Top-sites
1234
Nuawa
Administratrice
Shawn
Administrateur
Tobias
Administrateur
En -68 P.A, les anciens Terriens débarquaient sur la nouvelle Terra après des siècles d'errance dans l'espace. De cet événement s'est organisé, avec le temps, un nouvel ordre galactiques. Un exode, des tensions, l'évolution et l'indépendance. Ainsi se sont tissées les relations entre les planètes Terra, Luna, Antiopée et Dust. Comment apposerez vous votre marque dans cet univers prêt à changer du tout au tout ?La galaxie est pleine de mystères. Terra, Luna, Antiopée ou Dust, chaque planète éveille la curiosité des explorateurs prêts à tout pour marquer l'Histoire et percer les secrets de l'univers. Alors que la stabilité présumée entre les factions est mise à l'épreuve par l'arrivée d'un peuple inconnu, quelle aventure tenterez-vous de vivre ? Face à l'immensité de l'univers, les Hommes se prennent à rêver d'exploration. Terrians, Lunariens, Antiopéens et Dustiens, chaque peuples aspirent à en percer les secrets. Dans cette galaxie aux possibilités infinies, chaque individu peut changer le cours de l'histoire et voir sa vie prendre des airs de récits d'aventures. Dans de monde ouvert aux occasions multiples, qui serez-vous ?
Actualités
30/09/2018 - Pré-ouverture du forum ! En savoir plus sur les avantages et les bonus de pré-ouverture, ici.
13/10/2018 - Premiers retours sur la pré-ouverture : ajouts, ajustements et prévisions pour la suite. Par ici.
20/10/2018 - Inscriptions de la mission spatiale lancées ! Par ici.
22/10/2018 - Ajustements sur les compétences. Par ici.
04/11/2018 - Fin de la pré-ouverture ! Plus d'informations Par ici.
nos partenairesLes rejoindre

    Nova | ft. Shawn Green

    avatar
    Messages :

    16

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    ScrapScavenger & Vigilante

    Code couleur :

    #ffffff

    Crédits :

    342

    Réputation :

    0

    Nova | ft. Shawn GreenMessage par Sixtine "Syd" Mercury le Sam 10 Nov - 17:18
    Nova
    Shawn & Syd
    La nuit, dans la cité de Dust, il y a toujours quelque chose d'intéressant. Toujours de l'activité, toujours des surprises. D'aussi loin que je me souvienne, je n'ai jamais vu une seule nuit parfaitement calme. Celle-ci ne fait pas exception. La différence avec avant, c'est que je fais partie de cette activité incessante.

    Voilà quelques mois que j'ai commencé à botter des culs dustiens en contrepartie des comportement pourris de certains de ses habitants. J'aimerais pouvoir dire que mon activité a porté un véritable coup aux violences et agressions mais ce serait mentir. C'est comme mettre un coup de pied dans une fourmillière. Je sais de source sûre que certains des types que j'ai corrigés se sont calmés, ça n'empêche pas d'autres connards de voir le jour. Comme s'ils étaient encouragés par tout ça.

    Ce soir, comme beaucoup d'autres, j'enchaine. Mon travail de jour est épuisant, mais c'est une autre forme d'énergie qui me motive, la nuit. Celle du Lightning Bolt. La clé du succès, c'est de ne jamais lâcher. C'est ce que je fais. Quand je ne botte pas des culs, je cherche les culs suivant à botter. Ce soir, j'ai un cul en vue.

    Il s'appelle Elias. Rien de remarquable, un abruti comme un autre, qui se croit tout permis. Son nom m'est revenu aux oreilles comme un agresseur de putes. Ca ne lui suffit pas qu'elles se mettent à genoux devant lui, il veut plus que ce qu'elles sont prêtes à lui accorder. Ce qui le fait tripper, c'est la violence interdite. Il pourrait payer une prostituée prête à tout qui accepte n'importe quoi de son client, c'est pas ça qui manque ici. Dans cette ville, on trouve de tout, à chacun ses opportunités, et on met tous nos talents au service des autres.

