Top-sites
1234
Nuawa
Administratrice
Shawn
Administrateur
Tobias
Administrateur
En -68 P.A, les anciens Terriens débarquaient sur la nouvelle Terra après des siècles d'errance dans l'espace. De cet événement s'est organisé, avec le temps, un nouvel ordre galactiques. Un exode, des tensions, l'évolution et l'indépendance. Ainsi se sont tissées les relations entre les planètes Terra, Luna, Antiopée et Dust. Comment apposerez vous votre marque dans cet univers prêt à changer du tout au tout ?La galaxie est pleine de mystères. Terra, Luna, Antiopée ou Dust, chaque planète éveille la curiosité des explorateurs prêts à tout pour marquer l'Histoire et percer les secrets de l'univers. Alors que la stabilité présumée entre les factions est mise à l'épreuve par l'arrivée d'un peuple inconnu, quelle aventure tenterez-vous de vivre ? Face à l'immensité de l'univers, les Hommes se prennent à rêver d'exploration. Terrians, Lunariens, Antiopéens et Dustiens, chaque peuples aspirent à en percer les secrets. Dans cette galaxie aux possibilités infinies, chaque individu peut changer le cours de l'histoire et voir sa vie prendre des airs de récits d'aventures. Dans de monde ouvert aux occasions multiples, qui serez-vous ?
Actualités
30/09/2018 - Pré-ouverture du forum ! En savoir plus sur les avantages et les bonus de pré-ouverture, ici.
13/10/2018 - Premiers retours sur la pré-ouverture : ajouts, ajustements et prévisions pour la suite. Par ici.
20/10/2018 - Inscriptions de la mission spatiale lancées ! Par ici.
22/10/2018 - Ajustements sur les compétences. Par ici.
nos partenairesLes rejoindre

    Perturbation | ft. Elizaveta Kovacs & Wallenstein

    avatar
    Messages :

    160

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote & Capitaine

    Code couleur :

    #ff6633

    Crédits :

    372

    Réputation :

    40

    Perturbation
    Elizaveta Kovacs, Wallenstein & Shawn Green - Dust [Bas-Fonds]

    Dust était une ville particulièrement étrange. En ces lieux, il n’existait aucune règle. Aucune police. Aucune loi. Une liberté absolue. Il était permis de prendre la drogue que l’on souhaitait. De frapper qui nous voulions. Aucune morale à n’avoir qu’une seule partenaire pour celui qui désirait en avoir quatre. Sur Dust, il n’existait rien. Sinon une Cité bâtie sur des principes moraux douteux où la liberté d’une personne ne s’arrêtait que lorsqu’elle rencontrait celle d’autrui. Dust se voulait donc un havre de paix où la liberté permettait de s’entraider sans aucune instance. Pourtant, la réalité était autre. Lieu de débauche. Lieu de violence. Lieu où le crime n’était pas puni. Lieu où il n’existait aucune injustice sauf celles créées par les chimères de la personne. Là où ils pensaient qu’ils étaient dans leur droit. Ce qui n’existait même pas au sein de la Cité ensablée.

    Dans les néons violets de la nuit, il se promenait dans les rues toujours animées. Le Géant d’Antiopée dépassait tout le monde par sa haute taille et sa carrure qui, parfois, ne passait même pas les portes. Pourtant, ce soir-là, il n’avait même pas l’envie de les passer. Soupir. Ce soir-là, en vérité, il était surtout fatigué. Epuisé par cette ville qui lui en demandait parfois trop. Un soupir car il ne savait plus exactement que faire alors qu’il traînait, une nuit de plus, à l’extérieur. Mais loin des étoiles qu’il chérissait tant. Alors, se posant finalement contre un mur, il pensait. Il attendait. Silencieux. Comme si quelque chose allait finalement se passer. Mais rien, sinon cet ennui profond. Cette solitude alors que la nuit avançait. Un soupir. De l’ennui. La tête posée contre le mur métallique, son regard se posa finalement sur un visage qui n’était pas entièrement inconnu. Une Lunarienne pure souche comme il en existait sûrement pas deux sur Dust actuellement. Il ne se souvenait d’ailleurs pas de son nom mais son visage l’avait néanmoins marquée par ce caractère à la fois trempé mais si résolument lunarien.

    La suivant rapidement, il attrapa finalement les quelques feuilles qu’elle avait encore sous le bras. Comme la dernière fois, d’ailleurs. Elle semblait tenir à ces dessins étranges qui ne ressemblaient pas toujours à quelque chose qu’il connaissait. En plus des écritures en lunarien qu’il ne captait finalement pas, l’Antiopéen levait haut les feuilles au-dessus de sa tête de sorte qu’elle n’aurait pas su l’atteindre par sa trop petite taille.

    _ _ Alors, dis-moi, la Lunar’, ça signifie quoi tous ces gribouillis ? »
    Amusez vous bien !
    avatar
    Messages :

    29

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Conceptrice d'arme

    Code couleur :

    #71B6B2

    Crédits :

    70

    Réputation :

    11

    Perturbation
    Shawn Green && Wallenstein && Elizaveta Kovacs
    Silencieuse, tu traînes encore dans les bas-fond de Dust. Faut dire que t'as pas trop le choix pour rencontrer de potentiel acheteur, t'espère juste ne plus avoir le manque de respect et surtout de professionnalisme d'il y a plusieurs jours quand on t'a vulgairement posé un lapin. Aujroud'hui, t'espère que ça sera pas le cas. Après tout, pour te faire du crédit, t'as besoin de trouver le plus offrant, mais surtout des concurrents pour voir qui payerait le plus. Sans concurrence tout ça, ton travail, ça pourrait limite partir pour une bouché de pain et ça, t'as clairement pas envie.

    T'avançant ainsi vers le lieu de ton rendez-vous, tu ne prêtes même pas attentions aux personnes qui t'entourent, escomptant juste que tout va bien se passer. Un espoir tout bêtement stupide et vain.

    Vain car il est là et déjà il te provoque en t'arrachant tes feuilles et surtout en t'adressant à nouveau la parole pour te provoquer encore une fois. Tu te souviens de ce grand dadet. Un emmerdeur moralisateur. Tu tends la mains devant toi alors.

    "Rends les moi."

    Un ordre, une parole sec et peut-être un peu trop directive, mais tu sais déjà qu'il va pas s'y plier et pourtant, t'as pas envie de lui donner raison en sautant pour tenter de récupérer tes croquis et surtout risquer de les déchirer. Pourquoi t'es aussi petite comparée à lui ? Déjà face à ton ex-fiancé, t'étais pas forcément grande, mais là, on pourrait limite te qualifier de naine...

    "Ça signifie rien pour un esprit comme le tien. Tu pourrais pas comprendre même si je t'expliquais."

    T'espère qu'en le piquant au vif de la sorte, en l'insultant de simple d'esprit, d'être stupide par sous-entendu, il agirait bêtement et te permettrait malgré lui de récupérer tes feuilles. Un espoir fou comment tu en as bien trop souvent ses derniers mois. Puis si réellement la version sans violence ne fonctionnait pas, tu pourrais toujours user de la manière forte. Tu sais un petit coup de genou bien placé pour le forcer à se courber au moins un minimum vers l'avant et ainsi te permettre, peut-être, de réellement atteindre tes feuilles, mais ça, c'est réellement l'ultime recours parce que là, finalement t'as quand même tendu ta main vers le haut pour tenter d'attraper les dites feuilles.