Top-sites
1234
Nuawa
Administratrice
Shawn
Administrateur
Tobias
Administrateur
En -68 P.A, les anciens Terriens débarquaient sur la nouvelle Terra après des siècles d'errance dans l'espace. De cet événement s'est organisé, avec le temps, un nouvel ordre galactiques. Un exode, des tensions, l'évolution et l'indépendance. Ainsi se sont tissées les relations entre les planètes Terra, Luna, Antiopée et Dust. Comment apposerez vous votre marque dans cet univers prêt à changer du tout au tout ?La galaxie est pleine de mystères. Terra, Luna, Antiopée ou Dust, chaque planète éveille la curiosité des explorateurs prêts à tout pour marquer l'Histoire et percer les secrets de l'univers. Alors que la stabilité présumée entre les factions est mise à l'épreuve par l'arrivée d'un peuple inconnu, quelle aventure tenterez-vous de vivre ? Face à l'immensité de l'univers, les Hommes se prennent à rêver d'exploration. Terrians, Lunariens, Antiopéens et Dustiens, chaque peuples aspirent à en percer les secrets. Dans cette galaxie aux possibilités infinies, chaque individu peut changer le cours de l'histoire et voir sa vie prendre des airs de récits d'aventures. Dans de monde ouvert aux occasions multiples, qui serez-vous ?
Actualités
30/09/2018 - Pré-ouverture du forum ! En savoir plus sur les avantages et les bonus de pré-ouverture, ici.
13/10/2018 - Premiers retours sur la pré-ouverture : ajouts, ajustements et prévisions pour la suite. Par ici.
20/10/2018 - Inscriptions de la mission spatiale lancées ! Par ici.
22/10/2018 - Ajustements sur les compétences. Par ici.
04/11/2018 - Fin de la pré-ouverture ! Plus d'informations Par ici.
nos partenairesLes rejoindre
anipassion.com

    Reactor. | ft. Brandon Burden

    avatar
    Messages :

    19

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote au Dôme

    Code couleur :

    #ffffff

    Crédits :

    607

    Réputation :

    169

    Reactor. | ft. Brandon BurdenMessage par Izula Misra le Lun 10 Déc - 20:08
    Reactor.
    ft. Brandon Burden | 03 Knuhas, PA 148
    T’étais là, en vérité, devant le tableau des scores. Premier. Comme toujours. Le Dôme était l’enceinte même dans laquelle chaque pilote pouvait concourir. Une première place qui n’avait en vérité que peu de signification en ces lieux. Sinon la représentation d’une valeur sûre. Surtout pour une personne comme toi, qui enchaînait les victoires. Peu importe le vaisseau, tu venais toujours à embarquer et, les yeux fermés, tu pouvais te lancer dans la course. Tu ne pensais jamais au passé. Ni même à ce qui allait se passer pendant ou après la course. Juste cet instant présent. Comme cette fois, encore. Les réacteurs s’étaient élancés, silencieusement. Et le départ lancé, plus rien n’avait réellement su t’arrêter. D’autant que finalement, tu connaissais parfaitement les pistes du Dôme depuis tout ce temps. Virage à gauche. Virage à droite. L’instant avant de relâcher l’accélérateur. Quand utiliser le frein. Quelle manœuvre effectuer à tel instant pour dépasser. Puis, parfois, tu te lançais quelques défis. Comme cette fois-ci. Voir si tu pouvais terminer premier en commençant de la dernière ligne. Tu avais réussi.

    Evidemment.

    Quelques crédits supplémentaires tombaient dans ta poche, tandis que d’autres en obtenaient bien plus en pariant sur tes victoires ou défaites. Celle-ci avait remporté gros à celui qui y avait cru. Peu d’entre eux y croyaient, en réalité. Impossible. Et pourtant. Tu avais fait l’impossible ce jour-là. Commencer de la plus mauvaise place et remonter lentement mais sûrement. La tête en arrière, tu souriais. Fier de toi. Fier de ton nouveau succès. Car, sur Dust, rien ni personne ne semblait capable de relever le défi que tu représentais. Ici, forcément, nul Jack. Aucun véritable pilote des plus grandes compétitions. Ton avenir n’était pas en ces lieux, forcément. Entrant dans le Bar du Dôme, appelé « Au Pilote des Sables », l’enseigne vendait plusieurs boissons bien connues de la Cité. Dont la fameuse première bière, la Pionnière. Mais aussi quelques marques vendues illégalement, importées des différentes planètes. Et, finalement, mais surtout, une bière expérimentale vendue uniquement en ce lieu, la fameuse « Sableuse ». Un goût chaud, brûlant même. Et ce côté très dur qui représentait si bien le désert.