    Mais Elias, il aime choisir l'immoral. Il trouve une pute vanille, une qui débute, de préférence. Et il l'agresse, la met plus bas que terre. Il n'a même pas la décence de la tuer, non. Il aime les voir souffrir.

    Et personne ne dit rien. Personne ne fait rien. Il a le droit, ouais. Moi j'ai le droit de lui en coller une. Voilà ce que je fais de ma nuit.

    Heureusement pour moi, il est assez facile de retrouver ces raclures, en général. Puisque tout est autorisé, sur Dust, pas besoin de se cacher. Elias le sait et en profite. Parce qu'il ne s'est pas attaqué aux possessions de qui que ce soit de revanchard, il peut continuer sans que personne ne dise rien. L'effet de surprise, et l'engourdissement des esprits face à la violence permanente.

    J'ai eu vite fait de trouver Elias. Il traînait comme un chien galeux dans les caniveaux de la rue Rouge. Les putes, il y en a partout à Dust. Mais c'est le quartier connu pour ça, une longue rue où viennent les débutantes. Les expérimentées savent qu'il n'y a rien de plus dangereux que le tapin dans la rue, surtout la Rouge. Mais il faut bien se faire une clientèle et quand on y connaît rien, on commence par la Rue. Je me suis acoquinée avec une des Filles, pour qu'elle l'entraîne où je le voulais, une ruelle pas loin. Il est bien trop con pour se méfier. Sans doute qu'il s'est dit que c'était kinky, de faire ça dans la rue, au lieu des vieux motels pourris de d'habitude.

    Quand elle s'est pointée avec Elias, je l'attendais avec une barre de fer. Le blaster à portée de main, quand même. Un simple sifflement pour l'attirer, un coup de barre à l'arrière de la tête et il était déjà inconscient. Moins effrayant qu'on aurait cru, le pervers. C'était un grand type tout sec, et crade. Certainement pas quelqu'un dont on se méfierait au premier abord. Ca m'arrange bien qu'il soit comme ça, plus léger à traîner au fond de l'impasse où les propriétaires du bar voisin viennent balancer les ordures en attendant de tout jeter dans le Nowhere tous les sept jours.

    Elias n'a même pas l'intelligence de rester inconscient et, à peine j'ai pu finir de l'attacher qu'il ouvre les yeux et se met à gueuler comme un Ourourou à qui on aurait écrasé la patte. "Mais ta gueule !" Je beugle. "Ferme ta gueule ! T'as pas intérêt de l'ouvrir, pervers de merde !" Je continue, à voix plus basse en posant ma main gantée sur sa bouche écoeurante. J'attrape un bout de tissu plein de sable qui traine sur le sol. Un truc probablement plein de produits pourris mais je m'en fous. Il n'avait qu'à la boucler. J'ai pas eu le temps de le baillonner. Je fourre le tissu dans sa gueule à l'haleine affreuse et je reprends. "Dana, Kamilah, Ivy, Aleksja, Jez. Tu connais ces noms hein ? Gros bâtard." Je ne lui laisse pas l'occasion de répondre, mais je vois dans son regard qu'il voit où je veux en venir. Et je lis aussi qu'il sait ce qui l'attend. "T'as cru que ça te reviendrait jamais en travers de la gueule hein ? Qu'elles valent pas que quelqu'un se battent pour elles ? Bah mon con, t'as eu tort."

    Je le pousse du pied contre le mur derrière lui, il lâche un grognement, c'est à cet instant que je sors mon couteau. Il sert plus d'accessoire pour menacer qu'autre chose. Il est bien rare que je coupe quoi que ce soit d'autre que de la viande avec. Et pas la viande d'un humain vivant. Elias ne le sait pas. Je lui colle le couteau sous le nez. "Je t'ai trouvé une fois, je te trouverai encore. Si j'entends que t'as encore touché une meuf autrement que comme elle l'a voulu et demandé, t'auras plus l'occasion de toucher quoi que ce soit, pas même ta propre bite. C'est clair ?"

