vous important à cause de moi.”

    Une fois au poste, vous êtes rapidement conduit dans une cellule, observant le mobilier présent, tu te doutes bien qu’il s’agit plus là d’une salle d’interrogatoire que la cellule où tu risques d’être enfermée sur le temps du procès, si procès il y a bien entendu….

    Une fois seule avec lui, tu t’assieds à ses côtés, venant posé ta tempes sur son épaule alors qu’il prend la parole, cherchant toujours des explications, une logique à tout cela… Toi tu sais, mais tu ne veux pas lui dire, toute manière c’est trop tard maintenant, parce que le dire ici, serait avouer devant les autorités qui doivent sûrement écouter et observer la scène.

    “Je ne pense pas… Peut-être des jaloux de ma réussite, j’en sais rien. Tu sais comment je suis, je me soucie peu des autres quand je travailles, je n’en ai toujours rieu eu a faire du regard qu’on posait sur moi hormis le tien et celui de mes parents… Alors me demander qui pourrait m’en vouloir et chercher à me faire tomber… Peut-être tout le monde comme peut-être personne... “

    Tu soupires, parce que tu ne sais pas quoi lui dire d’autre après tout, tu n’as pas de nom à donner parce que la seule responsable c’est toi-même et lui mentir ou plutôt lui omettre la vérité comme tu le fais là, ça te fait mal… Parce que tu sais qu’il va encore te poser des questions…

    La porte s’ouvre alors et tu te redresses pour regarder l’homme qui rentre, le responsable de l’enquête visiblement, en vue du dossier qu’il pose sur la table.

    “Vous vouliez les preuves, voilà une photocopie de quelque éléments du dossier, une fois que vous l’aurez regardez Monsieur Mengsk, je vous inviterais à sortir afin que l’on puisse interroger comme il se doit Mademoiselle Kovacs.”

    Tu te figes alors et tu fixes l’homme. Tu deviens un peu livide, parce qu’il y a des preuves, ce n’est pas juste une théorie, c’est limite prouvée et tu n’ose pas t’approcher pour regarder. De tes mains liés par les menottes, tu attrapes l’une de ton fiancé pour le retenir, parce que tu n’as pas envie qu’il l’ouvre, tu n’as pas envie qu’il voit quoi que ce soit, qu’il voit les croquis dedans, qu’il reconnaisse ton écriture dessus.  
    Nikolaï Mengsk
    Messages :

    16

    Localisation :

    Luna

    Métier :

    Agent diplomatique

    Code couleur :

    #a91046

    Crédits :

    130

    Réputation :

    0

    Obscuration
    Nikolaï Mengsk & Elizaveta Kovacs
    La pensant simplement inquiète – à raison – de la situation qui s’imposait à elle, il était naturel pour Nikolaï, de par ses sentiments et son statut de fiancé, de rester à ses côtés, de la rassurer, de soupirer et se plaindre avec elle… en bref, de la soutenir physiquement comme mentalement.

    « Ha ha… c’est vrai… c’était un ricanement jaune que lâchait un Mengsk aussi inquiet qu’exaspéré. Tu as toujours été comme ça, à négliger ce qui t'entourait pour te focaliser sur ce qui t'importait. »

    Le diplomate lui adressait un sourire attendrissant avant de l’effacer pour regarder en direction du bruit provenant de l’ouverture de la porte. Un dossier s’écrasa contre la table, laissant un écho se répandre, comme s’il était lourd de sens… Bien sûr, excepté un haussement de sourcils, Nikolaï n’exprimait aucune émotion précise… avant que sa moitié lui empoigne une main, comme pour l’arrêter.

    Soudainement, son cœur s’accéléra. Il gardait quelques instants les yeux rivés sur le dossier, puis lentement, très lentement, il pivota la tête pour imposer un regard inquiet et empli de désillusion sur sa fiancée. Sa mâchoire se déverrouillait légèrement, l’angoisse prenait possession de ses yeux et sa jambe se mit à frémir. C’était un coup de massue sur le Mengsk, car sans même lire le dossier, Elizaveta – sa Eli’ – semblait faire de subtils aveux. Quoi qu’il y ait dans ce dossier… elle voulait lui cacher. Son cœur se contracta, sa respiration saccada légèrement et finalement, c’est une pointe de colère qui anima son regard.

    « Qu’y… a…t-il… dans… ce… dossier… ? »

    Il résistait un peu à la poigne, mais en réalité, il avait peur d’ouvrir le dossier. Peur de découvrir ce qu’il y avait dedans. Se pourrait-il qu’il… ne la connaisse pas aussi bien qu’il le pensait ?

    « Eli… laisse-moi voir ce qu’il y a à l’intérieur. Lança-t-il dans une intonation trop calme pour être rassurante. »

    Il se défit de l’étreinte de sa compagne et feuilleta le dossier. On pouvait voir son visage se décomposer lorsqu’il voyait l’écriture, puis encore plus lorsqu’il voyait les projets y figurant. Il finit par sourire… mais la forme de sa bouche ressemblait à une sorte de vague. Il était simplement dégouté et blessé.