    Posant ton vieux casque, datant encore de l’époque où tu courais officiellement sur Antiopée, sur le bar, comme si ce dernier t’appartenait, tu te posais finalement à ce dernier sur l’une des chaises si bien marquées de tes fesses habituées à ce lieu.

    _ _ T’as vu ma dernière manœuvre, Joshua ? Salement risqué, putain. » Puis tu imitais le moment exact où tu étais encore dans ton cockpit, enchaînant de tes doigts habitués, le mouvement si souvent répété. Ta patte en vérité. Un freinage qui tardait. Une impulsion des réacteurs. Tout cela depuis l’extérieur d’un virage, faire sauter l’aile extérieure pour te retrouver finalement de l’autre côté. Prendre l’extérieur pour avoir l’intérieur. « A chaque fois, j’en ai l’estomac qui se plie en deux à la limite sous l’impulsion brutale. T’aurais vu la gueule du con que j’ai eu ainsi. A deux virages de la fin, j’lui passe devant et je lui vole sa première place. »

    Un craquement de la nuque pendant que l’autre amène ta boisson, une Pionnière comme tu aimes. La passant directement entre tes lèvres, tu relâches un râle de plaisir alors que tu déposes la bière déjà terminée. « En vrai, il n’était pas mauvais du tout. Quelques belles techniques et il sait user de son vaisseau, tu sais. Dommage pour lui, il a rencontré plus fort. » Et tu te mets à rire.
    Bon RP à toi ! :D
    avatar
    Messages :

    16

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote au chômage

    Code couleur :

    #ffffff

    Crédits :

    35

    Réputation :

    0

    Je le savais ! J’aurais dû scotcher la boite à gant ! C’est à cause de ça que j’ai finit deuxième, elle s’est ouverte en plein virage. Pis comme moi je n’aime pas trop les trucs pas à leur place, j’ai chopé le manche avec mes genoux pour la refermer. Et à cause de ça, j’ai perdu de la vitesse. Bon… l’excuse me semble assez bien rodée avec de la chance si je la ressors, j’attirerai la compassion d’une demoiselle. Faut avouer que le premier ne se débrouille pas trop mal, et il a un bon engin. Techniquement, moi aussi j’ai une belle monture, je parie qu’un antiquaire serait ravi d’y jeter un coup d’œil. Comparé aux coucous que j’avais du temps de l’armée, mon vaisseau actuel passe pour une boite de conserve rustique Et ce n’est pas avec les quelques crédits que j’ai que j’offrirai un entretien à mon vaisseau et n’imagions même pas en prendre un nouveau.

    C’est quand même ironique quand on y pense, dans mon ancienne profession, pour gagner, fallait se mettre derrière son conçurent. Maintenant, c’est devant qu’il faut être. Dans un sens, c’est mieux, j’ai ma dose d’adrénaline et je ne me mets pas trop en danger. Par contre, ça manque de saveur, s’affronter sur une piste de course, c’est assez fade au final. Tout repose sur ta mémoire musculaire et sur l’imprévisibilité des concurrents. Il est possible d’améliorer le concept de course, tu dissémines des balises dans le désert et dans l’espace. Puis tu laisses aux pilotes le soin de pas se paumer et de finir la course en premier. A la limite, tu leur rajoutes un coéquipier pour s’occuper de l’orientation. Et pour le spectacle, tu finis la course en slalomant dans les rues de Dust. Ça c’est du sport ! Le dôme, c’est juste un rade miteux et un repaire de parieur invétéré. L’unique intérêt réside dans le pilote star, un type invaincu. Celui qui le bat est sûr de s’attirer une gloire éphémère. Bah trêve de rêverie, j’ai soif.