    J'ai conscience de mon petit effet, et je suis à peu près certaine que ce porc a compris, j'ai pas besoin de l'entendre. Vient alors le rituel. Je sors ma bombe de peinture de mon sac. Une de mes préférées, celle-ci brille dans la nuit, en plus d'avoir une couleur jaune qui colle à la perfection avec le message que je cherche à véhiculer. Je lui colle un gros point de peinture sur le front avant d'écrire, tranquillement, sur le mur au dessus de lui : "Bourreau et vio-"

    Je suis interrompue par un bruit qui résonne dans l'impasse. Dans ce genre d'endroit, difficile de savoir d'où ça peut provenir. Peut-être est-ce un écho de la rue principale, peut-être que ça vient des toits. J'en ai pas la moindre idée mais je me tends. Je fais un pas de côté pour m'éloigner d'Elias. Attaché comme il est, il ne s'éloignera pas, mais cet abruti pourrait bien essayer de me mettre un coup de tête pendant que j'ai le dos tourné. J'attrape mon couteau, pour me rassurer plus qu'autre chose, la bombe dans l'autre main. "Hey !" Je lance. J'ai pas vraiment d'autre idée.
    avatar
    Messages :

    170

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote & Capitaine

    Code couleur :

    #ff6633

    Crédits :

    282

    Réputation :

    148

    Re: Nova | ft. Shawn GreenMessage par Shawn Green le Dim 11 Nov - 16:34
    Nova
    Sixtine Mercury & Shawn Green - Dust [Bas-Fonds]
    _ _ Si ce n’est pas une fameuse surprise … », laissait-il tomber dans l’obscurité violette. Son visage, caché sous son habituelle capuche, l’était un peu plus par la lumière dépassée, laissant uniquement l’ombre pour apercevoir ses longs cheveux tombant sur son torse. Sa barbe avait poussé, ne prenant guère soin de lui. Il applaudissait. Légèrement. Sourire aux lèvres, il approchait lentement, tandis qu’il observait d’un œil la femme agitée, et son homme. Ligoté. De drôles de goûts animaient les Dustiens. Plus le temps passait, plus il découvrait une moralité débridée et débridante. Tout le monde se fichait dorénavant des mœurs et s’affichait sans honte. Comme son camarade Mario et son attrait parfois dérangeant pour le fessier des femmes. Mais, tandis qu’il observait le cul de sac, son regard se posait finalement sur les inscriptions grossières qui tapissaient le mur au-dessus du visage du bâillonné. Il souriait. Forcément. Une justicière. « Une sacrée surprise, en réalité. J’avais entendu parler de toi, mais je croyais encore que tu n’étais qu’une rumeur, une légende … Mais il semblerait que les femmes avaient bel et bien raison. » Il s’approche. Il se fiche bien de savoir quelle arme elle pointe, il ne craint rien.

    _ _ Ainsi, tu défends les demoiselles incapables de se défendre elles-mêmes, si je ne me trompe ? Ou tu vas me dire que ce serait réducteur de te réduire à ce simple adjectif ? Une Défenseuse des Droits des Femmes ? » Il rit légèrement, comme une moquerie. Il admire son comportement. Dangereuse. Brutale. Elle ne fait pourtant que remettre de l’ordre dans ce chaos désertique. De la sorte, elle imagine au moins faire sa part, en défendant celles qu’elle considère opprimées. Ces femmes qui ont fait le choix, Dustien, d’être à la Rue. De se faire prendre comme de vulgaires morceaux de viande. Plissant légèrement les yeux alors qu’il apparaissait sous un nouveau néon violet, il détaillait un peu plus l’homme. Banal, en vérité. Il n’avait rien de particulier sinon d’être ce qu’il était. Il avait le choix de brutaliser les femmes faciles. Comme elle venait de poser son choix en le remettant à une autre place. Sur Dust, ni l’un ni l’autre n’avait tort dans ce qu’il faisait. Ils remplissaient chacun une fonction, un rôle et un besoin propres à eux.