    « Je saurais pas dire si c’est à elle. Je lui fais confiance. Et je vous fais confiance pour arriver à la conclusion la plus juste. Tu as… peut-être quelque chose à me dire, Eli...zaveta ? Avant que je sorte ? »

    Il ne voulait pas appuyer l’accusation. Il savait ce qu’il y avait dedans, mais son cœur était trop en miette pour qu’il reste plus longtemps dans la pièce… trop brisé pour qu’il ait une réaction plus complexe… et trop amoureux pour qu’il puisse se venger ou l’enfoncer dans cette arrestation. Il fixait intensément sa… sa… - Il fixait intensément la Kovacs tandis qu’on le priait de sortir. Il désirait un dernier mot. Quelque chose qui puisse le rassurer dans cette affaire. Il se trompait, c’était une écriture recopiée, des noms et des projets manipulés… tout avait été étudié…

    N’est-ce pas ?...
    Elizaveta Kovacs
    Messages :

    35

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Conceptrice d'arme

    Code couleur :

    #71B6B2

    Crédits :

    95

    Réputation :

    11

    Obscuration
    Nikolaï Mengsk && Elizaveta Kovacs (3mois plus tôt)
    Tu souris un peu maladroitement à sa remarque concernant ta capacité à avoir des oeillères. Il tente de plaisanter, tout aussi malaisé que toi par cette situation.

    “Heureusement pour toi.” Soupires-tu doucement pour tenter de penser à autre chose en lui faisant ainsi un petit compliment. Une manière à toi de lui faire comprendre que tu as toujours été focalisée sur lui, parce qu’il t’importe tellement…

    Sauf que t’as merdé et quand l’agent dépose le dossier, tu blémis un peu parce que tu commences à réaliser ce qu’il est entrain de se passer.

    Tu serres la main de ton fiancé, tu n’es aucunement désireuse qu’il s’approche de la table et parcours le dossier de ses yeux… T’ignores ce qu’il contient, tu as peur d’aller voir, mais bien moins que le fait que ça soit lui qui le regarde.

    Il te pose une question, à laquelle tu ne peux pas répondre, parce que tu n’as pas vu les documents, tout comme lui.

    “Je ne sais pas…”

    Un murmure, parce qu’au final, tu supposes ce qu’il peut contenir, mais en même temps, t’ignores totalement comment tout ça à pu arriver là…

    Il se libère de ton étreinte et tu prends alors ton courage à deux mains pour suivre sa mouvance et venir à côté de lui pour voir tes croquis d’armes létales. Ton coeur rate un battement et tu cherches à nouveau le contact de ton fiancé, pour te rassurer, parce que tu as l’impression que le sol s’effondre sous tes pieds…

    Il tourne les pages, tu n’oses même pas relever la tête pour voir son visage alors qu’il prend la parole, qu’il te fait comprendre par son ton qu’il prend de la distance avec toi…

    Ton coeur se brise. Mais tu ne peux t’en prendre qu’à toi.
    Ton monde tend à s'effondrer, et contre cela tu ne sembles pas pouvoir lutter.

    Pourtant…

    Pourtant, restée silencieuse depuis trop de longues secondes, tu le forces au contact, venant saisir sa main pour le retenir encore quelque minutes, malgré les plaintes de l’agent.

    Tu te fais violences, pour relever le regard vers lui et affronter son fascié. Les poignets toujours ligotés, tu le forces à lever la main pour que tu frottes doucement ta joue à sa main. Ton coeur se serre, tu as peur de le voir retirer sa main. Tu ne le forces pas, tu le laisses libres de retirer sa main ou non…

    Ton regard bleu se glisse dans le sien. Des excuses silencieux, des aveux que tu ne peux plus faire. Tes yeux sont légèrement humides, tu tentes de te contrôler, mais tu n’y arrives pas, tu as du mal...Après tout, tu es entrain de chuter, tu aurais besoin de lui pour te relever, mais tu ne peux pas lui demander de l’aide, non, tu dois l’empêcher de tomber avec toi…

    Tu déglutis alors, la gorge serrée, tu as du mal à parler, à articuler ces mots que tu lui as pourtant dit des milliers de fois. Là, il s’agit probablement de la dernière fois, de ta dernière possibilité de lui dire tant qu’il peut encore y croire un peu.

    “Je t’aime…”

    Et au final, il ne s’agit là que d’un chuchotement à peine audible alors qu’on le presse une nouvelle fois de quitter la pièce pour que tu puisses subir un interrogatoire qui ne risque aucunement d’être doux…

    Le début de l’enfer...
    Contenu sponsorisé
    Re: Obscuration I Ft. Elizaveta KovacsMessage par Contenu sponsorisé