    J’écrase ma clope et passe la porte du troquet. Je suis directement accueilli par une odeur d’houblon et le brouhaha des convives. L’ambiance est indescriptible, d’un cotés des pauvres hères maudissent le pilote qui leur a fait défaut, de l’autre bénisse leur jugement d’avoir eu le talent de parier sur le bon cheval et entre les deux, une série de quidam qui apprécient juste l’ambiance. Je fais quelques pas et me fait percuter par un jeunot qui porte un plateau un peu trop chargé. Plus de peur que de casse, juste le sol qui s’imbibe de binouze bon marché. Il se répand en excuse aussi maladroitement qu’il tient son plateau et tente vainement de réparer son erreur avant que son patron ne le remarque.  Je lui offre un sourire désolé devant sa mine déconfite, et reprend ma marche après une légère tape sur l’épaule. Faut bien commencer par se viander hein ?

    Je regarde l’assistance à la recherche d’une tête connue, je remarque d’ailleurs que l’établissement manque cruellement de représentant de l’autre sexe. Tu vas me dire que les courses de bolides, c’est plus un truc de beauf, c’est ça ? Je finis par remarquer un dos reconnaissable et m’installe à coté d’un comparse avec qui j’ai déjà éclusé quelques verres l’une fois ou l’autre.

    -T’as encore perdu Brad
    -Ou alors je suis arrivé en seconde place avec une Bécanne plus vieux que nous deux réuni.
    -Aussi… tu prends quoi ?
    -Autre chose que le désinfectant de la dernière fois…
    -Une pio’ alors ?
    -Tant que ça m’hydrates

    On fait un signe au barman et il nous apporte deux pintes ambrées. Mon comparse attrape sa chose et trinque d’un air complice.

    -A ta défaite !

    -A ta sœur !
    -Enflure !
    -J’te payes la suivante.
    -A ma sœur !

    C'est partit pour une bonne soirée.
    avatar
    Messages :

    19

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote au Dôme

    Code couleur :

    #ffffff

    Crédits :

    607

    Réputation :

    169

    Re: Reactor. | ft. Brandon BurdenMessage par Izula Misra le Mar 18 Déc - 20:36
    Reactor.
    ft. Brandon Burden | 03 Knuhas, PA 148
    Tu n’avais pas pu t’empêcher de relever un sourcil à l’entrée du nouveau personnage. Sa gueule ne t’était pas entièrement inconnue. Même si, en réalité, son visage était surtout assez banal. Il pouvait passer inaperçu dans tous les lieux de la Cité des Sables, personne ne l’aurait reconnu tant il passait inaperçu. Même pour un habitué, sûrement serait-il encore vu comme un nouveau. La malchance d’être passe-partout, personne ne se souvenait de la tête. Rien ne restait véritablement à ton esprit alors que tu croisais brièvement le regard de ce dernier. Il expliquait déjà qu’il avait terminé deuxième car son vaisseau était plus vieux. Une excuse comme une autre. Au moins pour se donner conscience. Sûrement qu’il invoquerait une mécanique défaillante, un câble détaché. Typique d’eux, ceux qui n’assumaient pas exactement leur défaite. Surtout dans de pareilles conditions. Haussant les épaules, poussant même un soupir, tu te grattas brièvement le haut du crâne alors que tu regardais le fond de ta Pionnière vide.

    Parlant un peu plus fort pour te faire clairement entendre de ton concurrent direct, quelques têtes se tournaient déjà vers ce duel à venir. « Tu sais, mec, le problème venait sûrement pas de ton vaisseau. Elle a p’t’être une année de plus que le mien, mais arrête un peu de croire ce que tu racontes. » Tu te lèves déjà, prêt à retrousser tes manches. Une bonne vieille baston comme tu les aimais. Un coup de poing dans sa face ne serait pas de trop. Mais tu te retiens, alors que tu viens à peine de démarrer ton propre moteur. « Le seul en tort, dans ce dernier virage, c’était toi. T’as absolument pas porté tes couilles jusqu’au bout, sinon tu me les mettais bien au fond de la gorge. Mais t’as freiné comme un con. Voilà ce qui s’est passé. » Il te saoulait en vérité. Tu détestais les lâches de son genre qui prétendait que tout dépendait uniquement de la machine et non du pilote. Alors que tout tombait uniquement sur l’habilité. Il avait paniqué, telle était la cause de sa défaite.