    _ _ Une Justicière qui lutte contre quoi exactement ? » Il la questionne délibérément. Il n’y a aucune bonne réponse. Elle répondrait même qu’elle irait contre l’un des principes fondateurs de Dust. La liberté. Elle est libre d’être violente. Comme il l’est de l’être. Seulement, elle va penser qu’elle défend une cause. Une véritable cause. Celle de ceux qui se font marcher dessus. Ce choix qu’ils ont eux-mêmes faits de ne pas se défendre. Hypocrisie. Elle n’est finalement qu’elle-même sous ce masque. Le cercle vicieux de Dust.

    Sortant de l’ombre, arrêtant d’applaudir, son regard se pose sur le gentilhomme, son sourire toujours attaché à son propre visage. Dust est pleine de surprises. Encore ce soir. Il découvre un mythe. Une rumeur. Un bout de femme. Violente. Justicière. Ou, tout du moins, c’est ce qu’elle croit encore. Car il n’existe aucune loi. Aucun droit. Aucune justice. Dust n’est qu’inhospitalité injuste.
    J'espère que cela te plaît !
    avatar
    Messages :

    16

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    ScrapScavenger & Vigilante

    Code couleur :

    #ffffff

    Crédits :

    342

    Réputation :

    0

    Nova
    Shawn & Syd
    Il y a un truc qui n'est pas facile pour moi, c'est de savoir exactement ce qui m'agace le plus. Entre ceux qui jouent les cow-boys sur Dust, ceux qui pensent tout savoir du monde parce qu'ils ont cassé deux-trois gueules et pris un pain à l'occasion. Et ceux qui ne comprennent pas mon message. Mais je dois l'admettre, je suis bien rassurée, quand je comprends que ce type n'est pas là pour m'éloigner de ma cible. Ceux-là sont particulièrement agaçants. Ces gens qui pensent automatiquement que ce sont eux les victimes. Qui ne savent rien et ne veulent rien comprendre. Défendre des porcs par principe, voilà qui me ferait gerber encore plus facilement qu'agir comme un con directement.

    "Je sais pas où t'as vu que je défendais que les femmes mais ça en dit long sur l'idée que tu te fais des Dustiennes." J'exècre ce genre de paternalisme à la con. Oui, les femmes de Dust ont besoin d'être défendues, parce que visiblement elles deviennent un peu plus chaque jour des commodités aux yeux de la majorité des porcs qui traînent leurs guêtres sur ce caillou aride. Ce ne sont pas les seules à souffrir de la pourriture qui ronge Dust, quand bien même elles en sont les plus majoritairement touchées. "Je ne défends personne, je venge. Histoire de chasser un peu les idées fausses de certains trous du cul qui pensent que liberté rime avec impunité."

    Je me retourne et j'ignore à présent ma cible. Il ne risque pas de partir. Et puis j'ai pas souvent l'occasion de sortir mon laïus. Ma communication laisse à désirer si n'importe qui peut se faire de fausses idées sur ma démarche. Et l'image, c'est la moitié de mon action. A quoi servent les tags si personne ne comprend pourquoi ils sont là ? J'ai pas envie qu'on me craigne parce que je casse des gueules mais parce que j'ai raison de le faire.

    " J'imagine que t'es juste un curieux alors pourquoi pas t'expliquer. J'ai pas souvent l'occasion."  Lui dis-je d'un ton poli qui me ressemble qu'à moitié. " Je lutte pour la liberté. La vraie liberté, pas la fausse merde qu'on nous vend et dans laquelle on se vautre allègrement depuis toujours et qui recrée une hiérarchie à la con sous couvert d'absence de lois."  Rien qu'à expliquer le pourquoi du comment, j'ai envie de cracher. Pas de chance, dans ma tenue nocturne, mon masque m'empêche de le faire. Ce serait franchement crade de me molarder moi même au visage. "Si une seule personne a à subir quoi que ce soit contre son gré, elle est pas libre. Si qui que ce soit peut se permettre de faire du mal au détriment des autres, les autres ne sont pas libres. Alors je répare les conneries et j'apprends le respect à ceux qui prennent les autres pour des meubles."  Mon regard se perd un peu autour du grand type. Il ferait de l'ombre aux lunes, tellement il est grand. Mais ça me décourage pas. " Je défends pas les droits des femmes, je veille à ce que personne ne soit traité comme moins d'humain en toute impunité. Pas ma faute si la majorité sont des femmes. Faut croire qu'il y a comme un motif dans cette histoire."  En ajoutant la précision, je me tends. Comme toujours quand l'idée furtive de ma meilleure amie me passe par la tête. Ce que je fais, mes petites opérations nocturnes comme ça, on pourrait croire que ça me permet de souffler, d'évacuer la frustration. Même pas. La colère empire avec le temps et le soulagement que j'éprouve en corrigeant un connard est beaucoup trop éphémère pour lutter contre ce sentiment amer lorsque je pense à toutes ces injustices.

    Alors je lève les yeux à nouveau vers le géant dont j'ignore le nom. Et je me demande. Qu'est-ce qui a fait son passé ? Et s'il était une cible potentielle ?
    avatar
    Messages :

    170

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote & Capitaine

    Code couleur :

    #ff6633

    Crédits :

    282

    Réputation :

    148

    Re: Nova | ft. Shawn GreenMessage par Shawn Green le Ven 23 Nov - 19:28
    Nova
    Sixtine Mercury & Shawn Green - Dust [Bas-Fonds]
    Il sourit. Il s’amuse du discours de la jeune femme et ne peut s’empêcher de baisser la tête vers elle. Pour observer son spectacle. Pour découvrir cette frêle créature. Il se retient de rire car, finalement, il comprend la jeune femme. Ce qu’elle essaie de faire. Mais aussi les crimes qu’elle commet au nom des crimes qu’elle tente de réparer. De venger comme elle dit. Elles étaient toujours pleines de surprises, de rebondissements. Elle. Comme toutes les autres. Comme Vicky et toutes ces autres femmes rencontrées à travers le temps et ses pérégrinations. Il s’approche finalement doucement de l’homme attaché, se débattant pour s’enfuir, déguerpir bien loin d’où il était. S’agenouillant, faisant craquer les jointures de ses genoux après avoir dépassé la jeune femme, il s’était mis à la hauteur de l’autre et dernier homme de cette ruelle.

    _ _ Tu vois. Tu commences déjà à me faire rire. » Son sang-froid glace doucement le sang de l’autre homme, comme s’il le craignait autant que la jeune femme. « Dis-moi justement comment tu comptes te venger ? En commettant quelques impunités, non ? » Sa tête se détourne, tentant de jeter un coup d’œil derrière lui pour l’apercevoir. « Ou tu penses que tu es juste en agissant de la sorte, en défendant ce que tu considères une impunité ? » Il glousse légèrement, avant de finalement reposer son regard sur l’homme, niant finalement de la tête. « C’est sûrement là ton erreur, jeune femme. Tu es libre de venger. Tu l’es. Mais ne prétends pas ton combat pour défendre quoi que ce soit. Il n’y a rien à défendre sur Dust, sinon sa propre liberté. Si tu penses que ces femmes et ces hommes ont besoin de toi, c’est qu’ils sont trop faibles pour faire respecter eux-mêmes leur propre liberté. Ou qu’ils se complaisent de la sorte. Ne remets pas ta soif de destruction et de violence sur la faiblesse d’autrui. »

    Finalement, se relevant, il se retourne vers elle et, dans le même temps, dégaine son arme, la pointant vers le front du prisonnier. « Tu vois. Ma liberté m’autorise à le buter. Et personne ne dira rien. Parce que j’en suis libre, non ? Ou tu vas m’en interdire pour une raison obscure ? » Il sourit. Un dilemme. Que défend-elle exactement ? Quelle est cette étrange moralité qui anime la jeune femme ? Son regard se posant sur elle, il ne montre aucun signe d’agressivité envers elle. Ni même envers l’autre. Juste lui poser ce dilemme impossible. Cette question. « Ou peut-être que je devrais m’occuper de toi, jeune femme, puisque tu crois que ta liberté te permet d’agir sans aucune conséquence ni impunité ? »
    J'espère que cela te plaît !
    Contenu sponsorisé
    Re: Nova | ft. Shawn GreenMessage par Contenu sponsorisé