    « Elles ont pris le même sable depuis des années, si pas plus pour la mienne. Et je peux te dire que tes conneries, ce sont de belles couilles. Prochaine fois, si tu veux, on échange même nos vaisseaux pour que je te montre que t’es juste moins bon que tu le penses. » Puis tu frappes de ta paume afin qu’on te serve une nouvelle Pionnière tandis que tu observais ton interlocuteur dans les yeux, les sourcils froncés par l’intensité de tes propres mots. Car tu ne comptais surtout pas le lâcher d’une seule semelle.
    Bon RP à toi ! :D
    avatar
    Messages :

    16

    Localisation :

    Dust

    Métier :

    Pilote au chômage

    Code couleur :

    #ffffff

    Crédits :

    35

    Réputation :

    0

    J’ai toujours considéré qu’une bonne charge de détente s’alliait toujours d’une bonne charge de picole. Le souci de la picole, c’est que soit tu la bois comme un pauvre type seul dans ton coin. Soit t’es dans un bar rempli de pauvres types et parfois ça dérape. Toi tu veux être posé, mais y’a toujours un zig qui te trouve aguichant et qui trouve irrésistible l’envie d’échanger les haleines. Déjà le mec je le vois approcher, et directement je devine qu’il vient pour moi, si j’avais des chips je parie même qu’il me les aurait piqués. Alors déjà le gars il se présente même, pis il ne respecte même pas la loi du saloon. N’importe quel poivrot qui git dans une rade paumée sait que tu peux faire chier un convive que s’il commande de l’eau ou du lait. Pis il se met à causer et ça dure longtemps, tellement longtemps que je parie que ma bière est en train de fermenter sous mes yeux.

    Je mets en ordre mes neurones langagiers pour tenter de comprendre ce que le bonhomme raconte, et comme je suis un peu éméché, ce n’est pas des plus efficace. Surtout que le bar est assez bruyant, ‘fin les gars autour se calment assez vite. Faut dire que voir un type comme ça, ça pourrit l’ambiance. Mais je comprends suffisamment pour comprendre qu’il ne me propose pas un plan à trois avec sa sœur.  Mais bon c’est encore plus glauque, il veut que j’enfonce mes couilles dans sa gorge ou un truc du genre, j’ai vraiment du mal avec l’accent antio. Alors en plus avec deux verres dans le nez et lui qui doit au moins être à sa quatrième, ça n’aide pas l’intercompréhension.  Pis le mec il me fixe dans le blanc des yeux comme s’il voulait me rouler une pelle. Sauf que bon, ses yeux indiquent que ça serait plus avec son poing qu’avec sa langue qu’il veut me farcir. Donc à moins qu’il soit du genre sado-maso j’vois pas le rapport entre se palper les testicules et ce regard colérique. Je mets alors de l’ordre dans mes pensées et tente d’ajuster le puzzle de ses paroles pour avoir une phrase logique. Alors certes il a parlé de couille et d’échange, mais j’pense que ce n’était pas pour le même truc, l’a aussi parlé de vaisseau quand j’y pense. Ah oauis c’est bon, les rouages sont en place et bien huilé par l’alcool ils tournent suffisamment pour me révéler l’essence de sa pensée. De même qu’un figement de souvenir traverse mon esprit pour me rappeler que le gusse c’est l’zig qui a gagné la course.

    Et manifestement, le mec est mauvais gagnant et du genre à finir au terminus des prétentieux avant son premier poil blanc. Si c’est juste ça, ça me rassure, j’pensais qu’il en voulait à mon cul, mais y’a que le sien qui l’intéresse. Un petit bonhomme tout tristounet qui fait briller son égo pour prouver que c’est lui qui a la plus longue. Et je dois avouer, que y’a rien de plus beau que d’admirer un égo meurtri sur le visage d’un minable en plein égo trip. Il pense que la talent fait tout, mais se rend même pas compte que quand t’as une roquette tête chercheuse au cul, pas de contre-mesure et un déficit de kilomètre heure, tu le sens le fossé technologique. Un gamin privilégié qu’a jamais visité la lune et croit que sa colline culmine le monde, en somme.

    -Attend t’es pas le gars que j’ai vu chialer dans mon rétro ? Tu veux un câlin ? J’connais une bonne adresse, dis-leur que c’est le capitaine B.B. qui t’envoie. Mais si tu veux prouver que t'es surpuissant, j'suis ton homme

    J’ai même hésité à lui demander si sa mère lui avait appris les bonnes manières, mais je connais déjà la réponse. Ca me ferait chier d’avoir à subir ses excès de testo, mais ça me ferait encore plus chier de le laisser gagner.
    Contenu sponsorisé
    Re: Reactor. | ft. Brandon BurdenMessage par Contenu sponsorisé